Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD/GLAM  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


EROTIC SUICIDE - Abusement Park (1993)
Par THE MARGINAL le 16 Septembre 2005          Consultée 1345 fois
Erotic Suicide étant un groupe de glam ayant sévi dans les 90's, un très faible nombre de personne a entendu parler de ce quintette américain puisque la dernière décennie du 20ème siècle fut marquée par l'avènement du grunge, du rock alternatif entre autres. Pourtant, des groupes de glam sont apparus durant cette période et ont sorti des albums à titre confidentiel. Erotic Suicide fait justement partie de ces combos et son premier album "Abusement park a vu le jour en 1993.

La pochette de l'album est assez classique dans le genre. Quant au contenu, il ne propose rien de révolutionnaire: Erotic Suicide reprend les choses là où les Mötley Crüe, Poison, Tuff, Pretty Boy Floyd, voire Faster Pussycat les avaient laissées. On a donc droit à du hard rock/glam énergique, vitaminé et bien éloigné des ambiances depressives et sombres présentes sur les disques en vogue à l'époque...

Le premier titre "Babylon" met d'entrée l'auditeur dans le bain: guitares bien mises en avant, chant criard, approximatif, mais spontané et refrain énergique, percutant. On est bel et bien en présence d'un groupe qui ne calcule pas, ce qui est la moindre des choses pour un premier album. "Can't remember", qui suit, fait bien ressortir le côté rock n'roll propre au groupe et sonne de façon très live, tout comme "Comes around goes around" à l'ambiance très sleaze et dont le tempo de l'urgence se trouve accentué. "Mean sex machine" est le titre qui tend le plus ouvertement vers le glam et, malgré son côté brouillon, s'avère être le plus surprenant avec ses brefs passages tapageurs. Dans ce style, "You're so cool", le punchy "Wait a minute"(très "Poison-esque" dans l'esprit) sont assez convaincants et la ballade électrique "Sweet summer nights", judicieusement postée en fin d'album, est de fort belle facture.

Cependant, cet album compote quand même pas mal d'imperfections, comme le prouve le titre "Goin' down" et souffre d'une production un peu trop artisanale, voire approximative. Dans un style comme le glam, ça peut être un handicap car les compos ne sont pas mises en valeur comme il se devrait de l'être.

Pour un premier album, Erotic Suicide, à défaut d'avoir été transcendant, a fourni un travail potable avec des chansons suffisamment décentes pour satisfaire les fans de glam. Bien sûr, ce "Abusement park" n'a pas l'efficacité d'un "Too fast for love"(Mötley Crüe), "Two steps from the move"(Hanoi Rocks) ou "Look what the cat dragged in"(Poison), mais il montre que son concepteur est animé de bonnes intentions et de beaucoup de punch à revendre, ce qui incite à penser qu'en améliorant certains points(la production, en particulier), il peut encore mieux faire. Verdict: l'élève Erotic Suicide est admis à l'examen, mais la mention n'est pas pour maintenant. La prochaine fois, peut-être ?




Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Rachal Rose (chant)
- Kyle St. Clair (guitare)
- Stephan Lauren (guitare)
- Leslie Kane Black (basse)
- Dd Rose (batterie)


1. Babylon
2. Can't Remember Goin' Down
3. Comes Around Goes Around
4. Mean Sex Machine
5. You're So Cool
6. Ties Me Up
7. You Get What You Pay For
8. Wait A Minute
9. Sweet Summer Nights



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod