Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK PSYCHéDéLIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : NaÐra, Ihsahn, Windir, Bathory, Primordial, Negurà Bunget, A Forest Of Stars
- Membre : SkuggsjÁ, Tartaros, Blood Red Throne, Gehenna, Aura Noir, Thundra, BØrknÅgar, Audrey Horne, Demonaz, Trinacria, God Seed, Ov Hell, Red Harvest, Evig Natt, Emperor
 

 Site Officiel (582)
 Page Myspace (274)

ENSLAVED - Monumension (2001)
Par UDUFRU le 6 Juin 2005          Consultée 7851 fois

Le fou avançait résolument en direction du cromlech érigé sur la ligne immaculée de l’horizon. L’immense plaine s’était parée d’une fourrure hivernale qui crissait sous les pas décidés de l’audacieux marcheur. Celui-ci parlait tout seul, pour un esprit sain, mais pour le sien, rongé par la démence ou une incommensurable bêtise, il s’adressait à ses ascendants en leur promettant fièrement de « trouver les signes qui ramèneront les Anciens ». Et son regard, malgré la brise qui cherchait à le transpercer de mille aiguilles gelées, ne déviait pas du but à atteindre : le cercle de roches taillées entre lesquelles s’infiltraient les rayons d’un soleil crépusculaire.

Quand enfin il atteignit les pierres levées, qui se dressaient en ce lieu depuis que ses lointains ancêtres vikings les avaient dressées lors de cérémonies païennes à demi oubliées, il resta de longues minutes dans une contemplation silencieuse. Il caressa un bloc fêlé, et une intense émotion le parcourut à la pensée qu’il venait peut-être de poser la main précisément là où son aîné l’avait fait, un millénaire auparavant. Il se remémora derechef l’objectif de son voyage, et pénétra effrontément dans le périmètre défini par les roches, dont il entama l’inspection minutieuse en quête des runes sacrées.

Ses doigts bleuis découvrirent bientôt une forme gravée à demi érodée qu’il reconnut comme Ansur, symbole de la Vision, et alors une étrange musique s’éleva, paradoxalement proche et évanouie dans le vent. Des guitares aériennes se fondirent en une harmonie somptueuse qui s’empara de l’esprit aliéné avec le secours d’une rythmique lourde servie par un couple basse/batterie idéal. Ces instruments modernes, que le malade connaissait bien, produisaient une musique hors du temps, qui alliait des éléments de différentes époques avec une homogénéité déconcertante : ici, des polyphonies éthérées se surimposaient à des accords oniriques ("The Voices"), là, une voix claire scandait son couplet sur un rythme syncopé oppressant ("Enemy I")… Parfois, un solo typiquement rock bouleversait le black metal pesant que l’on croyait maître de la partie ("Vision : Sphere of the Elements"), et d’autres, différents types de chant se succédaient (clair, écorché, guttural), racontant une histoire étrange qui ressemblait singulièrement à celle de l’archéologue improvisé ("The Cromlech Gate").
Mais ce qui l’étonna davantage, ce fut l’arrivée d’une mélodie planante distillée par une guitare et une voix réverbérées à l’extrême, tellement qu’elles semblaient nées de son esprit ivre de tant de beauté ("Hollow Inside"). Bientôt, une mélopée funèbre jaillit d’un orgue Hammond inattendu hérité des années psychédéliques, et le pauvre dément se retrouva à genoux dans la neige, au centre du cercle de pierre, des larmes silencieuses roulant sous ses paupières…

Ce dernier fut tout d’abord étourdi par ce déroutant mélange d’influences, qui construisait une musique nouvelle où fusionnaient le meilleur du passé et du présent. Il ne sut tout d’abord comment qualifier cette œuvre sonore, si originale qu’elle préfigurait sans doute une nouvelle ère créative. Chaque morceau était si riche, si complexe, qu’aucun ne pouvait prétendre se satisfaire d’une seule étiquette, si ce n’était celle de la qualité.

Soudain, alors qu’il venait d’apercevoir la rune Ing sur le huitième monolithe, l’orgue entonna une longue et magnifique complainte à la cadence lourde et aux riffs hypnotiques ("The Sleep : Floating Diversity"). En peu de temps, le fou tomba dans un sommeil péremptoire, durant lequel il rêva… Il rêva de musiciens qui ne se reposaient jamais sur leurs acquis mais prenaient le risque d’innover sans cesse. Il rêva de quatre hommes descendant, comme lui, des fiers guerriers du Nord, et dont le but était de naviguer sur les flots artistiques au moyen de guitares et non plus de drakkars. Il rêva d’une trilogie auditive complètement iconoclaste et géniale… et ce songe aspira les runes de son esprit pour en faire le thème de ce triptyque éclatant.

L’homme se réveilla au milieu d’un paysage blanc qu’aucun relief ni monument ne venait entacher. Il regarda autour de lui quelques instants, perdu dans l’uniformité du désert polaire, et se mit à marcher, hagard, guidé par une étoile dont il ne connaissait le nom… Au terme de son périple, le fou n’avait pas trouvé les Anciens qu’il cherchait ardemment. Mais il avait découvert ENSLAVED et leur musique hétéroclite. A moins qu’elle ne fut, elle aussi, née de son hallucination…

A lire aussi en BLACK METAL par UDUFRU :


KVIST
For Kunsten Maa Vi Evig Vike (1996)
Superbe black metal qui sent bon la norvège




KEEP OF KALESSIN
Reclaim (2004)
Excellente surprise Black avec attila au chant !


Marquez et partagez




 
   UDUFRU

 
   BIONIC2802
   MEFISTO

 
   (3 chroniques)



- Grutle Kjellson (vocaux, basse)
- Ivar Bjornson (guitares, claviers, hammond, p)
- Dirge Rep (batterie)
- R. Kronkheim (guitares, vocaux)


1. Convoys To Nothingness
2. The Voices
3. Vision : Sphere Of The Elements - A Monu
4. Hollow Inside
5. The Cromlech Gate
6. Enemy I
7. Smirr
8. The Sleep : Floating Diversity - A Monum
9. Outro : Self - Zero
10. Sigmundskvadet



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod