Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Joshua

Rob ROCK - Holy Hell (2005)
Par JULIEN le 28 Mai 2005          Consultée 2600 fois

Si Rob Rock n’est pas exactement ce qu’on pourrait appeler un inconnu dans le monde du Metal, le bonhomme ayant tout de même enregistré six albums avec IMPELLITTERI, il n’en reste pas moins qu’il appartient à cette gente de vocalistes injustement méconnus... C’est pourquoi sa participation remarquée au fantastique Opera Metal AVANTASIA ne pouvait que lui faire du bien, auréolant d’intérêt un patronyme méritant davantage qu’un succès d’estime et la reconnaissance avisée des connaisseurs. Et lorsque l’on se calle entre les oreilles ce nouvel album solo, l’on se dit que la vie a de ses injustices... qu’il faut pourfendre au plus vite !

Tout d’abord, soulignons que Rob Rock témoigne avec ce « Holy Hell » d’une belle intelligence en conférant à cet album toute la matière et l’allure d’une œuvre de groupe, et non d’un jubilé égotiste coiffé par un musicien prétendant faire miroiter son nom sur la toile du firmament métallique. De fait, son chant classique, typé 80’s et redoutablement affûté, sculptant avec brio et expérience cette alliance indépassable de puissance et d’envolées mélodiques des plus maîtrisées, trouve à se loger avec une rare justesse dans une préparation musicale étageant intelligemment les instruments en dépliant la partition : cet équilibre sonore, parfaitement illuminé par une production dantesque bien que mettant en valeur les aspects les plus fins de l’œuvre, s’esquisse ainsi comme une preuve d’humilité, nous invitant à juger non pas de la qualité de la performance vocale de Rob Rock mais bel et bien d’une prestation de groupe.

Venons-en donc au propos musical lui-même, et disons-le tout net : ce « Holy Hell » est une petite bombe ! Quelle fracassante surprise : fignolé à souhait, déployant une belle emphase, ce manifeste en dix chapitres travaille un Metal s’inscrivant dans les rangs d’un Heavy certes traditionnel et vitaminé de Speed, mais il évolue en un terrain miné où sévissent les armées du Thrash et quelques escouades du Power ! Il est d’ailleurs intéressant de repérer ici ou là une rythmique à la DEMONS & WIZARDS (un fabuleux "Calling Angels" entraînant et délicieusement assombri de claviers, augmenté en outre d’un refrain captivant), là des incursions sévères renvoyant à la fougue de TESTAMENT (le redoutable et plus que pugnace morceau titre, avec ses riffs Thrash affamés, ses breaks techniques et un refrain à reprendre comme un seul homme)... et la virulence de s’inviter en grand agitateur des salles de concert, exhortant au déchaînement des hostilités dans la fosse (le fonceur et tonitruant morceau d’ouverture "Slayer Of Souls"), sans pour autant obstruer la voie à l’une ou l’autre pépite énergique mais point trop vigoureuse, comme le magnifique et subtilement ouvragé "When Darkness Reigns" (chorus de guitares faisant se succéder les esprits d’IRON MAIDEN et de DEMONS & WIZARDS, chant qu’on croirait destiné au meilleur des MALMSTEEN, rythmiques mêlant modernisme et tresses mélodiques raffinées à l’ancienne...), un sémillant "First Winds Of The End Of Time", ou le bien plaisant "The Revelation" (avec son break martial à la GAMMA RAY). A vrai dire, seul le cœur même du disque laisse s’élimer, à mon goût, la pression implacable s’exerçant sur l’auditeur : l’enchaînement du menaçant et presque pesant "Lion Of Judah", qui n’aurait pas dépareillé sur le HALFORD de « Crucible », de l’agréable mais conventionnel mid-tempo "I’m A Warrior" (nouvelle version d'un titre enregistré à la base en 1987 pour figurer sur le premier EP de IMPELLITTERI, et qui paraîtra finalement en 1994 sous le titre "Warrior" sur l'album "Answer To The Master" de ce même IMPELLITTERI), et d’une ballade très classique ("I’ll Be waiting For You") tend à se faire le tribut d’une inspiration s’affaiblissant quelque peu, avant la récupération amorcée par le "When Darkness Reigns" suscité.

Mais à vrai dire, si l’on excepte ce « ventre mou », jamais l’attention ne vient à défaillir chez moi : les trois quart d’heure de ce « Holy Hell » ne sont pas franchement originaux, mais la science de la composition à l’œuvre en la place, la teneur de titres terriblement bien exécutés par un groupe aux compétences indéniables - prestation monstrueuse de l'invité de luxe Bobby Jarzombeck (PAINMUSEUM, ex-RIOT, ex-HALFORD) à la batterie -, la richesse d’un environnement sonore soigné, une production à couper le souffle et, bien sûr, les impressionnantes (mais non envahissantes) vocalises de Rob Rock, chargées de passion et fichtrement léchées à la fois, concourent à l’édification d’une œuvre percutante et flamboyante, possédant cette vibration de groupe si difficile à capter sur les albums solos. Même la pochette, détaillée et explicite bien que caricaturale, rend compte de la détermination qui habite Rob Rock. Je recommande donc chaudement cet album à tous ceux qui n’aiment rien moins que se régaler de Metal puissant, fluide autant qu’incisif, habilement fouetté de Thrash, subtilement paré de claviers accordant à la chose une belle et discrète emphase, laissant les guitares abonder en riffs meurtriers et les refrains faire leur office entêtant dans les gosiers. Le métier est là, le talent aussi, cette saveur d’un mêli-mêlo de puissance et de mélodie est une merveille d’équilibre... il ne manque donc plus qu’un public qui, je l’espère, répondra avec autant d’enthousiasme que moi à la sortie de cet album. Coup de cœur !

PS : Fraternité métallique : Rob rock impressionnait sur l'Opera Metal AVANTASIA de Tobias Sammet... au tour de ce dernier de prêter sa voix à l'album de Rob Rock, sur la reprise d'ABBA "Move On", refermant l'album sur un duo offrant une note finale positive et enjouée, tranchant avec le reste de l'album...

A lire aussi en HEAVY METAL par JULIEN :


IRON MAIDEN
The First Ten Years #3 (1990)
Heavy metal




ACCEPT
Balls To The Wall (1983)
Heavy metal

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Rob Rock (chant)
- Carl Johan Grimmarck (guitare)
- Daniel Hall (guitare)
- Andreas Olsson (basse)
- Andreas Johansson (batterie)


1. Slayer Of Souls
2. First Winds Of The End Of Time
3. Calling Angels
4. Holy Hell
5. Lion Of Judah
6. I'm A Warrior
7. L'll Be Waiting For You
8. When Darkness Reigns
9. The Revelation
10. Move On (ABBA)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod