Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1991 Bareback
 

- Style + Membre : Msg

WILD HORSES - Bareback (1991)
Par ATOMIC PLAYBOY le 14 Avril 2006          Consultée 1968 fois

Formé autour de deux ex-Kingdome Come (le batteur James Kottak et le guitariste Rick Steir) Wild Horses propose ici un album qui n’a rien à voir avec la musique de « la bande à Lenny Wolf », donc pas de relents Zeppeliniens au programme. Le groupe offre avec Bareback une collection de douze titres extrêmement efficaces qui évoquent Whitesnake (dans sa période 1987/Slip of the tongue) ou Dokken. Refrains entêtants, rythmiques « puissantes mais classe », son impeccable (signé Keith Olsen) cet album représente bien une scène américaine qui était alors au sommet de son art. N’importe quel morceau de cet album aurait pu faire un tube tant ils sont tous réussis et démontrent une capacité de composition hors du commun. Quant à la technique des musiciens elle est sans faille et l’apparition de Jeff Pilson et Darren Wharton en guests confirme qu’on n’a pas affaire à des rigolos. Le chanteur John Levesque (dont c’est à ma connaissance la seule apparition dans un groupe) est particulièrement à l’aise, possédant une voix qui évoque notamment Danny Vaughn de Tyketto, à la fois chaude, puissante et modulable. Il domine réellement cet album en délivrant des refrains tueurs qui rentrent dans la tête dès la première écoute. De Cool me down qui ouvre magistralement l’album, à la reprise de Tell me something good de Stevie Wonder (oui, oui vous avez bien lu) qui termine l’album sur une note groovy, John Levesque est vraiment impressionnant de classe et de feeling.

Deux ballades sur cet album. Tout d’abord The river song, ballade musclée, notamment par la présence d’une batterie puissante sur le refrain, qui fonctionne bien et qui remplit plus qu’honnêtement son rôle. Malgré tout ce n’est pas une ballade au sens pur du terme, mais plutôt à mon sens un compromis entre le mid-tempo et la ballade. Un titre excellent quoi qu’il en soit.
Quant à Matter of the heart la deuxième (et véritable) ballade de l’album c’est une pure merveille. Là encore un refrain plus rythmé et moins larmoyant que la plupart des ballades hard traditionnelles, mais quel refrain ! N’importe quel fan de hard US ne peut que succomber face à la chaleur de la voix de Levesque sur ce titre. Ce même Levesque fait d’ailleurs une démonstration incroyable sur la reprise de Tell me something good interprétée avec des intonations typiquement Stevie Wonder, mais pour mieux grimper dans les aigus quand il le faut. Cette reprise constitue une surprise agréable puisqu’elle tranche avec le reste de l’album par son côté « funk » mais ne dépare pas pour autant tant l’interprétation est excellente et prouve que Wild Horses s’est réellement approprié le morceau.

Pour les 9 autre morceaux, la recette est identique et ô combien efficace : des riffs clinquants et des refrains immédiatement mémorisables. A l’image de Burn it up, l’avant dernier titre de l’album. C’est simple, si vous avez aimé « Don’t come easy » de Tyketto, vous ne pouvez que succomber face à ce morceau. Face à cet album. Face à ce groupe.

A lire aussi en HARD ROCK par ATOMIC PLAYBOY :


KEEL
Keel (1987)
L'album le plus convaincant du gang de ron keel




TALISMAN
Humanimal Part 2 (1994)
Deuxième "petite" moitié d'un chef d'oeuvre.


Marquez et partagez




 
   ATOMIC PLAYBOY

 
  N/A



- John Levesque (chant)
- Rick Steir (guitare)
- Chris Lester (basse)
- James Kottak (batterie)


1. Cool Me Down
2. Had Enough Of Your Love
3. Your Love Is Junk
4. The River Song
5. Fire And Water
6. N.y.c. Heartbreaker
7. Whiskey Train
8. Tougher Than Love
9. Day In The Sun
10. Matter Of The Heart
11. Burn It Up
12. Tell Me Something Good



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod