Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER  |  STUDIO

Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALABAMA THUNDER PUSSY - River City Revival (1999)
Par THE MARGINAL le 28 Mai 2005          Consultée 1710 fois

"River city revival" est le 3ème disque de Alabama Thunder Pussy et sort dans la foulée de "Constellation", paru la même année. On peut supposer que les 7 titres de cet album n'avaient pas été retenus sur le disque précédent. Concernant "River city revival", je dois avouer que c'est sa pochette qui a attiré mon attention, au point de m'inciter à acheter cette galette.

Alabama Thunder Pussy est rattaché au mouvement stoner et, quand on écoute ce disque, on se rend compte qu'il n'y a pas erreur sur la marchandise: les riffs gras et lourds y occupent une place prépondérante, tout comme la voix rugueuse et virile du chanteur Johnny Throckmorton.

Les titres sont dans l'ensemble assez homogènes et on appréciera l'efficacité d'un "Dryspell", du lourd et pesant "Heathen", de "Mosquito", une sorte de hard rock graisseux et surpuissant, ainsi qu'une excellente reprise de The Four Horsemen(non, je ne parle pas de Metallica): "Rockin' is my business". A l'écoute de ces titres, on devine que ce quintette americain a certaines capacités pour figurer parmi les groupes les plus intéressants du genre.

Ceci dit, il y a de quoi chipoter concernant le contenu de cet album: déjà, les solos de guitare se font très rares. Sur certains titres, ça ne pose pas de problèmes, mais sur l'ensemble de l'album, on a l'impression que celui-çi sonne trop sec et n'est pas assez aéré. D'autre part, l'album a un côté assez linéaire, voire redondant. En dehors de quelques changements de tempo(tantôt lent, tantôt plus musclé), le quintette americain ne fait guère montre de diversité, ce qui expliquerait peut-être pourquoi on n'accroche pas à tous les titres...

En fin de compte, ce disque a ses bons et ses mauvais côtés, ce qui fait qu'il laisse un sentiment mitigé. Je ne connais pas les autres albums de Alabama Thunder Pussy, mais il est fort probable que ce groupe ait fait de mieux que sur "River city revival". En effet, le potentiel de ces americains n'est exprimé qu'occasionnellement et tout laisse à penser que Alabama Thunder Pussy en a gardé sous la pédale...

A lire aussi en STONER par THE MARGINAL :


ORANGE GOBLIN
Time Travelling Blues (1998)
Stoner




NEBULA
Apollo (2006)
Du stoner à la fois percutant et cosmique


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Johnny Throckmorton (chant)
- Asechiah Bogden (guitare)
- Erik Larson (guitare)
- Sam Krivanec (basse)
- Bryan Cox (batterie)


1. Dryspell
2. Spineless
3. Heathen
4. Mosquito
5. Giving Upon Living
6. Own Worst Enemy
7. Rocking Is My Business



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod