Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


AFTER ALL - The Vermin Breed (2005)
Par JEREMY le 26 Juin 2005          Consultée 1850 fois

Un groupe de metal qui vient de Belgique, ça aurait pu ressembler à du Gronibard, du Ultra Vomit, ou à une quelconque formation évoluant dans cet esprit de franche déconnade. Sauf qu’After All ne donne pas dans un porn-grind (plus ou moins) hilarant mais dans un thrash metal tout ce qu’il y a de plus sérieux. Et ce depuis dix ans maintenant, pour un total de cinq albums studio (celui-ci inclus).

Et pour ce « Vermin Breed », le groupe a pu s’octroyer les services d’un certain Harris Johns, producteur entre autres d’Helloween, Sepultura et Kreator. Autant dire que la production est réglée au poil, cumulant la puissance moderne à un son plus old-school, ce qui sied parfaitement à la musique d’After All, empruntant tant au passé qu’au présent dans une recette certes déjà connue de tous, mais qui continue de toucher au but.

Ainsi, les morceaux sont tous plus ou moins calqués les uns sur les autres, dépassant rarement les quatre minutes, et emplis de riffs puissants, plutôt lents et relativement peu techniques, mais à l’accroche mélodique indéniable. Niveau rythmique, c’est lourd, carré et costaud. La batterie est parfaitement mise en valeur alors que, curieusement, la double-pédale reste relativement discrète ; le tout restant néanmoins assez linéaire tant d’un morceau à l’autre qu’en leur propre sein. En revanche, la basse d’Erwin Casier aurait gagné à être plus exploitée. La voix grasse et éraillée de Piet Focroul colle parfaitement à la musique, dans un registre qui, bien que moins étendu, peut faire penser au chanteur de Kreator.

Sur neufs titres, cinq sont de véritables tueries, aux refrains particulièrement savoureux accompagnés des riffs de guitares puissants et de soli rondement menés. « Forgotten » tappe fort dès le début du disque, l’accroche est aisée, on rentre aussitôt dans l’univers d’After All, qui ne s’arrête pas en si bon chemin puisque suivent les excellents « Maze Of Being » (quel refrain !), « The Insufferable », et « Unnamed Sorrow », au relent plus mélancolique mais toujours aussi ravageur.

La tension (et l’attention aussi, par la même occasion) baisse d’un coup avec deux titres qui ne valent vraiment pas grand chose (« The Great Divide » et « Reasonable Doubt »), et qui coupent malheureusement le rythme d’un début de disque qui promettait gros. Sur les trois derniers titres, seul « Deny The Dream » renoue avec la qualité du début de disque ; « Cascade » étant une power-ballade sympathique mais sans grand intérêt et « Downward » reprenant l’insipidité des deux cités plus haut. De plus, certains titres ont la fâcheuse tendance à se terminer en queue de poisson (« Maze Of Being », « Cascade », ou encore « Deny The Dream »). Il y a donc encore à travailler de ce côté là.

Globalement, « The Vermin Breed » est un bon disque mais la qualité de la musique varie d’un morceau à l’autre. Peut-être le groupe aurait-il gagné à en repousser la sortie pour le peaufiner, ou à la rigueur n’en sortir qu’un EP, ce qui aurait permis d’y mettre uniquement les meilleurs titres. Un album qui plaira sans aucun doute à un grand nombre, mais qui ne restera assurément pas dans les annales. Le genre de disque idéal pour patienter entre la sortie de deux grosses pointures !

A lire aussi en THRASH METAL par JEREMY :


AFTER ALL
This Violent Decline (2006)
Au revoir les papys, voici la relève du thrash !




GODSMACK
Awake (2000)
Thrash metal


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Piet Focroul (chant)
- Dries Van Damme (guitare)
- Christophe Depree (guitare)
- Kevin Strubbe (batterie)
- Erwin Casier (basse)


1. Forgotten
2. Maze Of Being
3. The Insufferable
4. Unnamed Sorrow
5. The Great Divide
6. Reasonable Doubt
7. Cascade
8. Deny The Dream
9. Downward



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod