Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (52)
Questions / Réponses (8 / 37)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Secret Sphere, Kamelot, Aquaria
- Membre : Megadeth, Twilight, Symfonia, Andre Matos , Almah, Kiko Loureiro , Virgo
- Style + Membre : Rhapsody, Shaaman, Viper
 

 Site Officiel (334)
 Myspace (223)
 Chaîne Youtube (349)

ANGRA - Temple Of Shadows (2004)
Par WILD THING le 6 Décembre 2004          Consultée 17034 fois

La claque ! ANGRA a, avec Temple Of Shadows, surclassé toute sa discographie ! Même Holy Land, que beaucoup pensaient indétrônable, se voit remettre sa couronne en jeu. Qui pouvait encore croire cela possible ? Rebirth était un bon album, certes, mais ne trouvez-vous pas qu’il lui manquait une certaine magie, une certaine spontanéité ? Il n’avait pas réussi à faire oublier le line-up originel, que bon nombre regrettera. Mais TOS est là pour changer la donne et le nouvel ANGRA est un groupe à la hauteur de l’ancien, au moins.

Brièvement, ce concept-album, entièrement écrit par Rafael Bittencourt, est basé sur une légende médiévale du XIème siècle traitant d’un croisé, le « Chasseur de l’Ombre », qui a du mal à assimiler l’idée de « Guerre Sainte ».
La seule raison qu’on lui donne, c’est que Dieu le veut, d’où le titre de l’introduction du disque, « Deus le volt ! », aux apparences très calmes, avant de débouler d’un coup, sans même que l’on ne comprenne ce qui se passe, sur « Spread Your Fire », du grand speed métal comme il en manquait ces derniers temps, avec de magnifiques chœurs et, surtout, un Edu Falaschi à la voix bien plus puissante que dans Rebirth, impressionnant ! Les instrumentistes nous montrent eux aussi qu’ils sont bel et bien décidés à refaire d’ANGRA un grand groupe avec une section rythmique que la production (impeccable) a bien mise en avant.
On est ébahis tout au long de l’album par l’incroyable souffle de créativité qui est de retour dans le groupe. Des titres comme « Angels and Demons », « Waiting Silence » et « Winds Of Destination » (avec Hansi Kürch) prouvent que les Brésiliens savaient ce qu’ils disaient en parlant de faire leur album le plus heavy. On est bien loin du heavy gentil auquel on pouvait s’attendre, le côté épique et la technique alliés à un véritable effort de recherche musical font qu’il s’agit ici même de métal progressif, peut-être digne des pionniers du genre…

Les titres typiquement prog ne manquent pas, en particulier avec « The Shadow Hunter » et « Morning Star », les deux plus longs morceaux avec en moyenne 8 minutes. « The Shadow Hunter » démarre sur des airs gypsy et enchaîne sur du métal prog pas forcément transcendant mais s’intégrant bien dans le disque. « Morning Star » donne quant à lui plus la pêche notamment grâce à son refrain entêtant et à ses agréables rythmiques brésiliennes.

Mais le titre le plus heavy de l’album, et de loin le plus efficace, est celui auquel participe le très « incisif » Kai Hansen (GAMMA RAY), « The Temple Of Hate ». Une tuerie ! La preuve par excellence qu’ANGRA sait raviver la flamme du heavy sans tomber dans les clichés épiques à la RHAPSODY ou, à l’opposé, dans le « métal pour enfants » à la EDGUY.
Dans ce titre sont aussi présents les interludes symphoniques, propres aux Brésiliens. Cette marque d’identité se fait également entendre dans le paisible « No Pain For the Dead », enjolivé par la voix sublime de Sabine Edelsbacher (EDENBRIDGE). Les autres titres à tendances plus calmes sont la très optimiste ballade « Sprouts Of Time » avec son atmosphère brésilienne envoutante, l’énergisant « Wishing Well » (qui est sorti en single au Brésil), ainsi que « Late Redemption », avant-dernier morceau, sorte de « Rebirth » revisité, avec la participation du chanteur Brésilien Milton Nascimento qui chante en Portugais.

Autre chose nouvelle chez ANGRA, un titre instrumental, « Gate XIII », qui clôt l’aventure. Il s’agit en réalité d’une petite épopée symphonique reprenant quelques uns des thèmes principaux de l’oeuvre, sorte de cadence.

En ce qui concerne la présence du folklore, contrairement à ce que peuvent penser certains, il n'a pas été occulté, loin de là. Il est présent d’une manière plus ou moins perceptible dans chaque titre de l’album même si il ne semble pas prépondérant dans la majorité des chansons.

Un fan d’ANGRA qui n’apprécie pas cet album ferait limite preuve de mauvaise volonté (propos à prendre au second degrès bien évidemment). En effet, comment ne pas retomber sous le charme de nos chères Brésiliens qui ont su à merveille rassembler leurs atouts que sont le folklore et la symphonie pour faire un album ambitieux, marquant véritablement le début de la nouvelle ère ANGRA, qui ne nourrissait plus beaucoup d’espoirs, surtout avec l’EP Hunters And Prey qui n’annonçait vraiment pas un avenir musical hors du commun pour ce groupe. Avec Temple Of Shadows, ANGRA va sans aucun doute regagner la confiance d’une bonne partie de ses fans, gain amplement mérité !

Sachez en outre qu’une version limitée est disponible avec le DVD du Live In Sao Paulo (+ d’autres sympathiques bonus) !

A lire aussi en METAL PROG :


MANIGANCE
Signe De Vie (2003)
Metal prog




PLANET X
Moonbabies (2002)
Metal prog


Marquez et partagez





Par STEF, RENAUD STRATO




 
   WILD THING

 
   FREDOUILLE
   JEFF KANJI

 
   (3 chroniques)



- Kiko Loureiro (guitares)
- Rafael Bittencourt (guitares)
- Edu Falaschi (chant)
- Felipe Andreoli (basse)
- Aquiles Priester (batterie)


1. Deus Le Volt
2. Spread Your Fire
3. Angels And Demons
4. Waiting Silence
5. Wishing Well
6. Temple Of Hate
7. Shadow Hunter
8. No Pain For The Dead
9. Winds Of Destination
10. Sprouts Of Time
11. Morning Star
12. Late Redemption
13. Gate Xiii



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod