Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Rhapsody, Luca Turilli's Dreamquest , Dragonland, Ancient Bards, Kamelot, Requiem, Dark Moor, Luca Turilli , Luca Turilli's Rhapsody
- Membre : Battleroar, Doomsword, Forgotten Realm, Mercury Rain
 

 Site Officiel (342)
 Myspace Fan Club (221)

THY MAJESTIE - Jeanne D'arc (2005)
Par BAST le 19 Décembre 2005          Consultée 8448 fois

Trois ans après l’excellent « Hastings 1066 », THY MAJESTIE, bel espoir de la scène italienne, revient avec un nouvel opus qui enfonce définitivement le clou, à une nuance près, j’y reviendrai un peu plus loin. Effectivement, le symphonique, grandiloquent, sombre et épique « Hastings 1066 » trouve avec ce troisième concept-album une suite éclatante.

Et pourtant, il n’était pas évident du tout de sortir un album de la même trempe, avec le renouvellement nécessaire pour éviter toute redite. D’autant plus que le départ du chanteur Dario Grillo, remplacé au pied-levé par Giulio Di Gregorio, ne facilitait pas les choses (un remplacement derrière le micro qui a d’ailleurs valu à « Jeanne d’Arc » de sortir plus tard que prévu).

THY MAJESTIE relève le pari et nous sort la même recette que sur « Hastings 1066 », avec toutefois un côté grandiloquent moins présent et une saveur épique encore plus impressionnante. C’est bien simple, je ne me souviens que de très peu d’albums qui soient parvenus à mettre en exergue à ce point le côté épique des compositions. En outre, « Jeanne d’Arc » fait montre d’une maturité qui fait de THY MAJESTIE, à mon sens, un groupe désormais incontournable en matière de metal symphonique. La place de second groupe de heavy italien est toute proche (c’est affaire de goût, mais elle se dispute en ce qui me concerne entre DOMINE et THY MAJESTIE).

« Jeanne d’Arc » est peut-être l’album le plus représentatif de la scène heavy italienne de ces 10 dernières années. Toutes les tendances de prédilection des formations transalpines y sont représentées, du metal symphonique initié par RHAPSODY au metal progressif cher à TIME MACHINE, en passant, évidemment par le speed mélodique.

Loin des clichés coutumiers de la scène heavy italienne, THY MAJESTIE refuse la facilité et propose des mélodies racées, recherchées, des enchaînements réfléchis, use des parties symphoniques à bon escient, respectant un équilibre presque idéal entre section heavy et section orchestrale. Si vous voulez pénétrer un univers baroque (« Revelations »), médiéval, symphonique (« Up To The Battle ! », « March Of The Brave »), épique au possible (« …For Orleans », « The Trial »), parfois surprenant (l’enchaînement sur « The trial »), « Jeanne d’Arc » est fait pour vous… A une nuance près, donc…

Car « Jeanne d’Arc » a peut-être le défaut de ses qualités : dense, complexe, bourré d’idées, l’album est de fait à réserver à une certaine catégorie d’auditeurs. Les fans du groupe vont vénérer « Jeanne d’Arc », les amateurs de metal symphonique devraient y trouver leur compte, mais les amateurs de metal épique en général auront peut-être du mal à accrocher tant cet opus est difficile d’accès. Il faut de nombreuses écoutes pour s’en imprégner. Un fois que c’est fait, il en devient obsédant.

La production est excellente, avec, et c’est plutôt rare chez les formations transalpines, une rythmique bien mise en avant. Les parties symphoniques et les chœurs se fondent parfaitement dans l’ensemble, si bien que « Jeanne d’Arc » fait partie des albums qui donnent son véritable sens au terme « metal symphonique ».

Unique en son genre, « Jeanne d’Arc » démontre un sens de la composition aigu. Je vais même plus loin : il faut du génie pour parvenir à mêler tant d’idées, tant d’éléments, et aboutir à un tout à ce point cohérent. Comble de bonheur, le CD est orné d’une superbe pochette.

« Jeanne d’Arc » est l’une des grosses sensations de l’année 2005. Une année 2005 décidément très riche.

Grandiose…

Note : 4,5 / 5

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


DARK MOOR
Between Light And Darkness (2003)
Metal symphonique




Luca TURILLI
Demonheart (2002)
Metal symphonique


Marquez et partagez





Par AKRON




 
   BAST

 
  N/A



- Giulio Di Gregorio (chant, chœurs)
- Giuseppe Bondi (claviers, orchestrations)
- Maurizio Malta (guitares)
- Giovanni Santini (guitares)
- Dario D'alessandro (basse)
- Claudio Diprima (batterie)


1. Revelations
2. Maiden Of Steel
3. The Chosen
4. Ride To Chinon
5. ...for Orleans
6. Up To The Battle !
7. March Of The Brave
8. The Rise Of A King
9. Siege Of Paris
10. Time To Die
11. Inquisition
12. The Trial



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod