Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH / DEATH  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : The Crown
 

 Site Officiel Du Groupe (199)
 Myspace Du Groupe (227)

ONE MAN ARMY - 21st Century Killing Machine (2006)
Par POWERSYLV le 12 Mars 2006          Consultée 3775 fois

L’esprit de THE CROWN n’est pas mort ! Enfin, du moins, la ténacité de son ex-gosier Johan Lindstrand. Après le split de son combo d’origine que beaucoup auront pleuré (2004), il n’aura fallu que quelques mois au chanteur pour mettre véritablement en selle son nouveau groupe (déjà en gestation du temps de THE CROWN) avec l’aide du bassiste d’IMPIOUS Valle Adzic. Le nouveau bébé s’appelle donc ONE MAN ARMY AND THE UNDEAD QUARTET. Un nom qui promet et vu que c’est un nom à rallonge, on dira simplement ONE MAN ARMY dans la chronique, hein, qu’en pensez-vous ? Très vite, le bassiste ramène d’autres musiciens pour l’enregistrement en 2005 d’une première démo, When Hatred Comes To Life. Ni une, ni deux, Nuclear Blast met la main sur le quintet suédois et c’est ainsi qu’en ce début 2006, nos bacs à disques préférés se retrouvent garnis de ce premier album longue durée et au titre aussi prometteur que le nom du groupe : 21st Century Killing Machine.

Etant donné le pédigree du chanteur, la nationalité du groupe et l’imagerie proposée sur la superbe pochette, on se doute bien que c’est pas du glam ici. Car ces 12 brulots proposés ont été moulés dans le creuset d’un thrash metal superbement produit, mâtiné de relents death mélodique comme les suédois savent si bien le faire. Le death, on le retrouve dans certains passages qui se rapprochent de ce que l’on peut trouver chez ARCH ENEMY par exemple, ou dans les moments les plus costauds de DARK TRANQUILLITY : riffs touffus, soli de guitares soignés et mélodiques, rythmiques rentre-dedans avec parfois de la double mais pas trop. Le côté thrash, on peut le percevoir par certains passages qui flirtent avec une frange speed old school et des riffs à couper au couteau mais qui ont très souvent la patate. On reconnaît des influences proches de ce pouvait faire SLAYER à la grande époque, parfois un groove proche de PANTERA dans les moments plus mid-tempos. En gros, ONE MAN ARMY ne chasse pas tout-à-fait sur les terres de feu-THE CROWN, même si on peut retrouver des ressemblances.

21st Century Killing Machine possède des morceaux redoutables, personnellement je ne trouve pas grand chose à jeter dans cet ouragan metal qui allie modernité à des influences old-school. L’ensemble est bien virulent, tonique, direct et taillé pour le live et les riffs surtout sont accrocheurs et hallucinants (« Public Enemy No1 »). Bref, ça tue direct. Il y a peut-être « Hell Is For Heroes » qui se démarque avec son introduction calme mais très sombre où la voix de Johan se mue en un sussurement, avant que ça ne s’énerve à nouveau. A noter l’accélération négociée de manière très subtile. Les titres scotchent, les soli sont souvent jouissifs et du feu de Dieu (« No Apparent Motive », « So Grim, So True, So Real » et son riff d’intro qui scotche littéralement d’entrée) et les rythmiques pilonnent sur des tempos parfois plus binaires qu’on pourrait le croire. Encore une fois l’occasion pour un groupe de démontrer que lorsque l’on compose de bonnes chansons accrocheuses, pas la peine de surenchérir dans ses blast-beats inutiles, systématiques et destructurants. C’est le cas dans de nombreux passages (« When Hatred Comes To Life », « Devil On The Red Carpet »). Parfois, on trouve une rupture entre couplets rapides et féroces et refrains plus lourds ou nuancés. On ne s’ennuie pas à l’écoute car l’ensemble se révèle extrêmement percutant et entraînant.

Très bonne surprise en matière de thrash/death détonnant mais mélodique, ce premier album de ONE MAN ARMY est incontestablement un des opus les plus redoutables en ce début 2006. Une patte et une patate à réveiller les morts pour les préparer à l’assaut final, renforcé par le son lourd et la production de Dragan Tanaskovic (EVERGREY). L’album a été produit au Bohus Studio. Les 5 zombies ont déjà commencé à écumer les scènes un peu partout en première partie de CHILDREN OF BODOM et démontré un impact scénique intéressant. Un début de carrière qui démarre sur les chapeaux de roues pour ce nouveau groupe nordique prometteur. On espère que la suite confirmera ce premier jet fort encourageant.

A lire aussi en THRASH METAL par POWERSYLV :


DEATH ANGEL
The Art Of Dying (2004)
Le nouveau DEATH ANGEL : un heavy/thrash moderne

(+ 1 kro-express)



MEGADETH
Rude Awakening (2002)
Thrash / death


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Johan Lindstrand (chant)
- Pekka Kiviaho (guitare)
- Mikael Lagerblad (guitare)
- Valle Adzic (basse)
- Marek Dobrowolski (batterie)


1. Killing Machine
2. Devil On The Red Carpet
3. Public Enemy No 1
4. No Apparent Motive
5. Hell Is For Heroes
6. When Hatred Comes To Life
7. So Grim So True So Real
8. Behind The Church
9. Branded By Iron
10. Bulldozer Frenzy
11. The Sweetness Of Black
12. Mary’s Raising The Dead



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod