Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Trance, Titan, Cannon, Paragon, Blizzen, Saxon, Shockmachine, Thomsen
- Membre : Victory, Ez Livin', Dokken
- Style + Membre : The German Panzer , Udo

ACCEPT - Eat The Heat (1989)
Par METAL le 26 Août 2005          Consultée 9052 fois

Après « Metal Heart » et « Russian Roulette », Accept se trouve à un tournant important de sa carrière.
Le succès mondial aidant, Stefan Kaufmann et Peter Baltes décident de s’installer aux Etats-Unis tandis que Jorg Fischer était invité à quitter définitivement le groupe (il avait déjà fait une première escapade entre 1982 et 1984 et sera remplacé cette fois-ci par le Britannique Jim Stacey).
Séparés par plusieurs milliers de kilomètres les uns des autres et après les deux tournées éreintantes qui ont découlées de leurs deux derniers albums, les membres d’Accept sont au bord de la rupture et se voient contraint de faire un break pour la survie du groupe.
Mais profitant de l’aubaine, le leader charismatique Udo Dirkschneider s’éloignera de ses compagnons pour s’adonner à des plaisirs solitaires en formant son projet « U.D.O » laissant derrière-lui une formation qui ne s’en remettra jamais.

« Eat the Heat » est donc un album à part dans la discographie du groupe et la raison principale porte un nom : David Reece. Ex-« Lilian Axe » et « Dare Force », le vocaliste Américain malgré son implication faible et tardive au groupe (Reece n’intégrant le groupe que quelques jours avant les enregistrements en remplacement de l’éphémère et non productif Rob Armitage) renforce le coté Hard US déjà amorcé sur Metal Heart mais là où la voix d’Udo permettait de faire passer la pilule avec sa puissance et son chant éraillé, le timbre ultra-clean du nouveau chanteur rend l’ensemble plus convenu et moins pêchu.

Pourtant l’album commençait plutôt bien avec un "X-T-C" qui nous rappelaient au bon souvenir Heavy Metal du Accept d’antant : Puissance dévastatrice des guitares, quelques chœurs virils résistant encore et toujours à l’envahisseur "Rock pour tapettes" ainsi qu’une rythmique claquante et résonnante à la batterie pour accompagner des lignes de chants qu’Udo n’aurait eut aucun mal à exploiter tant elles semblent écrites pour lui…
Et l’on se prend même à rêver quand arrive "Generation Clash", titre de très bonne facture avec une ossature batterie – basse excellente et un David Reece qui s’accorde à merveille aux sonorités assez sombres d’un des meilleurs titres de l’album… A noter malheureusement un monologue bien kitsch made in US (Hey Mom, Have you always followed the Golden rule…) qui vient plomber l’ambiance en plein milieu de la chanson et qui annonce une suite d’album plus américanisé, mollassonne et bien moins attrayante.

Moins attrayante en effet pour tout fan de Heavy bien couillu mais agréable pour les amateurs de rock plus aseptisé.
Un titre comme "Stand 4 What U R" outre son nom complètement con (remarquez on était prévenu avec "X-T-C" en ouverture) est un petit bijou dans le genre "formaté radio" et la triplette "Prisoner" - "I can’t Believe in You" et "Mistrated" sans pour autant être désagréable, amèneront sans doute bon nombres personnes à se demander si Accept est bien l’auteur de cet album. (Question assez récurrente quand un groupe change de chanteur vous noterez…)

« Eat the Heat » aurait put être un album "charnière" entre une époque Heavy Metal et une nouvelle ère Hard FM. Adoucissant sa musique et la rendant plus accessible au grand public, Accept a fait un dangereux pari qui s’avéra perdant et dont les fans ne sauront leur pardonner et de plus cette nouvelle formation "post-Udo" n’aura pas l’opportunité d’approfondir ce changement d’horizon musical car peu de temps après, David Reece se verra gentiment remercier pour incompatibilité d’humeur avec le reste du groupe (comprenez Reece = gros chieur).

Avec un style différent et sans son chanteur charismatique, « Eat the Heat » est donc un album fort logiquement raillé par les fans de la première heure mais également apprécié honteusement par une minorité de personnes qui préfère garder le silence plutôt que d’avouer l’inavouable : Je suis un gros métalleux mais j’écoute parfois du Hard FM en cachette… Mais est-ce si honteux après tout ?

A lire aussi en HEAVY METAL par METAL :


Bruce DICKINSON
Tyranny Of Souls (2005)
Bon album mais un peu trop prévisible




METALLICA
Some Kind Of Monster (2004)
The monster lives

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   METAL

 
   CANARD WC

 
   (2 chroniques)



- Stefan Kaufmann (batterie)
- Peter Baltes (basse)
- David Reece (chant)
- Wolf Hoffmann (guitare)
- Jim Stacey (guitare)


1. X-t-c
2. Generation Clash
3. Chain Reaction
4. Love Sensation
5. Turn The Wheel
6. Hellhammer
7. Prisoner
8. I Can't Believe In You
9. Mistreated
10. Stand 4 What U R
11. Break The Ice
12. D-train



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod