Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH/DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DELIRIUM'S ORDER - Victim N°52 (2005)
Par MOX le 17 Mai 2005          Consultée 1001 fois
Où l’on parle de feu, de sang, de mort et de souffrance. Des noms qui, au fur et à mesure qu’ils sont lus au dos des milliers de boîtiers les annonçant, perdent tout effet. Les premiers avaient pu choquer, avaient en tout cas pu être originaux. Mais ici, il est question de tradition. « Fait-on du death-metal oui ou non ? ». Alors évidemment, si l’on se targue d’appartenir à cette frange, on se doit d’évoquer de tels sujets. Il y a toutefois un excellent moyen de passer outre ces inénarrables thèmes : se rendre compte d’une musique qui les sert parfaitement bien, « Blood of my Flesh » (titre inventé aléatoirement) faisant alors partie du « folklore death-metal ».

Une affaire un peu compliquée pour le cas Delirium’s Order, regroupant au sein de ce « Victim n°52 » une belle association d’idées autour de la mort. Et ceci s’applique tout aussi bien aux instruments, blast-beats et double pédale pour les percussions, chant guttural et guitares acérées. De surcroît, cet album bénéficie d’un son plus qu’acceptable, limitant ainsi les saturations et privilégiant les douloureux touchers de cordes. Il en va de même pour la batterie, chaque coup de peau s’accompagnant d’un souffle à l’effet certain, et j’en suis le premier réjoui. Sans ces rythmiques très thrashy à rapprocher directement des défunts THE CROWN, Delirium’s Order ne pourrait être classé que dans une catégorie bien précise : gros death qui tâche.

Ces tâches, ce sont ces guitares affûtées et vidées de toute saturation et la surcharge pondérale musicale provient sans nul doute de la batterie, première responsable des accélérations truffées de blast-beats que l’on sent déjà arriver, quoiqu’elles puissent être jubilatoires à certaines occasions. Oui, puisqu’à certaines occasions, ce « Victim n°52 » est intéressant. Chargés de riffs terriblement aigus, quelques morceaux parviennent à combiner entrain avec puissance. Et j’évite volontairement le terme « violence » puisqu’il n’y a, à mon goût, aucun élément réellement brutal. Delirium’s Order joue sur des rythmiques accrocheuses qui passent forcément par une introduction du même acabit : accord esseulé ou batterie annonciatrice. Suivent alors de traditionnels breaks, quelques passages plus lourds… Preuve d’une technicité certaine, quelques solos des plus mélodiques s’incrustent à chaque occasion et viennent réveiller un auditeur, aux tympans certes martyrisés par les fûts, un peu engourdi. Vraiment, d’un point de vue strictement analytique, le groupe suit à la lettre la leçon…

Je m’ennuie. Car ces excellents riffs, qu’ils soient inspirés par THE CROWN ou HYPOCRISY, ne constituent en aucun cas une constante. Tout le monde cavale en cadence oui, mais les mélodies sortant de cette masse rythmique ne sont souvent que de simples aiguilles un peu faiblardes pour créer un riff digne de ce nom. Enfin, si certains solos peuvent paraître inspirés (et même très bons, preuve en est de ce « Dr Lirium Orders : Suffering), la plupart, bien que très cohérents et techniques, alourdissent le morceau. De plus, l’équipée finlandaise prend assez peu de libertés, et contrôlent la fabrication à l’aide de durées précises (quatre minutes, si ce n’est la dernière composition) et de formats de travail répétés à l’envi. Ainsi, quoique l’on puisse tout à fait apprécier le genre –hybridé avec le thrash, donc-, l’album entier finit par être redondant, d’autant plus lorsque la conclusion de « The Sunrise » a déjà entendu deux morceaux auparavant.

Des détails, oui, vous en conviendrez. Mais avouez qu’il est difficile de s’imaginer qu’une formation puisse laisser un riff revenir de plus belle alors qu’il n’est aucunement question de concept ici. J’admets toutefois avoir écouté avec plaisir certains passages, tout ce qu’il y a de plus rentre-dedans, mais ai regretté cette violence que l’on me promettait à la lecture des titres. Peut-être n’était-ce pas le but, auquel cas tout amateur de musique « qui envoie sévère », avec un son de bonne qualité, des instruments maîtrisés, pas incompréhensible et construite saura apprécier la galette. Mais que l’on ne se méprenne pas, Delirium’s Order ne réinvente rien.




Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- S.m. Nekroc (guitares)
- E.r. Insane (batterie)
- Dr. Lirium (guitares)
- Corpse (chant)


1. Sanctuary Of Incineration
2. Abomination
3. The Art Of Butchering
4. Masterpiece Of A Morbid Mind
5. Victim N°52
6. Through The Eyes Of A Murderer
7. Nightmare In Apartment 213
8. Dr. Lirium Orders: Suffering
9. Pathologist's Perverse Fantasies
10. The Sunrise



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod