Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Enslaved, Orakle
- Membre : Peccatum, Abyssic
- Style + Membre : Emperor
 

 Site Officiel (291)
 Myspace (277)

IHSAHN - The Adversary (2006)
Par CHIPSTOUILLE le 21 Août 2006          Consultée 5199 fois

IHSAHN, si ce nom ne fait qu'évoquer de vagues souvenirs chez vous, est l'un des deux membres fondateurs, avec Samoth, du groupe de Black Métal sans doute le plus estimé, à savoir EMPEROR. Malheureusement, EMPEROR a splitté depuis quelques cinq années pour cause de divergence de goûts musicaux entre ses deux même piliers. IHSAHN s'en est donc retourné de son côté faire un projet familial sous le nom de PECCATUM -dont votre humble serviteur n'a jamais entendu la moindre petite note (à moi les tomates pourries!!!). Reste qu'il semblerait que ce fameux projet se soit plus orienté "métal symphonique" (à haute teneur en synthétiseur) et que cela se ressent très fortement sur ce projet solo.

Aux premières lueurs de The Adversary, on pourra donc s'étonner d'un album assez surproduit, au son un peu trop propre et dont la rugosité du chant et des guitares s'étouffe généreusement dans un moelleux au synthétiseur. Toutefois, on reconnaîtra dès "The invocation" une furieuse envie d'en découdre avec quelques résidus incrustés dans nos oreilles sous un "Let it all come doooooOOOOOAAAAAWWWWWnnnnn" salvateur annonçant dans un riff carrément bien foutu cette impression de chute vertigineuse. The Adversary partage donc cet atout majeur avec les chefs d’œuvres ayant introduit la carrière de notre Norvégien préféré (je dis ça, j'en connais pas beaucoup moi, des norvégiens...). La même teneur en agressivité se reproduira à quelques reprises, comme sur l'explosif "And he shall walk in empty places" lors de la reprise de son propre riff d'introduction.

Cependant, l'album s'aventure ça et là sur quelques pistes glissantes, et par influence "métal symphonique" il faudra comprendre à de maintes reprises qu'IHSAHN prêche dans une nouvelle paroisse, celle du Speed mélodique. Il vous faut donc parfois composer avec du chant clair suraigu, quelques refrains guimauves ("Called by the fire") des coups de synthés inutiles et une basse régulièrement en retrait. Et si le speed mélodique n'est pas un genre à blâmer en soi, on pourra regretter qu'IHSHAN se limite à quelques banalités du genre, on pensera donc plus facilement aux passages ridicules à la POWERWOLF qu'à du GAMMA RAY en grande forme.

La formule black métal rageur (mais quelque peu atrophié) et speed-prog-mélodique pourra peut-être rappeler à certains un groupe finlandais émérite du nom de CHILDREN OF BODOM. Si la comparaison n'est pas totalement galvaudée, on se rappellera tout de même qu'IHSHAN a fait l'école du Black Métal, et donc que The Adversary est assez opposé à ce que proposent les cousins finlandais. Car à un speed mélodique facile d'accès bien que rugueux s'oppose une musique sombre et une structure très dense, régulièrement constituée de plusieurs mélodies simultanées (dont quelques-unes à deux guitares, comme sur le superbe "Panem et circenses"). On remarquera surtout un clavier qui ne se contente pas d'évoquer de légères ambiances, celui-ci étant au premier plan et constituant principal des mélodies. C'est d'ailleurs sur ce point très positif que l'on pourra promouvoir cet album: The Adversary est dense, mélodique et complexe, tout cela en même temps, et même parfois un peu trop.

A ce cumul de qualificatifs, il faut adjoindre qu'IHSAHN aime beaucoup varier ses plaisirs en s'acoquinant avec quelques monuments du métal, tous styles confondus. Un panel de multiples influences, allant de passages au chant clair à la Layne Staley (ALICE IN CHAINS) comme sur "Citizen", à un riff typique de MACHINE HEAD sur "And he shall walk in empty places", jusqu'à quelques passages à la DREAM THEATER voir carrément un riff emprunt de gothique (MOONSPELL, peut-être) sur "Will you love me now" (remarquez, avec un titre pareil...) peut ainsi être reconnu. Bien entendu, la liste est loin d'être complète, la galette étant pleine à craquer de ces emprunts.

L'album est donc plutôt fouillé, regorge d'influences et de passages variés. Comme IHSAHN sait composer et qu'il n'est pas le dernier pour nous trouver quelques riffs bien sentis, The Adversary s'écoute donc avec le plus grand intérêt. Reste qu'à trop vouloir faire dans la surenchère, l'album s'égare quelque peu et perd énormément en cohésion (défaut récurrent depuis les premiers faux pas d'EMPEROR semble-t-il?) IHSAHN parvient tout de même à faire mouche à plusieurs reprises et nous a concocté ici un très bel album qui devrait contenter plus d'une personne sans toutefois parvenir à faire l'unanimité.

A lire aussi en BLACK METAL :


SVART CROWN
Profane (2013)
Félicitations, c'est un mort-né !




KEEP OF KALESSIN
Reclaim (2004)
Excellente surprise Black avec attila au chant !


Marquez et partagez




 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Ihsahn (tout sauf...)
- Asgeir Mickelson (batterie)


1. Invocation
2. Called By The Fire
3. Citizen
4. Homecoming
5. Astera Ton Proinon
6. Panem Et Circenses
7. And He Shall Walk In Empty Places
8. Will You Love Me Now?
9. The Pain Is Still Mine



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod