Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


BLACK FUNERAL - Belial Arisen (2003)
Par NOCTURNALPRIEST le 3 Décembre 2006          Consultée 3482 fois

Black Funeral nous vient des USA. Considéré comme culte par beaucoup, c’est effectivement un des plus anciens groupes de black UG des States, formé en 1993 par son leader qui restera d’ailleurs l’unique membre permanent de la formation : Michael Ford « Nachttoter » alias Baron Drakkonian Abaddon.

Le livret de l’album nous met au parfum, on va avoir affaire à du « pure black metal based on lycanthropy, vampirism and the image of demonolatry ». On nous fait l’incontournable discours du genre : cet album est dédié à la rébellion contre le christianisme, l’esprit luciférien vous mangera tous tout cru etc ! Je ne m’attarderai pas davantage sur le concept et les paroles car - vous apprendrez à me connaître - du moment que la musique est bonne (ou pas !) je suis du genre à ignorer les textes. Une chose est sûre : l’esprit de ce groupe, le seul homme responsable des méfaits sonores sortis sous le nom de Black Funeral est réellement atteint et doit certainement bouffer des cadavres vêtu de sa cape noire les nuits de pleine lune !

Passons maintenant à notre principale préoccupation: la musique, ou plutôt le souffle macabre et dérangeant de la bête! Le matériel a été enregistré en 1996 par Michael Ford et un musicien session du nom de Abberoth dont le rôle fut probablement de programmer la batterie, vu qu’en général Ford se charge du reste ainsi que de composer musique et textes. La musique a donc été enregistrée en 1996, sur des bandes qui ont dû être ensuite enterrées dans un caveau humide car apparemment elles ont pris l’eau ! Effectivement, tout au long de l’album, les fréquences aiguës se déforment à la manière d’une vieille cassette qu’on aurait trop écoutée et dont le son ondule en permanence. Ces bandes en état de décomposition avancée ont été déterrées en octobre 2000 par Michael Ford, lequel a enregistré les vocaux démoniaques et vicieux à ce moment seulement.

Vous pensez bien, au vu de ce que je viens de vous exposer, que ce disque n’est de loin pas pour tout le monde. Le style est ce que je qualifierai de « true black », influencé par les canons du genre mais sachant tirer son épingle du jeu de par son caractère occulte amplifié qu’on retrouvera par la suite chez les pionniers du black US tels que XASTHUR ou encore LEVIATHAN. Le son de Black Funeral est terriblement malsain et dégage une ambiance de mort très dense. La production est pourrie, surtout à cause de cette déformation des aigus évoquée plus haut. Mais passé le scandale de la première écoute, on en redemande pour finir accro à ce truc laid et pourri…c’est souvent comme ça avec les albums de black les plus obscurs ! La batterie programmée ne dérange pas (je tiens à la préciser étant particulièrement sensible aux batteries en "carton") car elle est suffisamment mise en retrait pour que son martèlement robotique ne serve que de base où guitare, basse et clavier macabre se posent tout naturellement.

Les compos sont assez linéaires rythmiquement parlant. Des blasts et parfois des parties mid-tempo tout à fait banals pour l’amateur de true black. Où peut donc résider l’intérêt de cet album ? Premièrement, les mélodies. D’une simplicité enfantine, mais toujours poussées à l’apogée du funèbre, elles sont d’une noirceur époustouflante et vous transportent immédiatement dans les profondeurs des abysses que ce grand malade de Ford affectionne tant ! Effectivement, on peut trouver des riffs sonnant bien nordique, d’autres un peu plus thrash/oldschool et d’un coup avoir droit à un passage des plus effrayants appuyé par un synthé qui sait sonner comme il faut, comprenez par là qu’il appuie juste les mélodies obscures jouées aux cordes par un grondement sinistre. Ajoutez à ceci des vocaux purement démoniaques, le second atout indéniable de cette galette. Michael Ford hurle, chuchote, invoque le démon d’une manière fort convaincante. La superposition de ces différents types de « chant » sur certains passages aux mystérieuses résonances de cris bestiaux crée un climat digne du plus jouissif rituel occulte qui soit !

En bref, si vous aimez les albums bien produits et cherchez un black metal original dans son approche des compos, passez votre chemin car vous ne vous en remettrez pas ! La production atroce qui tend quand même - il faut bien l’avouer - au foutage de gueule limite considérablement l’accès à cet album.

Si par contre vous êtes en quête de matériel obscure axé sur les ambiances et les émotions les plus crades et macabres, tout en cherchant à compléter votre collection d’horreurs les plus cultes, alors bondissez sur cet album ! Vos oreilles devraient être entraînées à l’exercice périlleux qu’est le true black afin d’en retirer l’essence primaire ! En ce qui me concerne, vous aurez compris que je fais partie de la 2ème catégorie. C’est en me délectant deux fois de suite de cette brève offrande de 31 minutes que j’ai pondu cette modeste chronique que je scelle par un 3/5, la production (problème des aigus) faisant tout de même perdre un point et la durée un poil trop courte un second.

A lire aussi en BLACK METAL par NOCTURNALPRIEST :


CORPUS CHRISTII
The Torment Continues (2004)
Made in portugal




DARKENED NOCTURN SLAUGHTERCULT
Nocturnal March (2004)
Brutal old school de qualité


Marquez et partagez




 
   NOCTURNALPRIEST

 
  N/A



Non disponible


1. Infernal Majesty
2. Book Of Belial
3. Antichrist Rising
4. Varcolaci
5. Lycanthropy And Flames
6. Light Of Satanel
7. The Red Dragon



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod