Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Deep Purple
- Style + Membre : Rainbow

BRAZEN ABBOT - A Decade Of Brazen Abbot (2004)
Par BEHEMOTH le 10 Février 2005          Consultée 2347 fois

Brazen Abbot est le bébé que chérit Nikolo Kotzev depuis près de 10 ans (les plus malins d’entre vous l’auront compris en traduisant le nom de l’album). Véritable star dans son pays, la Bulgarie, Kotzev s’avère être un musicien extrêmement complet et doué. Violoniste de formation et guitariste de talent, il est à la fois capable de toucher à la basse ou de nous pondre de magnifiques orchestrations (ce qu’il a pu nous prouver dans son opéra rock d’une qualité rare au casting de rêve : Nostradamus).

Il faut dire qu’il a eu de la chance le petit Nikolo, jugez en par les chanteurs qui acceptèrent de chanter sur son premier album (« Live and learn » 1995) alors qu’il n’était encore qu’un parfait inconnu : Glenn Hughes (ex-Deep Purple), Göran Edman (ex-Yngwie Malmsteen, Kharma) et Thomas Vikström (ex-Candlemass, Stormwind) pour les chanteurs, deux membres de Europe (Ian Haughland et Mic Michaeli) et un bassiste ( Svante Henryson) ayant officié chez Yngwie Malmsteen pour les instrumentistes. Le succès aidant, en 1996 paraît le second opus au line up tout aussi impressionnant : Joe Lynn Turner y remplace Glenn
Hughes, et John Levén, Svante Henryson.

L’équipe formée à ce moment là ne changera pas pour le troisième album nommé « Bad Religion », parut en 1997 (ça ne chôme pas chez Brazen Abbot). Nikolo Kotzev s’offre ensuite un long break pour réaliser son ambitieux projet : un opéra rock retraçant la vie de Nostradamus et réunissant un casting de stars étourdissant (parmi lesquelles Glenn Hughes, Göran Edman, Joe Lynn Turner, Jorn Lande ou Doogie White) face à un orchestre d’une trentaine d’éléments. C’est tout simplement pour moi la meilleure réalisation dans ce style qui
fut assez à la mode il y a peu.

Brazen Abbot n’est pas complètement oublié puisque le dernier album en date « Guilty as Sin » parvient à nos oreilles en 2003, intronisant l’excellent Jorn Lande en lieu et place de Thomas Vikström.

A ce stade de la chronique vous en connaissez désormais un bout sur Nikolo Kotzev, mais qu’en est il de la musique, la seule chose qui nous intéresse en fin de compte ? Nous sommes ici face à un hard mélodique assez typé 70’s (entre Deep Purple et Rainbow avouez qu’il y a pire). Tout transpire le feeling, tant les refrains instantanément mémorisables, portés par des chanteurs mythiques, que les soli de Nikolo, fluides et mélodiques au possible. Ajoutez à cela des rythmiques qui font taper du pied, des chœurs splendides ainsi qu’un léger côté sympho par moments, et vous obtenez un pur moment de plaisir musical à apprécier sans modération. Vous l’aurez compris, je suis fan.

Fan, mais pas sourd, c’est certain. Et force est de constater que ce live censé retracer toute la carrière du groupe ne tient que moyennement ses promesses. Il faut en imputer la faute à un son très limite qui aurait sans doute convenu au début des années 70 mais qui désormais ne suffit plus… Certes je doute qu’il y ait quelconque overdub, et c’est un exploit en soi, mais le mix reste assez confus, avec une basse un peu trop mise en avant. Si le show en lui même est tout à fait digne de ce que l’on pouvait attendre de la part de ces professionnels (Joe Lynn Turner au chant tout de même), le son ne fait malheureusement que desservir les compos.
Et lorsque la set-list est quasi entièrement consacrée au dernier album, en faisant à peu de choses près l’impasse sur le reste de la discographie, on commence réellement à se poser des questions (pour un album appelé « A decade of… » ça la fout un peu mal). A noter également deux reprises de Rainbow ("Can't Let You Go", et l'excellent mais prévisible "I Surrender") ainsi qu’un titre studio en bonus track ("Love is on our Side"), de petites surprises fortes agréables.
Bref si le fan de Brazen Abbot ou JLT achètera l’album sans hésiter (les prestations live du groupe se faisant plutôt rares dans nos contrées, voire inexistantes) il sera tout à fait dispensable pour les autres.

Sachez également qu’un DVD du show devrait sortir à la même période que le CD, plutôt sympathique, avec un montage honnête et une prestation sans failles. Seul défaut et non des moindres, un documentaire sur l’histoire du groupe est inclus, mais un individu a eu l’horrible idée de l’inclure par extraits au beau milieu du show. En résulte une certaine frustration tant pour celui qui suit le show que pour celui qui aimerait regarder le docu d’une traite…

A lire aussi en HARD ROCK par BEHEMOTH :


MILLENIUM
Best Of... And More (2004)
Le best-of d'un groupe culte trop peu connu




Jeff Scott SOTO
Lost In The Translation (2004)
L'album ultime de JSS ?


Marquez et partagez




 
   BEHEMOTH

 
  N/A



- Nikolo Kotzev (guitare)
- Joe Lynn Turner (chant, guitare)
- Wayne Banks (basse)
- Thomas Broman (batterie)
- Lars Pollack (claviers)


1. Intro
2. Mr Earthman
3. One Life To Live
4. Slip Away
5. Guilty As Sin Part 1
6. Guilty As Sin Part 2
7. Supernatural
8. Keyboard Solo
9. Can't Let You Go
10. I'll Be Free
11. I Surrender
12. Drum Solo
13. Road To Hell
14. Love Is On Our Side (acoustic Version -



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod