Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (26)
Questions / Réponses (5 / 10)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Onslaught, Lazarus A.d, Holy Moses, Essence
- Membre : Barren Earth
- Style + Membre : Sodom
 

 Myspace (316)
 Site Officiel (307)
 Chaîne Youtube (373)

KREATOR - Enemy Of God (2005)
Par POULARD le 14 Février 2005          Consultée 17074 fois

Annihilator, Agressor, Exterminator, Abominator, Stormwarrior, … Terminator, … Albator et … Tattor. Vous l’avez compris, il est ici question de… KREATOR. Sous un nom tout droit sorti d’une mauvaise série B des années 90, se cache un incontournable du thrash metal. Et si le combo allemand a quelque peu peiné pour obtenir la reconnaissance, leur "Violent Revolution" entamée en 2003 a définitivement convaincu public et médias. J’en veux pour preuve la phénoménale et interminable tournée immortalisée par le DVD "Live Kreation" sorti l’année dernière. Dans ce contexte, "Enemy of God" était très attendu et constitue une belle façon de fêter les 20 ans de carrière du groupe ! Encore une fois, l’agressivité et la technique sont au service d’un thrash puissant et le combo a su puiser dans diverses marmites pour nous concocter un metal riche et goutu.

Qu’on se le dise, c’est une nouvelle machine de guerre qui est lancée lorsqu’on choisit d’entamer cet "Enemy of God". Le title track dévastateur introduit l’album. On a ici à faire à une déferlante métallique impressionnante de rapidité où la batterie est ahurissante de maîtrise. Le break simpliste fait rapidement place à un final dément qui va en s’accélérant. C’est la première leçon de cet album : on peut toujours surprendre en faisant du thrash, même aux côtés de mammouths arpentant les plus grandes scène depuis les années 80.

L’album contient bon nombre d’accès de fureur au son bien gras entrecoupés d’envolées guitaristiques hyper aigues ("Dying Race Apocalypse", "One evil comes (a million follow)"). Les morceaux sont déstructurés au possible et les séquences multiples. Soli inconvenus, accélérations brutales du tempo, KREATOR sait aussi tout dévaster à coups de riffs très variés ou nous entraîner par ses rythmiques sauvages. Résultat : on ne décroche jamais.

Car l’intérêt est sans cesse relancé par des innovations ponctuelles. "World Anarchy" nous gratifie d’un break aux arpèges avec un Mille tout en chaleur. Rassurez vous, cette accalmie annonce une espèce de défoulement de violence suivi par une descente de manche criarde et jouissive.

En ne perdant jamais de vue une ligne directrice résolument thrash metal, KREATOR ose insuffler à ses compos des touches empruntant à d’autres univers metalliques comme il avait pris l’habitude de le faire sur les albums précédents "Violent Revolution". "Under A Total Blackened Sky" fait ainsi figure d’étrangeté au beau milieu de cette mare thrashy ; introduit par des petites séquences rapides de double grosse caisse, ce morceau se distingue nettement par son refrain sympathique et hyper accrocheur aux relents power/heavy bien prononcés. Génial et surprenant, ce titre fédérateur risque d’exciter quelques mosh pit.

On retiendra surtout le phénoménal "Dystopia" durant lequel la guitare affûtée du leader nous hurle un solo bien heavy accompagné par une batterie déchaînée en complet décalage. Le plaisir se pousuit sur un riff lourd et très appuyé au tempo lent sentant bon la séquence néo metal haut de gamme. Novateur et moderne, ce titre est l’un des plus réussis de l’album. "The Ancient Plague" et ses 1 minutes 40 d’intro nostalgique est sublimée par la voix implorante de l’ombrageux chanteur. Le tout s’étend sur 7 minutes et clôt l’album de façon énergique et destructrice. KREATOR n’a pas perdu sa verve et sait toujours autant y faire quand il s’agit de nous déchaîner et de pondre LE riff : celui qui met du volume dans vos cheveux, détériore vos cervicales et énerve quelque peu votre voisine de palier. Côté paroles, la violence sous toutes ses formes reste le thème de prédilection hurlé par le chevelu Mille Petrozza. « I want to kill you ! » se plaît-il à répéter en boucle de sa voix criarde et éraillée tout le long du féroce "Murder Fantaisies".

Puisque la perfection n'est pas de ce monde, il faut quand même avouer qu’ "Impossible Brutality" ne bouscule pas les poncifs du genre en nous proposant une belle copie du single "Violent Revolution". Mais comme l’original était hyper carré, on ne râle que modérément. Efficace mais réellement peu inspiré.

"Enemy of God" enfonce profondément le clou rouillé planté par son prédécesseur. On a fréquemment la sensation de se retrouver au milieu de 4 furies tirant le meilleur de leur instrument pour nous asséner une musique brutale et indomptable. Emmené par un leader hargneux, KREATOR ouvre son metal sans jamais renier ses racines et sans surenchère. La technique n’est jamais mise de côté et leur son a ce petit quelque chose de plus accessible qui permet aux non initiés d’accrocher. Voix discrètement trafiquée, lissage du son de guitare et touche mélodique font que votre entourage encaisse mieux KREATOR que SLAYER. Le tout est simplement excellent.

A lire aussi en THRASH METAL :


EXODUS
Blood In Blood Out (2014)
Retour aux sources ! EXODUS version old-school !

(+ 1 kro-express)



MUNICIPAL WASTE
The Art Of Partying (2007)
Du thrash crossover saveur 80's ! Miam !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez






 
   POULARD

 
   FENRYL
   JEFF KANJI
   MAXXX
   ODIN

 
   (5 chroniques)



- Mille Petrozza (guitare et chant)
- Jürgen Reil (batterie)
- Christian Giesler (basse)
- Sami Yli-sirniö (guitare)


1. Enemy Of God
2. Impossible Brutality
3. Suicide Terrorist
4. World Anarchy
5. Dystopia
6. Voices Of The Dead
7. Murder Fantasies
8. When Death Takes It's Dominion
9. One Evil Comes (a Million Follow)
10. Dying Races Apocalypse
11. Under A Total Blackened Sky
12. The Ancient Plague



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod