Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO-CLASSIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Evergrey
 

 Site Officiel (6)
 Myspace (6)
 Chaîne Youtube (4)

EVIL MASQUERADE - Third Act (2006)
Par BAST le 2 Octobre 2006          Consultée 2079 fois
EVIL MASQUERADE ne chôme pas. Un album par an, voilà une fréquence soutenue. Et tandis que sort "Third Act", il y en a encore quelques-uns qui ne parviennent toujours pas à se remettre de la claque méchamment administrée par "Welcome To The Show". Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Et un reproche a jailli des flots. Qu'un groupe qui bénéficie dès son premier album d'un succès mérité veuille entretenir la dynamique est légitime. Mais qu’il exploite les mêmes idées jadis innovantes, sans se poser de question, l'est moins.

Car sur "Third Act", on a beau apprécier la qualité des compositions, force est d'avouer que l'on ne retrouve plus le chapelet de surprises aligné sur "Welcome To The Show". On sent bien le talent des Suédois à composer un refrain accrocheur, à sortir un solo plein de vigueur, à accoucher de mélodies savoureuses, mais où est passée cette douce folie qui donnait envie de se laisser entraîner sans retenue par EVIL MASQUERADE ?
J'avais dit de "Theatrical Madness" qu'il avait, je me cite, « les défauts d’un second album qui succède à une sortie majeure : la fraîcheur est moins palpable, le renouvellement plus discret et la volonté du groupe à exploiter davantage ses idées tire certains plans vers la redite. ». Ainsi, "Third Act" aurait donc les défauts d'un troisième album ?… Cette fois-ci, la fraîcheur est carrément inexistante, la redite profondément ancrée. On note bien quelques ambiances plus sombres que d’habitude disséminées çà et là. De là à dire qu’EVIL MASQUERADE a réinventé la poudre, on prend rendez-vous et on en reparle beaucoup plus tard.

Voilà pour le coup de gueule. L'évolution quasi-inexistante d’EVIL MASQUERADE constitue une déception ferme. Heureusement, les compositions restent de qualité. Et le style EVIL MASQUERADE fait quand même bien plaisir.
Après une intro à l'ambiance bien rendue, ce troisième acte débute par un morceau pêchu dominé par un excellent refrain. L'effet de surprise a disparu, je l'ai déjà dit, mais on se prend facilement au jeu, avec ce Heavy néoclassique conquérant. Sur "Black Ravens Cry", EVIL MASQUERADE tend une large chape d'obscurité avant de débusquer un refrain implacable qui voit le chanteur grec Apollo Papathanasio étinceler. Tout comme sur "Far Away" et "The Dark Minstrel Plays", du reste. "I'll Make You Burn" est le titre le plus heavy. Ce mid-tempo plutôt simple n'est pas extraordinaire, mais les deux ou trois idées qu'il exploite sont convaincantes. Sur "Under The Surface Of Water", on retrouve cet EVIL MASQUERADE un peu fou, qui semble partir dans tous les sens. Un autre bon point. La seule vraie surprise de l'album est incarnée par "Bring On The World" où l'on retrouve les Suédois dans un registre épique qu'on ne leur connaissait pas, avec ce refrain fédérateur. Enfin, la ballade qui clôt "Third Act" est adroite, jouant sur le timbre chaud d'Apollo et la guitare à la SCORPIONS.

Un très bon album, pas de doute là-dessus, même si le manque d’innovation sanctionne EVIL MASQUERADE assez lourdement. Les Suédois viennent probablement de perdre leur statut de trouble-fête. Car les pontes du genre n'ont plus guère de souci à se faire, EVIL MASQUERADE, au bout de trois albums, n'aura pas réussi le coup de troubler la suprématie des uns et la position de choix des autres. Après, si le groupe veut percer au-delà de la sphère des seuls initiés au sein de laquelle il semble se complaire, il va lui falloir consentir une véritable remise en question. Séduisants, les Suédois le sont toujours. Surprenants, plus vraiment. Et dire cela d'un groupe qui avait su étonner par le passé, n'est-ce pas déjà le condamner ?
Pour autant, si vous cherchez un groupe indispensable dans la niche qu’est le Heavy néoclassique, EVIL MASQUERADE reste une option indiscutable. L'œuvre des Suédois est désormais consistante et relevée. Et "Welcome To The Show" demeure toujours un chef-d'œuvre du genre…




Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Henrik Flyman (guitare)
- Apollo Papathanasio (chant)
- Dennis Buhl (batterie)
- Thor Jeppesen (basse)


1. The Devil's Last Temptation
2. Third Act
3. Black Ravens Cry
4. Descended From The Grave
5. Far Away
6. The Dark Minstrel Plays
7. I'll Make You Burn
8. Under The Surface Of Water
9. Orchestration For More Than One Horn
10. Bring On The World
11. The Final Goodbye



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod