Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Myspace Fanpage (370)
 Fansite (444)

JUDAS ISCARIOT - The Cold Earth Slept Below (1995)
Par JEREMY le 26 Avril 2006          Consultée 3658 fois

Il est intéressant de voir, aujoud’hui en 2005, l’évolution qu’a suivie le black metal depuis ses débuts en Norvège il y a une bonne quinzaine d’année. Je ne referais pas l’historique des multiples courants empreintés par les différents groupes qui ont existé depuis (pour cela je vous renvoie à la chronique de « Stormlord – The Gorgon Cult » de Julien), mais il est facile de comprendre que tous ont une affiliation à la scène scandinave. Et une fois qu’on a pris l’habitude d’écouter les productions des groupes actuels (que leur son soit bon ou mauvais, d’ailleurs), on a du mal à se replonger dans les vieux disques, d’autant plus quand les disques en question étaient déjà dotés d’une production plus que douteuse pour l’époque.

C’est le cas de Judas Iscariot, one-man-band américain fondé par Akhenaten qui, après plusieurs démos, enregistre son premier album influencé par la scène norvégienne la plus violente (Darkthrone, mais également les tout premiers Mayhem, autant dire un black metal pratiquement death, ou si l’on veut, un death metal pas encore complètement black), un album intitulé « The Cold Earth Slept Below ». Et comme chacun sait, les Etats-Unis ont toujours un wagon de retard sur la vieille Europe (pour une fois qu’on peut le dire, ne nous gênons pas :-p), ce disque sorti en 1995 se retrouvait déjà complètement dépassé par les évènements. Autrement dit, alors que les groupes comme Burzum, Immortal, Emperor, Darkthrone ou encore évidemment Mayhem avaient déjà sorti leur chef-d’œuvre, les américains en étaient encore à leur coup d’essai. « The Cold Earth Slept Below » est donc servi par une production archi-pauvre (et c’est rien de le dire). Le son de la batterie est inégal d’une mesure sur l’autre, à un moment on a l’impression que la charleston domine le vacarme, puis l’instant d’après on ne l’entend plus et c’est la caisse claire qui prend le dessus. Tout ça est tellement incohérent que c’en est risible. Au moins, on ne pourra jamais reprocher aux américains de ne pas être authentiques…

… Mais à force de vouloir faire authentique, ils finissent par surenchérir démesurément, au point de nous faire croire à une bête parodie de la scène norvégienne : chant grogné indéchiffrable, mur du son tel qu’il est impossible de distinguer la grosse caisse de la basse, la basse des riffs de guitares, et la guitare des grésillements dus à l’enregistrement garage. D’ailleurs s’il est si difficile de distinguer la basse à l’oreille, c’est tout bêtement parce qu’il n’y en a pas, Akhenaten enregistre plusieurs pistes de guitares pour noyer le poisson (et le son au passage). Néanmoins, à force d’écoutes, on trouve par-ci par-là quelques riffs intéressants, quelques ambiances sympathiques, et aussi quelques énigmes. Certains titres longs (« Babylon ») en côtoient d’autres beaucoup plus courts, « Wrath », condensé de haine à l’état pur rappelant les prémices du grindcore (il faut là aussi chercher l’influence en Europe, chez les anglais de Napalm Death). D’autres, comme « The Cold Earth Below », le morceau éponyme, se voit dépouillé de tout artifices et se réduit à un riff de guitare que l’on retient plus pour son ‘bend’ bizarrement placé que pour ses capacités mélodiques ou ses ambiances nécrotiques. On dirait encore une fois un morceau d’un groupe de grind sur le point d’exploser mais qui ne se lance vraiment jamais. Ce qui ressort globalement, c’est une envie d’aller de l’avant, de se décharger d’une haine impensable.

En tout cas, même s’il ne le sait sûrement pas à l’époque, le bonhomme est original, les riffs évocateurs, et on se dit qu’il faudra garder un œil sur ce groupe à l’avenir. De toute façon, un black violent, presque malsain, influencé par les premières œuvres des groupes norvégiens les plus noirs (Burzum pour le lettrage du logo et le visuel en général, Darkthrone et Mayhem pour le côté violent et irréfléchi), même s’il vient des Etats-Unis, ne peut pas être foncièrement mauvais. Voyons ce que donne l’album suivant…

A lire aussi en BLACK METAL par JEREMY :


XEOHL
Un Genre De Noir (2007)
Original, riche et varié,le renouveau du french bm




HIRILORN
Legends Of Evil And Eternal Death (1998)
L'album de black metal français à ne pas louper !!


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
   ONCLEGUUD

 
   (2 chroniques)



- Akhenaten (tout)


1. Damned Below Judas
2. Wrath
3. Babylon
4. The Cold Earth Slept Below
5. Midnight Frost
6. Ye Blessed Creatures
7. Reign
8. Fidelity
9. Nietzche



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod