Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (13)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Helloween, Gamma Ray
- Membre : Symakya, Civilization One, La Horde
- Style + Membre : Dragonforce

HEAVENLY - Coming From The Sky (2000)
Par MEFISTO le 18 Octobre 2009          Consultée 5024 fois

J'ai toujours pensé que la pochette était primordiale, surtout en cette époque du « paraître » et de l'image que nous traversons. De toute manière, un artwork qui torche aura la cote peu importe les tendances. Un artiste canadien que j'ai croisé dernièrement m'a confié que selon lui, la pochette était aussi importante que le disque, car si l'amateur n'était pas accroché en regardant l'album, les longs mois de travail consacrés à la musique cachée en dessous ne valent plus rien. Avouez que c'est bien pensé… Mais bon, cette loi non écrite prévaut surtout en pop, on s'entend, le fan de Metal n'étant pas si superficiel… Je me trompe ? De plus, la pochette est supposée donner une bonne idée du style, du caractère de l'album. C'est un léger avant-goût de ce qui attend l'auditeur…

Bref, en me rappelant la pochette de "Coming From The Sky", premier skeud d'HEAVENLY que je n'avais jamais écouté mais qui me tentait vachement, j'ai d'instinct deviné que cet ange bleu sexy cachait une musique accrocheuse et surtout, fédératrice. Et pas seulement parce que le Speed des Français attire l'attention et suscite une forte sympathie dès les premiers tours de platine, mais bien parce qu'un premier album possède souvent cette saveur d'innocence mélangée à une volonté évidente d'entre mettre plein la vue. Enfin, c'est vrai chez les groupes qui ont de la gueule et HEAVENLY en a. Son premier opus contient donc exactement cela : une humble performance d'une heure (en comptant les deux titres bonus) sur laquelle sont compactés de solides doses de vitamines, de riffs et fûts rapidos, d'écorchages sévères provenant de la basse de Laurent Jean, de mélodies fantastiques et de chœurs séducteurs s'imprégnant dans notre chair comme l'eau sur une aquarelle.

Du Speed qui harponne, nul doute là-dessus. Les éléments-clés sont là, assemblés par une troupe jeune et volontaire, qui a accueilli Kai Hansen (GAMMA RAY) and Piet Sielk (IRON SAVIOR) pour chanter avec elle sur "Time Machine". Du Speed qui transforme un rictus en sourire, qui donne envie de faire la fête, de rouler, de courir comme un déchaîné, du matériel réconfortant qui naissait dans un contexte plutôt positif pour le style. Plus d'une cinquantaine d'opus de Speed dignes de mention étaient sortis quelques années avant la parution de "Coming From The Sky" et le flot ne s'est pas tari par la suite. Qu'HEAVENLY ait été emprisonné dans vos filets ou non, il aura fait baver et rêver une multitude de fans, en France surtout.

Sincèrement, si la production avait été beaucoup meilleure, "Coming From The Sky" posséderait un passeport pour le ciel, un visa pour vieillir en beauté jusqu'à sa mort. Les Français auront dû composer avec les moyens du bord. Mais bon, on était quand même en 2000, alors je peux vivre avec ce gros détail et lever quelques objections sur la « linéarité » dont souffre l'album malgré une variation des atmosphères. Ce n'est pas pire que le chant ultra aigu et légèrement agaçant de Ben Sotto, qui a définitivement mal macéré avec les années. Notons aussi ce subtil décalage entre les soli et la double pédale, qui aurait pu être effacé au mixage. L'ardeur de Chris Savourey est tout de même louable, le guitariste offrant une magistrale démonstration de virtuosité, complétée par le clavier de Sotto.

La formation envoie la sauce dès le premier et romantique premier titre, "Carry Your Heart", dont je vous conseille la lecture des paroles ; c'est à se barricader dans la salle de télé avec de vieux films d'amour (huhu…). HEAVENLY enchaîne heureusement avec une suite ininterrompue de claques plus vigoureuses, tout en ne se bandant pas les muscles. Les Français sont surtout de petits anges bleus, pas de grosses bêtes rouges et noires. Leur Speed est gentil et chasse la déprime, autant avec ses contagieuses cavalcades qu'avec ses harmonies vocales (celles de "Number One" sont particulièrement fortes), qui font oublier un peu les ratés de Sotto. Le combo lorgne aussi du côté du Heavy/Prog sur "Our Only Chance", notamment, en ralentissant un peu le rythme au profit de bridges planants. Mais la guitare n'est jamais loin pour s'affoler et venter nos conduits auditifs ("My Turn Will Come"), alors que Ben Sotto s'égosille comme un diable enchanté de brûler dans de l'eau bénite…

HEAVENLY frappait très fort au tournant du siècle avec son premier album. Je répète qu'une heure de Speed est une livraison assez lourde, alors les Français n'auront pas marqué le petit monde du Metal pour rien ! Un pas initial vers d'autres belles réussites que vous connaissez déjà…

Note réelle : 3,5

A lire aussi en POWER METAL par MEFISTO :


SONS OF SEASONS
Magnisphyricon (2011)
Wow, quel revirement de situation !!!




DIABULUS IN MUSICA
Argia (2014)
Surprenante et inspirante Espagne...


Marquez et partagez



Par BAST



Par EDEN, STEF




 
   MEFISTO

 
   JEFF KANJI
   STEPH

 
   (3 chroniques)



- Ben Sotto (chant, clavier)
- Chris Savourey (guitare)
- Laurent Jean (basse)
- Maxence Pilo (batterie)


1. Coming From The Sky
2. Carry Your Heart
3. Riding Through Hell
4. Time Machine
5. Number One
6. Our Only Chance
7. Fairytale
8. My Turn Will Come
9. Until I Die
10. Million Ways



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod