Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Lynch Mob, Dokken
- Style + Membre : Msg, Sweet & Lynch

George LYNCH - Sacred Groove (1993)
Par LATIMUS le 15 Février 2007          Consultée 3170 fois

George LYNCH est un sacré guitariste. Seulement voilà, le bonhomme s'est fait connaître au sein d'un groupe somme toute banal, DOKKEN. Un groupe de Hard US comme il en a existé tant dans les années 80. Un groupe sans grande originalité où les seuls éclairs de génie étaient justement constitués par les parties de guitare explosives de LYNCH, super technicien mais aussi fin mélodiste au feeling incandescent et aux guitares extravagantes ESP.

Lorsque LYNCH quitte DOKKEN à la fin des 80's, il s'en va former LYNCH MOB. Après deux albums avec ce groupe, vu le talent de l'individu, on est en droit de se poser la question : quand George LYNCH va-t-il enfin sortir un album solo, où il pourrait n'en faire qu'à sa tête, enregistrer des compos instrumentales, bref mettre un coup de projecteur supplémentaire sur ses capacités de guitariste.

C'est chose faite en 1993 avec la sortie de Sacred Groove. Si cet album vaut assurément le détour, il faut tout de même signaler que c'est vraiment un disque fourre-tout pas forcément très homogène. On y retrouve en effet pas mal de titres instrumentaux, mais aussi des morceaux chantés avec différents chanteurs (Ray Gillen, Glenn Hughes, les frères Nelson, Mandy Lion). La qualité des morceaux va de l'excellentissime au juste moyen. Toutefois, la production, signée John Cuniberti (comparse de Joe Satriani), est assez ambitieuse : gros son, nombreux effets.

Après une courte introduction bizzaroïde (« Memory Jack ») constituée de guitares tournoyantes et de bruitages divers, les choses sérieuses commencent avec le fabuleux « Love Power from the Mama Head ». Il s'agit d'un instrumental avec des guitares dans tous les coins sur fond rythmique basse/batterie très solide. Comment dire ? Ce morceau vous remue carrément les tripes. Les notes jouées par LYNCH ne sont pas innocentes. Elles sonnent d'une manière sombre et amère qui vous file le frisson. Le genre de morceau pas banal qui va beaucoup plus loin que la simple démonstration technique...
Il y a d'autres instrumentaux sur Sacred Groove. Tous sont intéressants. « I will remember » est simple et touchant, tout en retenue et avec beaucoup d'émotion. « Terra del Fuego » surprend par son côté hispanisant enjoué. Autre surprise, on y entend un autre guitariste que LYNCH ! Il s'agit du dénommé Daryl Gable, gagnant d'un concours lancé par un magazine de guitare américain, lui donnant justement le droit de donner la réplique, le temps d'un ou deux solos, à George LYNCH sur l'album de ce dernier !
Enfin, sur la version japonaise de ce CD figure en bonus track un long instrumental de plus de 7 minutes (dont je ne pourrai vous donner le titre exact, ne lisant pas le japonais !), assez réussi (superbes soli) bien qu'un peu répétitif.

Mais après tout, les albums 100 % instrumentaux sont parfois un peu linéaires voire chiants... C'est peut-être ce qu'a dû se dire George LYNCH, puisque des titres chantés apparaissent également sur Sacred Groove. Il faut dire que le carnet d'adresses du guitariste doit être bien fourni côté chanteurs ! Ca commence avec le regretté Ray Gillen, qui vient poser sa voix aérienne sur le superbe « Flesh and Blood ». Une composition mélodique avec un magnifique solo de LYNCH. Et, croyez-le ou non, mais c'est Phil Anselmo de PANTERA qui devait initiallement chanter sur ce titre (selon l'aveu de LYNCH lui-même), mais il n'était pas dispo alors que Gillen l'était !
Ca continue avec Matthew et Gunnar Nelson, sur l'assez commercial mais plaisant « We don't own this World ». Les choses se gâtent un peu avec « The Beast (part I & II) », un titre bizarre voire ridicule sur lequel Mandy Lion s'amuse à faire peur à l'auditeur (?!). Enfin, rien moins que Glenn Hughes intervient sur deux titres pas transcendants au départ, mais justement transcendés par son chant, « Not necessarily Evil » et « Cry of the Brave » (dédié à Léonard Peltier, militant amérindien emprisonné).

Sacred Groove est un album bien rempli, avec beaucoup de temps forts et quelques moments moins essentiels. On y retrouve les sonorités si particulières de George LYNCH, puisées dans des gammes connues de lui-seul (enfin, presque !). Ceci dit, de la part d'un guitariste de la trempe de LYNCH, on aurait pu s'attendre à un disque encore meilleur...

P. S. 1 : Second bonus track de l'édition japonaise, un titre live, semble-t-il un vieux standard du Blues, chanté par chépaki et enregistré chépaoù. Un morceau sympathique qui tranche complètement avec le reste de l'album.

P. S. 2 : dédicace personnelle : cette chronique est dédiée à Fred (25/10/70 - 05/10/06), grand amateur de guitaristes et fin guitariste lui-même. R.I.P. Brother.

A lire aussi en HARD ROCK par LATIMUS :


ELECTRIC SUN
Fire Wind (1981)
Un second album qui plane très haut




UFO
Walk On Water (1995)
Le retour du line-up "classique" de ufo : fameux !


Marquez et partagez




 
   LATIMUS

 
  N/A



- George Lynch (guitares)
- Chris Solberg (basse)
- Denny Fongheiser (batterie)
- Ray Gillen (chant)
- Matthew And Gunnar Nelson (chant)
- Mandy Lion (chant)
- Glen Hughes (chant)


1. Memory Jack
2. Love Power From The Mama Head
3. Flesh And Blood
4. We Don't Own This World
5. I Will Remember
6. The Beast Part I
7. The Beast Part Ii (addiction To The Friction)
8. Not Necessary Evil
9. Cry Of The Brave
10. Tierra Del Fuego



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod