Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Great White

The ANGELS - Night Attack (1981)
Par THE MARGINAL le 1er Janvier 2007          Consultée 2513 fois

Au tout début des 80's, le groupe australien The Angels commence à jouir d'une sacrée réputation dans le milieu du hard rock(tout comme ses compatriotes de ROSE TATTOO, d'ailleurs). Pensez donc: ce quintette a balancé une tripotée d'albums qui ont fait mouche: l'éponyme en 1977, "Face to face" l'année suivante, suivi de "No exit", puis "Dark room" qui sortait un peu des sentiers battus.

En 1981, The Angels débarque avec une nouvelle galette sous le bras: "Night attack". Le public se demande alors à quelle sauce il sera mangé, après "Dark room".

La réponse est simple: The Angels propose un album de hard rock sans fioriture. "Night attack" est moins éclectique que "Dark room", il n'en demeure pas moins efficace. Le mid-tempo hard bluesy "Long night", rugueux et crade à souhait, annonce la couleur, bien mis en valeur par la voix râpeuse de Doc Neeson, ainsi que son refrain entêtant. Poursuivant sur sa lancée, The Angels balance quelques uppercuts qui font mal tels que "Runnin' wild", énergique et avec des mélodies subtiles sur le refrain(renforcé en outre par des choeurs légers), "Fashion and fame" sur lequel riffs électriques et guitares acoustiques se superposent, "City out of control", un mid-tempo graisseux joué sur le fil du rasoir après avoir été mis sur orbite par une intro un peu brouillonne. Le quintette australien n'en reste pas là. En effet, il sort la grosse artillerie sur "Night attack": roulement de batterie en intro, puis le titre s'emballe en étant joué sur un tempo soutenu, rageur, intense. Il n'y a aucun calcul ici et on sent bien le sentiment d'urgence qui anime le groupe. "Nothin' to win" ne va pas calmer les ardeurs, loin de là: après une intro à l'harmonica, le rythme s'accélère et on a droit à une chanson rapide qui rocke méchamment, sans temps mort. Qui plus est, le son live et la présence d'un harmonica furibard apportent plus d'impact à ce titre. Enfin, l'album se conclut brillamment avec "Talk about you", un titre brut de décoffrage, rapide qui dépote, respire la hargne, l'urgence et mis en valeur par une basse assassine, ainsi que "Storm the Bastille", un hymne hard rock fédérateur en puissance: intro façon marche militaire(clin d'oeil à la prise de la Bastille ?) et refrain accrocheur qui restent dans les esprits sont les atouts principaux de ce titre.

En conclusion, The Angels confirme une fois de plus qu'il est une valeur sûre du hard rock en ce début des années 80. "Night attack" est un album efficace du début à la fin, sans faiblesse et avec des titres qui font taper du pied. On ne s'ennuie jamais en écoutant ce disque. Bien sûr, certaines personnes préférent sans doute "Dark room" car celui-ci est plus varié, plus aventureux que "Night attack". Il n'empêche que The Angels a prouvé qu'il traversait une période particulièrement faste en terme d'inspiration et cela s'entend sur ce "Night attack".

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


JAGGED EDGE
Fuel For Your Soul (1990)
Hard mélodique classieux et agréable à écouter




GIUNTINI PROJECT
Iii (2006)
Association tony martin/aldo giuntini décapante !


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Doc Neeson (chant)
- John Brewster (guitare)
- Rick Brewster (guitare)
- Chris Bailey (basse)
- Brent Eccles (batterie)


1. Long Night
2. Runnin' Wild
3. Fashion And Fame
4. City Out Of Control
5. Night Attack
6. Nothin' To Win
7. Living On The Outside
8. Talk About You
9. Storm The Bastille



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod