Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1991 Naked Sun

NAKED SUN - Naked Sun (1991)
Par THE MARGINAL le 26 Octobre 2005          Consultée 1587 fois

Arrivé dans le monde hard/heavy au début des 90's, Naked Sun apparaît comme un groupe atypique tant sa musique est en décallage avec tout ce qu'on peut entendre à droite et à gauche. Décrire ce quintette allemand n'est pas aisé car sa musique est complexe, assez difficile d'accès. Disons que Naked Sun se rapproche du rock progressif vu que plusieurs compos invitent l'auditeur à un voyage musical. Sur ce premier album éponyme, on trouve des instruments tels que le saxophone, le violoncelle.

On ne peut nier que le combo allemand a travaillé dur sur son album et s'est employé à rendre celui-çi original. D'ailleurs, quand on voit les titres de l'album, on reconnait tout de suite qu'ils ne viennent pas
d'un autre groupe. L'album, lui, se compose de 7 compositions particulièrement travaillées et 4 interludes dont un dure... 3 secondes !(Chapeau, les mecs: un truc pareil, fallait trouver !!).

Le premier titre "The moment(a moment later-C.M.F)" est vraiment l'archétype de la compo progressive avec sa structure à géometrie variable, ses ambiances. Si ce titre est bien arrangé sur le plan mélodique, il s'avère difficile d'accès et on peut objecter qu'il lui manque ce côté accrocheur pour y adhérer. D'autre part, ce titre est mou, manque de pêche, ce qui renforce le sentiment d'ennui qu'il peut susciter.

De cet album, on retiendra en particulier "A song on fire", une compo teintée hard progressif pleine de chaleur et dopée par l'excellente prestation vocale du chanteur Max Vanderwolf, "Blackberry saturday" qui
permet à chaque musicien de s'exprimer sans retenue et ne déparerait pas sur un des meilleurs albums de Dream Theater, ainsi que "never stop, chapel perilous", une longue compo(12'11) qui est une invitation ouverte à
un voyage musical riche, aux ambiances variées(tantôt épiques, tantôt planantes, tantôt big-rock, tantôt jazzy). D'autre part, on peut aussi signaler la presence de "Rock corps", un court intermède rigolo qui
s'apparente(d'après moi) à une bande-son télévisée en rapport avec le rock.

De manière globale, on peut quand même dire que cet album de Naked Sun est très difficile d'accès. Pour ma part, avant de le chroniquer, j'avais écouté 4 fois ce disque et j'avoue que j'ai toujours du mal à rentrer complétement dedans. Le groupe fait montre d'une réelle maitrise technique et le chanteur Max Vanderwolf module assez bien sa voix. Malgré tout, son premier album est très difficile à apprivoiser. Il faut avouer
que les guitares ne sont pas assez mordantes, ce qui est peut-être un handicap. Ceci dit, Naked Sun a été courageux de sortir un tel album qui, à l'époque, était vraiment en décalage avec le reste. Aujourd'hui, il
le serait encore, même si le créneau du progressif est assez prisé. Pour finir, je suggérerais plutôt ce disque aux fans de Dream Theater, Shadow Gallery.

Veritable note: 2,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


KANSAS
Song For America (1975)
Quand l'Amérique est belle




The FLOWER KINGS
Space Revolver (2000)
Dites le avec des fleurs


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Zero (basse, violoncelle)
- T.b. Quagmire (batterie)
- Max Vanderwolf (chant, saxophone)
- Mathias Q-tip (guitare)
- Franz Liebkins (claviers)


1. The Moment
2. A Song On Fire
3. A Title For Glenn
4. Rite To Life
5. Rest Area
6. Stillborn
7. Bleeding Line
8. Blackberry Saturday
9. Psycho-active
10. Rock Corps
11. Next Stop, Chapel Perilous



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod