Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


JESSE STRANGE - Jesse Strange (1992)
Par THE MARGINAL le 13 Mai 2006          Consultée 1529 fois

Signé chez Sony/Epic, le quartette américain Jesse Strange a sorti son premier album éponyme en 1992. Autrement dit, le contexte n'est guère propice à aspirer au succès, vu que des changements sont en cours dans le paysage musical américain et que la musique de Jesse Strange lorgne du côté du hard US à la fois mélodique et punchy.

Il y a au total 10 titres sur cet album et ceux-ci, s'ils ne sont pas très originaux, ont dans l'ensemble un certain charme et on reconnaît aux musiciens un certain savoir-faire. Musicalement, s'il fallait faire un raprochement, on pourrait situer Jesse Strange dans la même famille que Steelheart, Babylon A.D, Sweet F.A, voire Hardline par moments.

Parmi les titres qui attirent l'attention, on peut citer l'incisif "Raise a little hell" qui dépote, le big-rock groovy "Love on the telephone" qui met en évidence le sens de l'humour du quartette US car le thème abordé est le téléphone rose(ah, bravo ! fallait trouver un truc pareil, et seul un groupe de hard US en était capable...), le mid-tempo entêtant et mélodique "Silver screen", arrangé juste comme il faut et bourré de solos de gratte ravageurs, le festif et entraînant "Weekend tonight" qui s'apparente à une invitation à la "party all night long", le bluesy "Coyote morning" au ton résolument joyeux, ou encore "Dancing for strangers", typique du hard rock macho, mais dans le bon sens du terme dans ce cas précis. Vous l'aurez compris: tous les titres cités parmi les plus efficaces sont foncièrement hard.

Car dans le registre des ballades, Jesse Strange se montre quand même moins efficace. Non pas que les 3 ballades de l'album soient mauvaises, mais "Make a wish" et le mielleux "The last goodbye" donnent l'impression d'avoir déjà été entendues et réentendues des centaines de fois auparavant. Dans ce domaine, n'est pas Skid Row, Guns N' Roses, Poison ou Tesla qui veut... En revanche, l'autre power-ballad "Living without your love", revigorée comme il se doit par une rythmique plus incisive et quelques textures de guitares plus heavy, est nettement plus convaincante et sauve, pour ainsi dire, l'honneur.

C'est finalement dans un registre résolument hard rock que Jesse Strange se montre le plus à son avantage et, dans l'ensemble, on peut considérer cet album comme réussi car les compos sont suffisamment convaincantes pour que les amateurs de hard US puissent apprécier. Pour finir, cela n'a pas grand chose à voir, mais sachez qu'un second album("Looking for some strange") de Jesse Strange a été enregistré, qu'il est possible d'écouter sur le Net des extraits de celui-ci et qu'une sortie pourrait se concrétiser tôt ou tard...

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


BUCKCHERRY
Time Bomb (2001)
Hard rock




L.A. GUNS
L.a Guns (1988)
Hard rock


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Grant Tibor (chant)
- Scott Migone (guitare)
- Danny Lullie (basse)
- Paul Trust (batterie, claviers)


1. Raise A Little Hell
2. Love On The Telephone
3. Make A Wish
4. Silver Screen
5. Weekend Tonight
6. Coyote Morning
7. Down And Dirty
8. Living Without Your Love
9. Dancing For Strangers
10. The Last Goodbye



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod