Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DECAPITATED - The Negation (2004)
Par SHAKESBEER le 2 Septembre 2006          Consultée 3640 fois

Deux ans après “Nihility”, nous retrouvons nos polonais DECAPITATED pour un troisième album, intitulé “The Negation”.
Il aura fallu peu de temps à ce groupe pour acquérir une solide réputation dans le milieu, les membres étant assez étonnant, développant de très bonnes aptitudes techniques pour leur très jeune âge (rappelons nous que pour leur première démo, en 1996, la moyenne d’âge des membres du groupe n’était que de 15-16 ans…).
Technique, ai-je bredouillé ? Exactement (oui, « technique » est l’un des mots-clefs de l’œuvre), car ici, attendez-vous à une interprétation sans faille des morceaux. Une interprétation sans faille…pour des parties instrumentales assez complexes, dois-je préciser ! Rien que la batterie : un mur ultra précis. Quant au jeu de guitare, particulier car basé sur des saccades, et des soli plutôt fluides, je ne vois pas ce qu’on pourrait lui reprocher, si ce n’est qu’il aurait pu être mis, selon mes goûts, un peu plus en avant. Le tout avec une voix monocorde et over-grave à souhait…
Jusque là, tout va pour le mieux, que demander de plus, en effet, qu’un groupe de technical brutal death (étiquette dictée par les puristes, et je dois dire qu’ils ont raison, c'est à peu près ça...) soit au point techniquement ?

Venons-en maintenant à la production…c’est là que le bas blesse, à mon sens. Certes, elle à l’avantage de nous faire percevoir à bon escient chaque instrument, mais quelque chose me gêne cependant : mis à part le fait que (comme je l’ai déjà annoncé) les guitares auraient pu être mises un poil plus en avant, je trouve cette production trop clean, trop clinique, ce qui empêche à mon sens toute émotion de ressortir (car si, si, gare [6 cigares ?!] aux préjugés hâtifs, du death émane des émotions, en tout cas j’en perçois habituellement), et rend le tout assez plat. Mais il faut dire que c’est parce que je préfère nettement une bonne production old-school, après c’est une affaire de goût.

Le plus important, maintenant (non ?) : les compos. Eh bien en les écoutant attentivement, je dois dire qu’elles sont majoritairement plutôt bonnes ; les guitares auraient juste pu avoir une plus grande place pour s'exprimer lors des soli, mais elles tiennent largement la route…

Mais pourtant, je ne trouve pas que « The Negation » soit un grand disque, je dois dire que j’ai été plutôt déçu par l’ensemble. Même si la sauce prend plutôt bien, notamment sur des titres comme « Lying And Weak », « Three-Dimensional Defect » ou encore « Sensual Sickness », je trouve qu’il manque quelques chose…eh oui, ça manque d’un grand coup de folie tout ça ! Là, les musiciens sont tombés dans le piège de leur niveau technique : ils ne veulent pas faire la moindre fausse note, et du coup on tombe un peu dans la démonstration technique : tout est trop millimétré, clinique, monotone, sans aucune émotion…bref, même si le CD tient globalement bien la route, on ne peut s’empêcher d’accomplir le geste inévitable dans ce genre de situations, à savoir regarder sa montre : la première moitié du disque passe comme une lettre à la poste, mais à partir de « The Negation », on perd un peu le fil, on écoute plus que d’une seule oreille, et on pense déjà au disque qu’on s’enfilera juste après : l’ennui inévitable du à un manque de renouvellement se fait ressentir ! Vous m’aurez compris, ce manque d’instabilité, de prise de risque, cette monotonie enlève une grande partie de l’intérêt du disque…on se retrouve finalement avec un disque de death tout ce qu’il y a de plus anodin, c’est un réel gâchis quand on voit le potentiel des musiciens…Pris titre par titre, c’est plutôt du bon et la qualité est indéniablement présente, même si on aurait préféré quelque chose de moins mou par moment, avec des soli plus féroces, moins gentillets, des accélérations subites incendiaires… mais pris dans son ensemble, ce disque est un peu rébarbatif. Je trouve personnellement que le côté mystérieux dont est empreint le court instrumental « The Calling » aurait largement du être plus exploité…

Enfin, la reprise de DEICIDE, « Lunatic Of God’s Creation » présente en bonus-track n’est pas mal, mais là encore, ça manque cruellement de personnalité, le chant de Benton nous manque, on est bien loin de la tuerie que DEICIDE nous offrait. Mais tout de même, elle n'est pas si mal, cette reprise !

En conclusion, ce « The Negation » a quand même un contenu tout à fait honorable dans le contexte du death actuel (on voit mieux, certes...mais aussi infiniment moins bien !), mais d’un groupe jouissant d’une telle réputation (le « nouvel espoir de la scène death européenne », selon certains !), j’attendais tout de même beaucoup mieux…Ici, on se retrouve en fin de compte avec un disque plutôt quelconque, sans âme, aseptisé au possible, parfois un peu trop plat, hélas, et dont on a un peu trop l’impression que ce sont des machines, et non des êtres humains comme nous, qui jouent… mais il se laisse toutefois très bien écouter de temps en temps, avant de regagner soigneusement sa place, à la lettre "D", entre les DEATH et les DEICIDE, qui eux, pour le coup, se font moins facilement oublier...

A lire aussi en DEATH METAL par SHAKESBEER :


DEICIDE
Legion (1992)
2ème épisode : la brutalité avant tout !

(+ 2 kros-express)



DESULTORY
Into Eternity (1993)
Une bonne surprise : death suédois, début des 90s


Marquez et partagez




 
   SHAKESBEER

 
  N/A



- Sauron (chant)
- Martin (basse)
- Vitek (batterie)
- Vogg (guitarre)


1. The Fury
2. Three-dimensional Defect
3. Lying And Weak
4. Sensual Sickness
5. The Calling (instrumental)
6. The Negation
7. Long-desired Dementia
8. The Empty Throne
- bonus Track
9. Lunatic Of God's Creation (deicide Cover)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod