Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


LORD BELIAL - The Seal Of Belial (2004)
Par BAST le 8 Janvier 2005          Consultée 2742 fois

« The Seal Of Belial » est le cinquième album de l’un des groupes les plus mésestimés de la scène black mélodique. A mes yeux, « Enter the Moonlight Gate » constitue avec « Enthrone Darkness Triumphant » (DIMMU BORGIR) l’un des fondamentaux de ce black mélodique dont l’auditoire a explosé à la fin des années 90. Peu partagent ce point de vue, visiblement. Si bien qu’à l’heure de dresser l’itinéraire conseillé pour remonter le temps le long des jalons déposés par le genre, LORD BELIAL n’est que rarement cité.
Il faut dire aussi qu’à compter de cet opus, les suédois ne sont jamais vraiment parvenus à conserver une qualité égale. Il y a bien eu le très bon « Unholy Crusade », indubitablement caractérisé par des coups d’œil incessants vers DISSECTION. Mais « Angelgrinder », amas sonore et infâme, a fait perdre à LORD BELIAL le peu de notoriété glanée avec difficultés.

C’est donc dans un contexte peu favorable que sort la cinquième production de la formation menée par Thomas Backelin et Hjalmar Nielsen. Je n’en attendais pas grand-chose et la surprise est plutôt bonne.
Pour commencer, LORD BELIAL revient au black / death proposé par « Unholy Crusade » avec de bons riffs black ou heavy et une basse en avant. Cerise sur le gâteau, on a même droit à des relents « Enter The Moonlight Gate », avec la guitare acoustique prépondérante (« Chariot Of Fire ») ou l’intervention d’un chant féminin, notamment sur « Legio Inferi », titre dont l’atmosphère pourra rappeler le final poignant de « Realm Of A Thousand Burning Souls (part I) ».

Epique, lourd, souvent intense avec ces montées en puissance accrocheuses (« Abysmal Hate »), très mélodique, jouant généreusement sur les, « The Seal Of Belial » réserve son lot de bons moments, malgré une production un peu faiblarde. Les vocaux torturés ont gardé la saveur old-school et il règne sur l’album un esprit d’authenticité mêlé à une volonté de mettre en avant les mélodies. Symbole de la qualité de l’ensemble, il faut citer « Scythe Of Death », joli synthèse des capacités de LORD BELIAL, avec notamment ce final mélancolique et sombre.

C’est dit. Avec « The Seal Of Belial », la carrière de LORD BELIAL voit son chef-d’œuvre gagner un second camarade suffisamment digne de lui. Une raison supplémentaire de se pencher davantage sur le cas de ces Suédois. Un peu tard probablement pour réhabiliter LORD BELIAL auprès des fans d’extrême. D’autant que le black old-school fait une percée en avant au détriment progressif de son puiné connu pour axé son propos autours des mélodies. Mais je ne peux passer à côté de cette occasion qui m’est donnée d’inciter à venir jeter une oreille là où l’accueil s’avère incontournable.

A lire aussi en BLACK METAL par BAST :


LORD BELIAL
The Unholy Crusade (1999)
« Enter The Moonlight Gate » cocufié




MEPHISTOPHELES
Songs Of The Desolate Ones (1999)
DISSECTION avec les choeurs de BLIND GUARDIAN


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Thomas Backelin (guitare, vocaux)
- Hjalmar Nielsen (guitare)
- Anders Backelin (basse)
- Micke Backelin (batterie)


1. Prolusio; Acies Sigillum (intro)
2. Sons Of Belial
3. Chariot Of Fire
4. Abysmal Hate
5. Legio Inferi
6. Mark Of The Beast
7. Armageddon Revelation
8. Scythe Of Death (nouvelle Version)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod