Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD/GLAM  |  STUDIO

Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Robin BLACK & INT. ROCK STARS - Instant Classic (2005)
Par THE MARGINAL le 18 Juillet 2005          Consultée 2293 fois

Quoi de neuf dans le monde du glam ? Et bien, en cette fin de premier semestre 2005, Robin Black et ses "Rock Stars Intergalactiques" reviennent avec un second album sous le bras ayant pour titre "Instant classic". Ce disque est attendu au tournant par les fans de glam car ce quintette canadien haut en couleur doit confirmer les excellentes impresisons laissées par "Planet: fame", qui marquait leurs débuts discographiques en 2002.

Entre-temps, Robin Black et ses pistoleros auront beaucoup tourné et le bouche à oreille leur a permis de gagner plusieurs fans. Autre fait notable: il y a eu 2 changements de line-up. le batteur Kevin Taylor et le guitariste Stacey Straye sont partis et ont été remplacés par le bassiste The Creep (Killer Ky héritant du poste de guitariste) et le batteur Christopher Kidd.

Afin de mener à bien ce second opus, Robin Black et son équipage ont fait appel à GGGarth (qui avait déjà produit l'album précédent) ainsi qu'à Bob Ezrin, un producteur bien connu et fort d'un très solide CV (il a Kiss et Alice Cooper, entre autres, à son palmarès).

Alors, qu'en est-il exactement de "Instant classic" ? Ne tournons pas plus longtemps autour du pot et voyons titre par titre ce que nous ont proposés Robin Black et ses partenaires:
- Why don't you love me ?: Pour bien débuter l'album, rien de tel qu'un bon mid-tempo hard rock punchy appuyé par un gros refrain tapageur. Par la même occasion, on s'aperçoit que Robin Black a pris plus d'assurance dans son registre vocal. Belle entrée en matière.
- We saw right through ya: On reconnait là la patte résolument glam du combo canadien avec ses mélodies légères, catchys, entrainantes et ce ton insouciant caractéristiques du glam. Quant aux guitares, elles oscillent entre hard et pop, bien soutenues par les choeurs.
- Hellraiser: Reprise d'un des classiques de Sweet, un groupe de glam mythique des 70's. L'interprétation de ce titre est excellente car Robin Black et ses partenaires le jouent avec enthousiasme, énergie et conviction comme s'il s'agissait d'une compo personnelle à eux. Qui plus est, cette cover a été arrangée subtilement avec la présence de cuivres bien sentis.
- Better off that way: Retour au glam insouciant sur ce mid-tempo avec les guitares pas trop saignantes, mélodiques à souhait, la voix de Robin Black posée et les choeurs légers comme à l'habitude sur le refrain, entrainants.
- Over you: LE mega-tube en puissance de l'album, carrément imparable ! C'est simple, tout y est: gros refrain incisif appuyé par des choeurs percutants, voix de Robin Black plus furibarde qu'à l'accoutumée, quitares envoûtantes et punchy, speech de Robin Black, totalement délirant peu après le solo, applaudissements de la foule en délire à la fin. Bref, on est là en présence de l'archétype du morceau fédérateur et bombastique qui fait cruellement défaut sur les ondes hertziennes et radiophoniques...
- Seventeen: Ce titre planant est assurèement original. Le premier couplet est chanté par le guitariste Starboy, le second par Robin Black, puis les 2 compères superposent leurs voix. Ce titre s'écarte franchement du schéma classique couplet/refrain/couplet.
- Feel(something so real): Robin Black et ses partenaires durcissent le ton sur ce titre plus résolument hard rock qui alterne toutefois couplet incisifs presque influencés par le punk et refrain plus aerien, plus glammisant. Jolie trouvaille.
- This one's gonna hurt you bad: Mid-tempo tapageur, incisif qui accentue les influences punkisantes du quintette canadien et qui voit Robin Black prendre un ton résolument déjanté, énervé. En outre, le solo de guitare est plein de vélocité.
- Shoot'em up now: Mid-tempo plus glam dont les consonances et les clichés renvoient aux 70's(les choeurs et le refrain très pop dans l'esprit), mais de facture finalement classique.
- Outta the city: Titre plus crade, plus orienté sleaze-rock, mais néanmoins ultra-catchy et toujours axé sur la mélodie. Cette chanson se rapproche un peu de ce que propose L.A.Guns, par exemple.
- Lullaby: La ballade de l'album. Celle-çi est faite principalement de piano et de violon et a un parfum très teinté 70's(on pense même à Pink Floyd). Si certaines mélodies sont bient trouvées, cette ballade est toutefois gâchée par la présence d'un violon qui lui confère des airs trop sirupeux, trop mielleux. Elle est toutefois superieure à "Take myself away", la ballade présente sur l'album précédent.

Ce qu'il en ressort de cet album, c'est que Robin Black exploite davantage ses capacités vocales et que le groupe, tout en restant fidèle à son style, a mis un point d'honneur à ne pas stagner musicalement. Bien qu'un poil en dessous de "Planet:fame", "Instant classic" est quand même un très bon album de hard/glam avec quelques moments d'originalité ici et là. Ce disque tend un peu plus vers les 70's, mais la présence de Bob Ezrin aux manettes y est peut-être pour quelque chose. Ne bénéficiant plus de l'effet de surprise, Robin Black et ses Rock-Stars intergalactiques ont confirmé qu'ils étaient une valeur sûre du glam et pouvaient reprendre le flambeau laissé par leurs ainés. Quelques chose me dit que ce groupe n'a pas épuisé ses munitions et peut sortir son chef-d'oeuvre absolu d'ici peu(le prochain opus ?). Affaire à suivre de très près, donc...

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


TESLA
Forever More (2008)
Heavy-rock à la fois roots, moderne et efficace




The POORBOYS
Pardon Me (1992)
Du bon hard bluesy dans la lignée des black crowes


Marquez et partagez



Par THE MARGINAL




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Robin Black (chant)
- Killer Ky (guitare, piano)
- The Creep (basse)
- Christopher Kidd (batterie)


1. Why Don't You Love Me?
2. We Saw Right Thru Ya
3. Hellraiser
4. Better Off That Way
5. Over You
6. Seventeen
7. Feel (something So Real)
8. This One's Gonna Hurt You Bad
9. Shoot 'em Up Now
10. Outta The City
11. Lullaby



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod