Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  DEMO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



LUCI TRISTIS - Simplex Mortalis (2006)
Par JEREMY le 10 Avril 2006          Consultée 1280 fois

Le problème de la scène metal française, c’est de ne pas savoir s’imposer en tant que telle. Nos groupes semblent continuellement enfermés dans un carcan réducteur qui les force à prendre modèle sur ce qui se fait à l’étranger. Et d’ailleurs le public n’y est pas pour rien, car on est tous ici coupable du raccourci facile « c’est français donc c’est nul ». Et, dans le black metal peut-être encore plus qu’ailleurs, on n’échappe pas à la règle. Les groupes norvégiens prenaient des pseudos ridicules, on va en prendre aussi. Ils se donnaient l’air méchant en se grimant le visage de noir et de blanc, imitons les. Et enfin, ils nommaient leurs albums en norvégien ? Nommons les notres en latin !

Toute cette masquarade est franchement dommage car elle annihile toute sensation d’originalité et de créativité. J’ai l’impression d’avoir eu mille fois à faire à ce genre de groupe, à ce nom d’album, à ces titres de chansons, à ce visuel noir et blanc (plutôt réussi, il faut le dire), et à ce line-up réduit. Pourtant, inlassablement, j’enfonce le disque dans le lecteur et j’écoute, espérant que mes préjugés ne seront pas confirmés.

« Simplex Mortalis » commence donc par une introduction aux claviers, très noire, entrecoupé de vocaux lointains et déchirants, ceux d’un homme qui vient d’être jeté aux oubliettes et qui voit la trappe de lumière se refermer au-dessus de lui, implorant la pitié une dernière fois. Et alors, comme un flash-back, cet homme repense à sa vie, à ses souffrances, à ce qui l’a conduit ici. Une existence très courte, intense, qui, bien qu’extrêmement difficile, lui manque. Et encore ses plaintes, ses hurlements pour qu’on ne l’oublie pas, qu’on le sorte d’ici. Les riffs mélodiques des guitares contrastent avec la métronimie et la vélocité de la boite à rythme impitoyable, de cette société qui ne lui convient pas et avec laquelle il est entré en guerre. La tension monte au fur et à mesure qu’on évolue dans l’histoire de cet homme, torturé, ravagé par un monde qu’il ne comprend pas, qui ne le comprend pas. Et finalement, la société aura raison de lui : les guitares, seul reste d’humanité, s’éteindront, et la boite à rythme au son synthétique entamera sa marche de triomphe dans une outro morbide à souhait.

Les niçois de Luci Tristis, dans un registre assez peu original (true black), retiennent l’attention pendant une vingtaine de minutes. Assez pour créer une ambiance noire et effrayante, mais peut-être pas suffisante pour exprimer le potentiel mélodique du groupe. Les riffs sont plutôt bien trouvés, mais mériteraient d’être mieux mis en évidence. On a l’impression que le groupe n’ose pas développer sincèrement toutes ses émotions et aller au bout de celles-ci ; ce qui donne des titres de 2 ou 3 minutes qui mériteraient de durer deux fois plus longtemps. L’ambiance serait alors à son apogée et le groupe révèlerait ainsi une personnalité véritablement intéressante. Cette démo, sortie chez Eisigermond Productions et limitée à 200 exemplaires, montre que le duo niçois a du potentiel qui ne demande qu’à être exploitée. Groupe à suivre.

2,5/5

A lire aussi en BLACK METAL par JEREMY :


HIRILORN
Legends Of Evil And Eternal Death (1998)
L'album de black metal français à ne pas louper !!




CARPATHIAN FOREST
Black Shining Leather (1998)
Sadomasochistic black'n'roll froid et suicidaire


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Anthem (guitare et chant)
- Zorg Kaedes (guitare et basse)


1. Intro – As The Demon Weeps
2. Alone In This Painful Winter
3. A Long Trail To Deviance
4. The Bleeds Onto The Earth
5. Figurian Myth
6. The Tragedy Of The Cathares
7. Outro – Transalpine Gaule



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod