Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Great White

The ANGELS - Dark Room (1980)
Par THE MARGINAL le 3 Mai 2005          Consultée 2911 fois
Quelques mois après "Face to face", dont la sortie sur les marchés européens et americains était une compilation des 3 premiers albums sortis auparavant en Australie, voilà que déboule dans les bacs "Dark room" qui est donc le 4ème opus studio du quintette australien The Angels. Et sur le plan musical, "Dark room" marque une certaine évolution de la part des hard rockeurs australiens puisque ceux-çi ont integré de nouveaux paramètres dans leur musique, celle-çi étant un peu plus sombre.

A l'écoute de "Dark room", on s'aperçoit que les morceaux sont plus travaillés, plus subtils. Certains d'entre eux puisent leurs influences du côté de la new-wave, ou de Bruce Springsteen, mais The Angels a réussi le prodige de garder son identité intacte malgré le côté plus aventureux de "Dark room".

Les titres, dans l'ensemble, sont excellents et s'enchainent naturellement. Le très bon mid-tempo "No secrets", suivi de l'énergique et bouillonnant "Ivory stairs"(il donne une furieuse envie de taper du pied, ce titre !) sont impressionnants et ne manqueront pas de séduire les amateurs de décibels. Le long mid-tempo "Wasted sleepless nights/dark room", à mi-chemin entre rock et ballade, est une superbe trouvaille et son final est de toute beauté. Et que dire de "Face the day", cet hymne imparable, envoûtant et interminable qui reste scotché dans les mémoires ? Il y aurait tant à dire sur ce titre, notamment cette superbe alternance passages calmes/moments plus musclés, et les Americains de Great White ne s'y sont pas trompés en reprenant ce standart 6 ans plus tard, preuve de leur bon goût.

Autres titres de qualité: "Night comes early" et son refrain léger et aerien qui contraste avec les couplets plus foncièrement rock, "Straight jacket", mis en orbite par une très longue intro aux mélodies étranges avant de devenir plus suvolté, plus endiablé, la ballade mélancolique "The moment", très arrangée, qui n'a rien de commercial(comme quoi, ballade ne rime pas toujours avec commercial), sans oublier le long hard-boogie "Devil's gate", rythmé à souhait et sur lequel on entend un solo d'harmonica à la fin, qui se rapproche davantage des précédents opus du groupe. Toujours est-il que The Angels était vraiment très inspiré à cette époque.

Au final, "Dark room" est un album brillant, sans le moindre remplissage, sans la moindre faiblesse. Comme quoi, il n'est pas nécessaire de bourrer un album de 15-16 titres pour en faire un classique. The Angels a surtout réussi le tour de force de sortir un album de hard rock original et de très grande qualité, ce qui n'est pas donné à tout le monde. Bon nombre de fans considèrent "Dark room" comme le meilleur disque du combo australien, et on peut les comprendre.




Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Doc Neeson (chant)
- John Brewster (guitare)
- Rick Brewster (guitare)
- Chris Bailey (basse)
- Graham Bidstrup (batterie)


1. No Secrets
2. Ivory Stairs
3. Wasted Sleepless Nights- Dark Room
4. Face The Day
5. Night Comes Early
6. Straight Jacket
7. The Moment
8. Poor Baby
9. Devil’s Gate



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod