Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD/HEAVY MéLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Jaded Heart, Fair Warning
- Membre : Luca Turilli's Rhapsody , Silent Force, 21 Octayne
 

 Site Officiel Du Groupe (411)
 Myspace Officiel Du Groupe (401)

AXXIS - Back To The Kingdom (2000)
Par DARK SCHNEIDER le 22 Décembre 2006          Consultée 5363 fois

AXXIS, groupe de heavy mélodique allemand formé à la fin des 80’s, avait su faire une forte impression lors de la sortie de son premier album, Kingdom of the night, en 1989. La carrière du groupe avait commencée sous les meilleurs auspices. Pourtant, au bout de quelques années, les allemands décidèrent de changer de direction musicale en optant pour un heavy plus moderne, moins mélodique, moins accessible. Une erreur, de l’aveu même du groupe. C’est pourquoi, en 2000, AXXIS décida de reconquérir ses fans en publiant ce Back to the kingdom, dont le titre, qui fait référence au premier album, ne laisse aucun doute sur les intentions du groupe. AXXIS opère un formidable retour aux sources, une réussite totale là où beaucoup de groupes échouent quand il s’agit de recoller au feeling d’origine.

Back to the kingdom propose 12 morceaux, dépassant très rarement les 4 minutes, pour un total de 45 minutes de musique, une durée idéale. Pour ceux qui ne connaissent pas la musique des allemands, il faut savoir que ces derniers proposent un hard/heavy mélodique direct, très accessible, varié, dominé par la voix haute perchée et très caractéristique du talentueux Bernhard Weiss qui nous change des clones habituels qui pullulent dans la scène metal. AXXIS c’est une machine à tube, à mélodie. AXXIS sait y faire pour proposer des morceaux immédiats, dont les refrains restent en tête. Ainsi, nos allemands parviennent à réaliser le tour de force qui consiste à convaincre à la fois les amateurs de Hard FM, de heavy metal et de speed mélodique.

« Shadowman », le morceau d’ouverture, est un des meilleurs morceaux jamais composé par les allemands. Il commence par la voix a capella du chanteur, juste accompagnée de quelques notes de carillons, avant de laisser place à un riff puissant et très heavy metal. Les allemands déploient beaucoup d’énergie sur ce titre, son refrain est vraiment excellent (« Magic night! I can hear the voice of the shadowman »). « Shadowman » place d’emblée la barre très haute, mais la suite de l’album ne déçoit pas : « Like a sphinx » et « Flashback radio » sont deux morceaux tubesques, où là encore, les allemands montrent qu’ils ne sont vraiment pas avares quand il s’agit de balancer des refrains qui tuent. On se demande quand AXXIS va s’arrêter car là c’est quand même trois tubes qu’ils ont enchainés, on va pas se plaindre.

Le reste de l’album est d’un niveau aussi élevé mais se veut plus varié afin de ne pas lasser l’auditeur. « Heaven in black » débute sur une petite ritournelle médiévale qui revient comme un gimmick tout au long du morceau, ça rentre dans une oreille et ça ne ressort pas par l’autre (on pourrait dire ça de chaque morceau). La ballade « Only god knows », loin d’être sirupeuse, n’endort pas l’auditeur, et « Sea of love » prouve que les allemands peuvent se montrer plus lourd quand ils le souhaitent. « White lights » est un morceau assez grandiloquent, qui fait la place belle au clavier d’Harry Oellers, le refrain de ce morceau me fait penser à celui de la série télé Dallas (ton univers impitoyable!). Suit le très percutant et rageur « Why not ?! ». « My little princess » est certainement un des morceaux les plus radio-diffusables de l’album, les paroles de ce titre sont assez personnelles puisque Bernhard Weiss les a écrites en hommage à sa fille qui venait de naître, encore une perle de hard mélodique happy. La ballade « Without you » est un peu en-desous du reste mais le très efficace « Ice on fire » remonte aussitôt le niveau. L’album se clôt par un morceau très joyeux, il s’agit en fait d’une reprise dont je ne connais pas l’auteur original.

AXXIS propose donc un album très attrayant, d’une fraîcheur étonnante pour un groupe qui avait déjà plus de 10 ans de carrière. Vous voulez un album catchy, à la fois mélodique, FM et heavy ? Vous voulez du happy metal qui évite l’écueil de la niaiserie trop souvent présent dans le speed mélodique ? Back to the kingdom vous tend les bras. Les allemands ne s’arrêteront pas en si bon chemin et feront même preuve d’une grande ambition artistique sur Eyes of darkness, l’excellent successeur de ce « back to the kingdom ».

A lire aussi en HARD ROCK par DARK SCHNEIDER :


The POODLES
Sweet Trade (2007)
Des caniches suédois terriblement mordants!




TRUST
Paris By Night (1988)
Un live d'anthologie!


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Bernhard Weiss (chant)
- Guido Wehmeyer (guitares)
- Kuno Niemeyer (bass)
- Richard Michalski (batterie)
- Harry Oellers (claviers)


1. Shadowman
2. Like A Sphinx
3. Flashback Radio
4. Heaven In Black
5. Only God Knows
6. Sea Of Love
7. White Lights
8. Why Not ?!
9. My Little Princess
10. Without You
11. Ice On Fire
12. Na, Na, Hey, Hey, Kiss Him Goodbye



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod