Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 Golden Age
2005 Europa

HIMINBJORG - Europa (2005)
Par MOX le 22 Avril 2005          Consultée 2483 fois

Il était permis de rester sur sa faim après une écoute de "Golden Age". Et même si la musique valait -et vaut toujours- le coup, sa durée (moins d'une quarantaine de minutes) et ses morceaux assez redondants laissaient un arrière-goût de plat principal qui n'aurait pas été remplacé par la touche sucrée d'un dessert. Mais oublions cela, et saluons plutôt l'effort de renouvellement dont a toujours fait preuve Himinbjorg qui, après un "Golden Age" féroce, a subtilement adouci le ton. Mais il en a profité pour laisser ce cinquième album respirer, rendant l'écoute plus vivante et plus longue à assimiler.

Ceci ne signifie en rien une complexité dont certains pourraient avoir peur. Au contraire même, la musique d'Himinbjorg est étonnamment simple et rend compte pendant ces cinquante minutes d'une tranche de vie païenne telle qu'ils la conçoivent, peu avant que le Christianisme ne vienne mettre un peu d'ordre dans cette Europe aux croyances multiples. Et bien que de telles idées soient le pain quotidien du groupe, il les aborde sous plusieurs angles dont la dominante est nécessairement une violence diminuée. Que l'on se rassure, de solides bases gardent l'entité Himinbjorg, ce black-metal faisant l'apologie des religions ancestrales a seulement désiré s'écarter d'un carcan monté sur blast-beats et chant rauque. Oui, on les retrouve. Tous deux. Mais ils ont préféré ramener quelques amis à eux. On fera plus volontiers la connaissance d'une voix gutturale parfaite et son amie la tonalité claire, on saluera avec grand sourire quelques solos heavy et maîtrisés et l'on s'attardera sur ces choeurs venus plus nombreux.

On se calme, on se calme. Les hostilités ne démarrent pas encore. Non, puisque "Europa" est fréquemment entrecoupé d'interludes dont l'intérêt est finalement bénéfique. On n'entre pas immédiatement en guerre, Himinbjorg a préféré exciter les esprits au moyen de ces courts moments, jamais -comme toujours- nommés si ce n'est "Yon" (ce que j'interprète comme une preuve d'humilité), accueillant souvent des guitares tournoyantes menaçantes, cris d'âmes errantes sur une terre désolée. Le champ de bataille? Vous n'y êtes pas. Pas encore, du moins. Il n'y en a pas que pour les affrontements, puisque Himinbjorg a réussi à se faire plus aérien, agrémentant son black-metal -très simple je le répète- de guitares colorées telles qu'on les avait perdues sur "Haunted Shores" et de choeurs plus percutants qu'auparavant, comme multipliés et parfaitement intégrés à la musique. Riffs simples, répétés sans cesse, globalement très, très prenants et sortis de guitares bourdonnantes et excitées comme une meute, qui après avoir reçu l'aval de leur dieu, décide de prendre les armes.

Le joyeux bordel de métal, de poils et de sang peut commencer. Les contraintes sont respectées, à savoir une batterie martiale donnant le rythme et des mélodies entraînantes, et permettent ainsi à Himinbjorg de restituer quelques agréables scènes de batailles. Mais mieux encore, "Europa" est fluide, construit autour de morceaux d'une longueur incroyablement classique et piochant dans l'inénarrable duo couplet/refrain une carte perpétuellement nouvelle. On ne négligera donc pas ces passages bien plus instrumentaux, folkloriques et mélancoliques ("Daily Desillusions"), ces revendications féroces de foi laissant momentanément l'aspect guerrier sur la touche ("Les Strates") et surtout cette excellente construction musicale dont Himinbjorg fait preuve sur "The Law of the Worship", à peine plus long que ses compères, démarrant sous d'enchanteurs piafs gazouillant et concluant sur un vent de désolation. Et entre temps, il y a bien eu un désastre, des mélodies plus sombres le symbolisant. C'est à ce propos une constante d' "Europa", noir, et de toute évidence plus vivant que "Golden Age".

Réjouissant tableau, mais obscurci par un chant clair qui n'est, à mon goût, vraiment pas à la hauteur. Il en devient irritant parfois, bien qu'on l'oublie au profit de riffs vibrant et neutres, montant constamment en puissance et délivrant une salve fraîche de paganisme moins conçu autour d'une idée de violence. Aéré et modeste, travaillé et varié, cet "Europa" a quelque chose de plus abouti que son prédécesseur. Et la longueur n'est évidemment pas l'argument principal...

A lire aussi en BLACK METAL par MOX :


BLODSRIT
Helveteshymner (2004)
Black suédois qui se fend de morceaux variés




ONDSKAPT
Draco Sit Mihi Dux (2004)
Glauque et froid à souhait. par ici les dépressifs

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Anton (guitares)
- Zahaah (basse, chant, clavier)
- Mathrien D. (guitares, chant, clavier)
- Kah. (batterie)


1. Intro
2. Entering Odin's Huge Palace
3. It Was In Europe
4. .
5. The Inner Mirror
6. The Law Of The Worship
7. Yon
8. The Alienated
9. Like A Shadow
10. .
11. Daily Desillusions
12. .
13. Les Strates
14. Last Day In Alesia



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod