Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


MIDNIGHT CIRCUS - Money Shot (2005)
Par THE MARGINAL le 15 Juin 2005          Consultée 1399 fois

Voilà un nouveau groupe qui devrait ravir les amateurs du hard rock americain des 80's. En effet, Midnight Circus est un quartette dont la musique est décrite (par sa maison de disque Perris Records, en tout cas) comme un croisement entre Dokken, Poison et Vince Neil. Il va sans dire que j'étais curieux d'entendre cette première galette de ce combo US et lorsque je l'ai aperçue chez mon disquaire favori, je l'ai achetée sans hésiter.

Après avoir écouté ce "Money shot", je peux affirmer qu'il n'y a pas tromperie sur la marchandise. Midnight Circus est bien influencé par les références citées dans le premier paragraphe çi-dessus. Pour être plus précis, l'influence de Dokken est la plus tangible et c'est peut-être dû à la voix du chanteur Rob Howl. On pourrait même, pour aller plus loin dans l'analyse, décrire Midnight Circus comme une sorte de version sleaze de Dokken.

Après une brève intro("Welcome the circus"), on rentre dans le vif du sujet avec "Psychedelic trippin' ", un mid-tempo puissant, clinquant et mélodique dont le refrain s'incruste tout de go dans les esprits. Ce titre permet d'admirer le talent du guitariste Gregg Gill et risque fort de devenir un classique du groupe si celui-çi persévère. "Tonight" rappelle plutôt le Poison des 2 premiers albums par son côté glam punchy et insouciant. Midnight Circus semble exceller dans l'art de composer des titres accrocheurs aux riffs rugueux et dont les lignes de chant sont plus mélodiques, voire aériennes. Il suffit de poser une oreille sur "Only one", dont le refrain voit les choeurs répondre au chanteur Rob Howl, ou encore le mid-tempo hard/pop "Yours forever" habilement déguisé en ballade, l'insolent et coquin "Dirty rhythm" dont le final voit le ton se durcir et se déjanter pour s'en apercevoir.

Ce quartette sait se faire également plus incisif quand il le faut. La preuve en est avec le big-rock très rythmé "Forever came today", le puissant et tapageur "Nothing to lose", le heavy et planant "Alive" et ses lignes de basse pesantes qui lorgne, lui, du côté de Ozzy Osbourne et accélère le tempos sur la fin, sans oublier le sec et déjanté "S.M.D"(dont les initiales signifient Suck My Dick: belle preuve de finesse !) qui termine l'album sur une note rigolote.

Tout n'est cependant pas parfait et on relève ici et là quelques imperfections. Par exemple, l'intro "Don't wait for love" et son riff de base semblent avoir été calqués sur "Ride the wind" de Poison. Quand à la ballade acoustique aux accents glam "It's alright", elle donne l'impression d'avoir déjà été entendue 10 millions de fois et, en outre, est trop légère, trop désinvolte pour convaincre.

Ce premier effort discographique de Midnight Circus est quand même fort prometteur et Perris Records a eu du nez en signant ce groupe. Espérons que celui-çi persévère avec efficacité dans la voix qu'il s'est tracée. En tout cas, ceux qui aiment les 80's devraient prendre leur pied avec "Money shot". Dernier point enfin: ce coup-çi, Perris Records a un peu soigné le livret de l'album(d'habitude, c'est rarement le cas) puisqu'on y trouve les paroles des chansons.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


HELIX
Walkin' The Razor's Edge (1984)
Du hard rock catchy et anti-prise de tête




GEORGIA SATELLITES
Open All Night (1988)
Un album roots très cool, très sympa


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Rob Howl (chant)
- Gregg Gill (guitare)
- Alan Rogers (basse)
- Rick Ward (batterie)


1. Welcome The Circus
2. Psychedelic Trippin'
3. Tonight
4. Don't Wait For Love
5. Only One
6. Yours Forever
7. Dirty Rhythm
8. Forever Came Today
9. It's Alright
10. Nothing To Lose
11. Alive
12. S.m.d



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod