Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


KILL THE THRILL - 203 Barriers (2001)
Par VIVI le 31 Août 2006          Consultée 1934 fois

Pour moi, la découverte avec Kill The Thrill s'est faite avec le dernier opus du groupe : Tellurique. Une découverte tardive donc, mais comme le dit l'adage "Mieux vaut tard que jamais". Pourtant, tout ce qui touche de près ou de loin à l'indus ne me séduit guère. Mais Kill The Thrill a une originalité et un aspect noise, parfois planant qui m'ont vite fait adhérer à leur musique. La couleur négative et désespérée de Tellurique m'a donné envie d'en connaître davantage sur leur discographie. Et c'est tout naturellement que j'ai chopé 203 Barriers lorsque l'occasion s'est présentée. (Non, non je ne l’ai pas piraté !!)

203 Barriers ne devrait pas dépayser ceux, qui, comme moi, ont découvert le groupe avec Tellurique. Il est la suite logique de 203 Barriers. On retrouve donc dans la joie et la bonne humeur (cherchez l'erreur) les textures pesantes et lourdes de Tellurique. Kill The Thrill nous a prévu la totale, et vous allez aimer être maso. Si, si !

La noirceur est au rendez-vous, rassurez-vous, et elle va vous coller à l’échine jusqu’au dernier souffle de la galette. On retrouve le cachet si singulier de Nicolas Dick, sur le fil du rasoir et désenchanté. Toute l'amertume et le pessimisme de Kill The Thrill sont retranscrits avec brio par cette voix cassée, parfois désespérée et haineuse notamment sur « 203 Barriers », voir possédée sur « Antique Tools ». Les guitares, douloureuses, mécaniques, en constante abrasion avec les couches planantes, nous feraient presque regretter d'être venus au monde. Les ambiances sont meurtries, désemparées, on frôle le suicide mental (l’énorme titre d'entrée « 203 Barriers », de loin celui que je préfère), mais on se complait dans cette douleur et on en redemande... Du danger dégagé par « Room 36 », on passe à la tristesse la plus totale (« Shudder To Think »; « Breath »), tout en suivant le paradoxe de certains arrangements plus aériens (« Antique Tools », titre le plus "gai", à la limite de la transe psychique).

Kill The Thrill ouvre des plaies béantes, s’acharne à les endolorir, comme poussé par une inexorable quête de la douleur. Les guitares chauffent et virent au rouge, tentent de s’éloigner lorsque la mécanique devient plus planante, mais reviennent toujours au triple galop comme pour livrer une dernière bataille.
203 Barriers semble vider toute moelle existentielle, la lourdeur emmagasinée évide la moindre parcelle d’optimisme, le groupe carburant à l’énergie du désespoir. Le résultat n’est plus qu’un spectacle désolant, désincarné et poussiéreux.

203 Barriers est un album très homogène et solide, dont les sons ressemblent plus à une mort latente, mais qui de façon ambivalente, font vivre et vibrer l’auditeur. Une ou deux chansons se révèlent un peu longuettes (« Stase » ; « Shudder To Think »), mais n’entachent en rien le climat dépressif instauré dans la musique. Un album au goût âcre, blindé d’idées négatives, mais tellement bon. Pardi ! Je me fais déjà une joie de découvrir le reste de la discographie.

A lire aussi en METAL INDUS :


MARILYN MANSON
The Last Tour On Earth (1999)
La splendeur passée de MM en live..




RED HARVEST
Sick Transit Gloria Mundi (2002)
Le soulèvement des machines


Marquez et partagez




 
   VIVI

 
  N/A



- Nicolas Dick (chant, guitares, programmation)
- Frédéric De Benedetti (guitares)
- Marylin Tognoli (basse)


1. 203 Barriers
2. Crime
3. Wom's Idle Dream
4. Western
5. Shudder To Think
6. Room 36
7. Stase
8. Breath
9. Antique Tools



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod