Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM/ROCK  |  COMPILATION

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Opeth
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Bloodbath
- Style + Membre : October Tide, Trees Of Eternity

KATATONIA - Brave Yester Days (2004)
Par MOX le 22 Avril 2005          Consultée 3091 fois

J’exposais déjà mon point de vue en écrivant quelques mots sur un de leurs précédents albums, une chronique dans laquelle je déplorais le manque d’intérêt dont pouvait faire preuve nombre d’amateurs de Katatonia dernière période. Le fin limier y décèlerait certes bien quelques différences, mais disons simplement que depuis 4 albums, ces Suédois se sont massivement rangés du côté du rock. Mais quelque chose a donné naissance à la formation mélancolique que l’on connaît aujourd’hui. Une évolution que l’on a un peu de mal à discerner, des revirements de situation que l’aficionado ne pouvait pas forcément mettre en évidence pour peu qu’il se heurtât au problème des CDs introuvables. Puis, ce fut une grande idée : produire un best-of de cette vieille époque, comprenant en son sein le meilleur les deux premiers albums ainsi que l’intégrale des EPs sortis avant la première offrande « rock » : « Discouraged Ones » en 1997. Grande, grande idée.

C’était un peu trop brutalement que l’auditeur faisait les frais des variations de style pendant les 3 premiers albums. « Dance of December Souls », l’aîné, proposait un bon nombre de morceaux longs et complexes, à cheval entre le doom et le black. « Brave Murder Day », le benjamin, est et restera une véritable perle de doom simpliste, ornée d’une batterie éculée et de guitares aux rythmes binaires, mais dont la puissance du chant de Mikaël Akerfeldt et de ces riffs noirs rend l’ensemble bouleversant. Une des expériences dont on se remet difficilement, marmonnant de longues heures après la première écoute les rythmiques froides, le chant écorché et voguant volontiers dans une atmosphère qui saute immédiatement aux yeux et aux oreilles. Katatonia évite toutefois le cadet, « Discouraged Ones », mais n’oublie pas de nous expliquer la transition choquante entre les deux.

On ne garde que le meilleur ? Parmi les deux titres retenus, l’un aurait pu être représenté par un meilleur participant, mais ce ne sont ici que chinoiseries. Témoignant bien du style que développait alors Katatonia, ces quelques chansons trouvables même chez votre épicier préféré s’entourent des chaînons manquants. Les prémices avec « Jhva Elohim Meth », mélangeant déjà doom avec death et ambiances gothiques, sans grande prétention. Désormais, suivez bien. Vient ensuite « Dance of December Souls », des morceaux plus inspirés et une ébauche de mélancolie. Puis « War Compilation Vol.1 », probablement perdue dans la masse, offre un « Black Erotica », qui n’est autre que « 12 » de « Brave Murder Day », et « Love of the Swan », moins décousu et plus mélancolique que d’habitude, plus rock aussi. Le premier CD se termine sur « For Funerals To Come », permettant ainsi la totale compréhension du changement de style sur « Brave Murder Day ». Katatonia n’aura de cesse au tout début, de démêler ses structures et d’apaiser sa musique.

Mais on restera à jamais saisi par leur création géniale, n’ayant jusqu’à ce moment-là rien produit qui m’ait aussi charmé. Après cet avant-goût de « Brave Murder Day », on entame notre poursuite aux influences rock sur « Sounds of Decay », moins lourd, plus facile d’accès encore. « Untrue », inédit, bien que majoritairement calme, recrée, et ce pour la dernière fois, une rythmique lorgnant sur le black-metal. On tombe enfin sur « Saw You Drown », et là c’est terminé, Katatonia a viré rock. On redécouvre ce chant monocorde et triste, cette douce vague de mélancolie, berçante, ces guitares profondes. On se reprend à rêver, un rêve différent de « Brave Murder Day », mais une évasion totale à l’écoute d’un « Quiet World », ballade très émouvante où le chant perd un peu de son enveloppe déprimante. Surprise ultime, un témoignage de 1994 –« Scarlet Heavens »-, plus gothique dans l’âme, Jonas Renkse s’essayant encore fébrilement au chant clair, ici très chaud, se voulant comme séduisant. Peu passionnant mais constituant une donnée de plus pour jauger l’évolution de Katatonia.

Croyez-le, je suis navré d’avoir été si maniaque, mais comment pouvais-je faire pour décortiquer tant de musique et tant de styles à la fois ? Certes, seul le passionné ira, comme moi, pêcher les indices, se repaître de preuves accablantes de leur changement finalement pas si brutal. En outre, je reste persuadé que n’importe quel quidam est capable de se laisser transporter, d’atmosphères en atmosphères, le long du deuxième CD, divin arôme de doom et/ou de rock. Et s’il avait encore besoin d’aide, il lui suffirait de se plonger dans le livret, dans ces photos sublimes, clichés sommaires d’anciennes habitations hantées par un groupe dont toute une période se trouve derrière eux. Magnifique. Comme toujours.

Craignant un volume I moins magique que le second, je pus vérifier mes peurs en trouvant toutefois de l’intérêt, l’intérêt du collectionneur, et l’étude minutieuse de leur progression musicale. Comment faut-il vous le dire ? Vous DEVEZ savoir, si vous êtes simple curieux ou simple amateur de leur rock triste, et ce dès maintenant, quelles sont les racines d’un genre dont ils sont à ce jour l’un des grands représentants.

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


UNHOLY
The Second Ring Of Power (1994)
Doom frappé, mal compris à sa sortie




TEETH OF LIONS RULE THE DIVINE
Rampton (2002)
Doom/rock


Marquez et partagez




 
   MOX

 
  N/A



- Lord Seth Aka Jonas Renkse (chant, batterie)
- Blackheim Aka Anders Nyström (guitare, basse)
- Day Disyhrah Aka Dan Swanö (claviers)
- Israphel Wing (basse)
- Fredrik Norrman (guitare)
- Mikael Åkerfeldt (grunts)


- Disque 1
1. Midwinter Gates (prologue)
2. Without God
3. Palace Of Frost
4. The Northern Silence
5. Crimson Tears (epilogue)
6. Gateways Of Bereavement
7. Velvet Thorns (of Drynwhyl)
8. Black Erotica
9. Love Of The Swan
10. Funeral Wedding
11. Shades Of Emerald Fields
12. For Funerals To Come
13. Epistel

- Disque 2
1. Murder
2. Rainroom
3. Nowhere
4. At Last
5. Inside The Fall
6. Untrue
7. Nerve
8. Saw You Down
9. Quite World
10. Scarlet Heavens



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod