Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Myspace Du Groupe (234)

DEVOURMENT - Molesting The Decapitated (1999)
Par GORR le 18 Mai 2006          Consultée 3911 fois
En l'espace de quelques années, de quelques morceaux, et d'un seul même album, DEVOURMENT a eu un impact monstrueux sur la scène death metal underground. Le groupe s'étant formé en 1995 à Dallas, ce n'est que quatre ans plus tard que son premier album dont il est question ici, verra le jour. Après avoir surmonté différents problèmes de line-up, notamment avec l'insertion de Mike Majewski et Ruben Rosas, pour le côté positif de la chose, DEVOURMENT sort en 1999 son tout premier album intitulé : "Molesting The Decapitated", sur le label United Guttural Records. Le jour de sa sortie, après un nouveau concert énorme des Texans, Ruben Rosas est arrêté par les forces de l'ordre entraînant la chute et le split du groupe peu de temps après. Fort d'une persévérance hors du commun, Mike Majewski ne veut pas abandonner; et reprend dans ses rangs Wayne Knup, ancien chanteur des débuts des américains. Mais faute d'une motivation peu convaincante de la part des autres musiciens, le groupe va peu à peu s'effacer et ne faire plus parler de lui, laissant une trace capitale de leur monstruosité, une trace si profonde et froide, une trace intitulée : "Molesting The Decapitated". Car oui le groupe n'était plus là à sa sortie, mais le CD a continué à tourner et à tourner encore et encore, au point qu'il soit décrit comme une oeuvre magistrale de brutal death metal, qu'aucun groupe n'avait encore jamais sortie. Grâce au bouche à oreille, "Molesting The Decapitated" se fait un nom et peaufine déjà son état de culte, donné par la suite à DEVOURMENT.

Car, oui, DEVOURMENT est un groupe à part, démesuré, distinct des autres, ébouriffant et suintant, fantasmagorique d'une brutalité à l'état pur que peu de groupes aujourd'hui n'ont encore atteinte. En ne perdant jamais de vue une ligne directrice délibérément brutale, cet album est une sorte de phare qu'on suivi bon nombre de groupes de brutal death de nos jours. Etre adulé, être une influence, DEVOURMENT connaît bien et ce grâce à ce premier album magistral dans une oeuvre de violence rarement égalée. Le disque commence directement par un morceau-intro qui ne lésine pas et qui dicte déjà les règles ("Festering Vomitous Mass"). Les blast commencent et ne s'arrêtent plus. La voix est un peu moins rocailleuse que sur les futures oeuvres que sortiront les américains, mais se marine excellemment bien avec des guitares grasses dont chaque riffs anti-mélodiques au possible, ne contiendra que agressivité et cruauté. Une basse tectonique sur "Postmortal Coprophagia", du blast énorme sur "Fucked To Death", et la machine à démembrer explose en apothéose sur le dernier titre énorme : "Shroud of Encryption". Quelques morceaux mid-tempos seront de la partie, marqués par de nombreux breaks lourds et assez bienvenus, mais le reste du temps, l'album n'en finit plus de pondre une tonne d'accélérations dantesques matérialisées par les hurlements d'ogres de Ruben Rosas, maître en la matière. La méthode DEVOURMENT nous est imposée pendant 40 minutes furieuses où les compositions texanes feront mouche et où le brutal death aura su imposer le respect et les règles de la brutalité musicale.

L'album est de plus, encore plus représenté, puisque sa production lui vaut d'une part sa qualité. Le son est assez crade mais propre à la fois, la voix n'est pas assourdie par la batterie, seulement les guitares se font un peu moins entendre au fil du disque. En signant un tel album, DEVOURMENT réussit là un beau tour de force, puisque sa musique n'a d’égal que l'abîme flamme de l'enfer qui nous habite tous et se réveille à l'écoute de cet opus. Une référence incontournable du brutal death metal, réservée aux fans bien entendu mais toutefois accessible dans l'ensemble. Le metal peut se réjouir de posséder de tels groupes puisque DEVOURMENT est tout sauf un combo de deuxième division, qui impose une sauvagerie musicale que peu de groupes pourraient prétendre produire. "Molesting The Decapitated" est un grand disque, DEVOURMENT un grand groupe, et le brutal death, un grand style. Merci les gars.




Marquez et partagez




 
   GORR

 
   DEADCOM

 
   (2 chroniques)



- Ruben Rosas (chant)
- Brad Fincher (batterie)
- Brain (guitares)
- Kevin Clark (guitares)
- Mike Majewski (basse)


1. Festering Vomitous Mass
2. Posmortal Coprophagia
3. Choking On Bile
4. Molesting The Decapitated
5. Self Disembowelment
6. Fucked To Death
7. Devour The Damned
8. Shroud Of Encryption



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod