Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE MÉLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (15)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Atreyu, Trivium
 

 Site Officiel (733)
 Page Myspace (578)
 Chaîne Youtube (192)

BULLET FOR MY VALENTINE - The Poison (2006)
Par ALANKAZAME le 3 Avril 2006          Consultée 13400 fois

Le metalcore est, depuis l’année dernière, un véritable phénomène de mode… Mené tambours battants par le groupe désormais culte KILLSWITCH ENGAGE, un cortège d’innombrables formations reçoivent en un rien de temps un succès considérable… Prenant, la plupart du temps, des groupes cultes comme IRON MAIDEN, METALLICA ou SLAYER comme références, les CDs de CHIMAIRA, DEVILDRIVER, FROM AUTUMN TO ASHES et autres TRIVIUM se vendent comme des petits pains… BULLET FOR MY VALENTINE est la dernière « bombe » en date…

Succédant à l’EP niaisement intitulé Mini album, The Poison est un véritable LP à la production léchée et au son d’une qualité irréprochable… Comme l’as déjà fait TRIVIUM, BFMV joue la carte du mélodique, aussi bien à la guitare qu’au chant. Le premier titre, "Her Voice Resides", le montre de manière assez explicite : mélodies endiablées dignes des formations mélo-death suédoises et chant clair aérien sont au rendez-vous. C’est très classique, mais vif, frais et bien foutu : une bonne entrée en matière qui ne pouvait déboucher que sur un tube. Gagné ! : le morceau suivant, le très bon "4 Words (To Choke Upon)", semble tout droit sorti d’une radio pour chevelus mineurs… Passé l’excellente intro équipée d’une chouette mélodie guitaristique qu’on est pas prêt d’oublier de si tôt, on s’enfonce dans une atmosphère couillue et colorée, le chant clair et les gueulantes archi basiques très typiques du metalcore s’alternant dans une spirale infernale assez captivante… On retrouve sur les refrains des chœurs parlés à la CHILDREN OF BODOM… La recette est tout sauf nouvelle, et les influences sont plus que flagrantes, mais force est de constater que les petits gars de BULLET FOR MY VALENTINE ont déjà un style à eux… L’atmosphère est généralement chaude et sombre à la fois, et la voix, en particulier lorsqu’elle se trouve être dans un registre mélodique, convainc souvent malgré sa puérilité assumée.

Mais au travers d’un titre comme "Tears Don’t Fall", Bullet’ convainc moins… Refrain récurrent, chant clair irritant de part son immaturité et son omniprésence plombent un titre qui aurait gagné à être, lui, moins formaté pour la radio. Aux ambiances sombres et mélodiques typiques du heavy metal de Maiden s’ajoutent ici quelques bribes de punk rock à roulette à la GOOD CHARLOTTE, un cocktail dont on se serait volontiers passé. Il est d’ailleurs amusant de se rendre compte, à terme, que cet album, bien qu’assez noir dans son esprit, se pare souvent de couleurs et d’ambiances variées, ce qui lui donne parfois un visage assez contradictoire et plus grave encore : plutôt niais… Les gratteux ne rejettent pas les clichés, donnant dans l’acoustique sur le très conventionnel "All These Things I Hate (Revolve Around Me)", qui, pourtant, comprend un refrain très efficace parvenant à caler son rythme dans un mid tempo mélodique afin de mieux mettre en avant une voix travaillée qui joue sur les timbres avec une certaine facilité : un titre nettement plus ambitieux qu’à l’accoutumée, qui est à n’en pas douter le meilleur de cette galette, même s’il est loin d’en être le plus représentatif… Passé ce sursaut d’inventivité, le groupe renoue avec les clichés récurrents au metalcore new-wave, que ce soit de l’intro mélodique pompée sur DARK TRANQUILLITY de "Hand of Blood" ou de l’énervant bouquet final pompeux judicieusement intitulé "The End" (vraiment, quelle finesse!) dont on parle, sans oublier, bien entendu, cet affreux mixage « dernier cri » sur les vocaux de "Room 409"… Du classique, du basique, et surtout pas de prise de tête : voilà bien l’idéologie propre à ce premier album.

The Poison est donc un album relativement abouti, mais BULLET FOR MY VALENTINE subit malheureusement les effets secondaires de sa juvénilité… Il contient d’excellents titres et est, dans son ensemble, agréable à la première écoute, mais ses nombreuses petites faiblesses finissent tôt ou tard par surgir au grand jour et on s’en lasse finalement assez vite… Je me permettrais en outre de lui reprocher un manque d’homogénéité certain d’un titre à l’autre (notamment en ce qui concerne l’un d’entre eux, nettement au-dessus de ses congénères) et surtout un sérieux manque de prise de risques sur certaines mélodies plus que faciles… Groupe frais et coloré doté d’un potentiel certain et fort d’une paire de gratteux audacieux, BULLET FOR MY VALENTINE n’aura aucune peine à se faire une place dans le monde du metalcore british, si les medias, qui le gratifient d’une promotion hors du commun, n’ont pas sa peau avant cela… Espérons simplement qu’à terme, BFMV sera en mesure de sortir de la masse et de faire preuve d’un peu plus d’ambition… Parce que les groupes qui reprennent les grands classiques du heavy pour composer des titres radiophoniques c’est pas ça qui manque ces temps-ci…

A lire aussi en POP ROCK / METAL :


KING'S X
Gretchen Goes To Nebraska (1989)
Pop-metal




JUGHEAD
Jughead (2002)
Hard pop


Marquez et partagez






 
   ALANKAZAME

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Matthew Tuck (guitare & chant)
- Michael Padget (guitare & chant)
- Jason James (basse & chant)
- Michael Thomas (batterie)


1. Intro
2. Her Voice Resides
3. 4 Words (to Shoke Upon)
4. Tears Don't Fall
5. Suffocating Under The Words Of Sorrow (what Can I
6. Hit The Floor
7. All These Things I Hate (revolve Around Me)
8. Room 409
9. The Poison
10. 10 Years Today
11. Cries In Vain
12. Spit You Out
13. The End



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod