Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (18)
Questions / Réponses (3 / 14)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Black Sabbath, Iron Butterfly
- Membre : Dokken, Rainbow
- Style + Membre : Blue Coupe

BLUE ÖYSTER CULT - Secret Treaties (1974)
Par LONER le 2 Septembre 2007          Consultée 9973 fois

Nous sommes en 1974, et voilà deux ans que le culte de l'huître bleue existe. Deux années à se battre pour survivre, à tenter de s'imposer sur une scène hard rock dominée par l'Axe du M(ét)al que forme un certain trio britannique bien connu. Depuis leur premier opus, véritable attaque-éclair, shoot rock'n'roll à effets immédiats, les choses ont changé. Désormais, le groupe n'a plus le droit à l'erreur, cette fois-ci doit être la bonne ou c'est la mort assurée. Car malgré leurs indéniables qualités, les deux premiers brûlots de la formation n'ont pas eu le succès escompté. Et deux ans après que Sandy Pearlman ai hâtivement qualifié leur musique de heavy metal, le groupe a tout fait pour rendre son hard rock de motard plus agressif, plus lourd, plus débridé aussi. Voyant que son avenir était menacé, la bande à Eric Bloom décida qu'il était temps de revoir à nouveau le plan de vol.

Sorti en avril 1974, « Secret Treaties » n’a ni la spontanéité des débuts, ni la folie de « Tyranny And Mutation », mais révèle un Blue Öyster Cult plus déterminé que jamais, plus mature et qui connaît parfaitement son sujet. Tout, depuis « Career Of Evil », single écrit en collaboration avec Patti Smith (à l’époque compagne d’Allen Lanier) et qui ouvre idéalement l’album, jusqu’à l’inquiétant « Harvester Of Eyes », en passant par la débauche guitaristique de « ME 262 », sonne plus maîtrisé, plus violent également. Chaque morceau a été travaillé à l’extrême, faisant de « Secret Treaties » un album plus abouti que ses prédécesseurs mais possédant également son grain de folie comme sur « Cagey Cretins » ou comme le curieux intermède à la boîte à musique qui fait le lien entre « Harvester of Eyes » et « Flaming Telepaths ».
Le son du groupe a également changé, gagnant en épaisseur, se rapprochant de plus en plus du style dont les avait étiqueté leur poète de manager. De plus, certaines des compositions font partie des plus réussies du combo, « Career Of Evil » et Harvester Of Eyes » en tête. Mais le morceau qui suscite le plus l'admiration est certainement « ME 262 », véritable pièce d'anthologie de toute la carrière du BÖC, prétexte en concert à des improvisations à cinq (!!!) guitares et qui par son caractère débridé aurait aisément pu figurer sur « Tyranny And Mutation ».

Avec « Secret Treaties », le groupe dévoile son jeu et réalise le coup de poker le plus important de sa jeune existence. Pari réussi puisque l'album a permis à Bloom, Lanier et les Bouchard Bros. de sortir un tant soit peu la tête hors de l'eau et donna un vrai coup d'accélérateur à leur carrière. La récompense d'une farouche obstination et d'une volonté à se faire une place parmi les plus grands. D'ailleurs, Bloom ne s'insurgeait-il pas sur « ME 262 »: « Ces anglais vivent/Et moi je devrais mourir » ?

A lire aussi en HEAVY METAL :


CAGE
Ancient Evil (2015)
Scénario de film d'horreur conté façon "Painkiller"




DANZIG
Danzig Ii: Lucifuge (1990)
À consommer sans modération

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   LONER

 
   DAVID

 
   (2 chroniques)



- Eric Bloom (chant, guitare, claviers)
- Albert Bouchars (batterie, chant)
- Donald 'buck Dharma' Roeser (guitares)
- Allen Lanier (claviers, guitare)
- Joe Bouchard (basse)


1. Career Of Evil
2. Subhuman
3. Dominance And Sumission
4. Me 262
5. Cagey Cretins
6. Harvester Of Eyes
7. Flaming Telepaths
8. Astronomy
9. Boorman The Chauffer (bonus Track)
10. Mommy (bonus Track)
11. Mes Dames Sarat (bonus Track)
12. Born To Be Wild (bonus Track)
13. Career Of Evil (bonus Track - Single)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod