Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace (150)
 Chaîne Youtube (180)
 Site Officiel (231)

PRONG - The Cleansing (1994)
Par POSSOPO le 23 Décembre 2004          Consultée 4912 fois

Continuant à naviguer au sein d’un underground auquel il aimerait parfois échapper, PRONG continue son petit bonhomme de chemin. The Cleansing possède de nombreux atouts qui auraient pu permettre à Tommy Victor et Ted Parsons de voir enfin poindre le bout du tunnel. Le duo terrible whose fist is this anyway?/ snap your finger, snap your neck a tout pour remuer les foules. Le second fera d’ailleurs l’objet d’un clip bénéficiant d’une certaine exposition dans la cultissime émission Headbangers’ balls de la très commerciale (et très mauvaise) MTV. Les guitares tranchent dans le vif, et ce son si particulier, moins gras (mais pourtant épais) que celui de la plupart de ses contemporains, frigorifiant et influencé par KILLING JOKE (qui par le biais de son bassiste Paul Raven fait physiquement son entrée au sein du groupe new-yorkais) donne un goût particulièrement savoureux à la musique de ce trio.

Pourtant, la sauce ne prendra jamais et le public continuera à bouder le groupe jusqu’à sa séparation deux ans plus tard.
Les raisons de cet échec ne sont finalement pas si difficiles à trouver.

Tout d’abord, ce visuel mal compris, moins racoleur que d’autres, n’est pas à proprement parler la plus grande des réussites marketing, le trident récurrent n’ayant pas réellement marqué les esprits (les non-anglophones n’auront même pas saisi le rapport entre celui-ci et le nom du combo). A ce propos, la pochette de Cleansing possède un charme tellement insidieux que personne n’y a succombé.

Ensuite, les riffs de Tommy Victor sont comme sa voix, froids, trop éloignés des aspirations très terre à terre de la plupart des chevelus de cette petite planète. Ce côté distant, presque intellectuel ne peut que faire peur et déborde sur l’idée que se font les gens des géniteurs de cette galette. Bien que ce quatrième album soit le plus metal de leur carrière, le brun au bouc sentencieux et ses camarades gardent une image cérébrale, décalée, loin de celle des sympathiques et accessibles Jason Newsted et autres Max Cavalera (simples exemples, parmi une infinité de possibilités, de personnages bonhommes de la scène metal).

Accessible, voilà le terme que je cherchais. La musique de PRONG ne l’est pas réellement, en tous cas pas immédiatement. J’en veux pour preuve tous ces titres de Cleansing, dont la beauté ne s’affirme pas immédiatement surtout pour des oreilles habituées à plus de facilité. Hormis ces fameux whose fist is this anyway? commençant comme n’importe quel hymne de SLAYER, et snap your fingers, snap your neck, single imparable, les effets «stop and go» permanents déroutent les non-initiés. La basse gronde également de manière inhabituelle pour un disque de metal, oubliant de s’effacer devant des guitares qui, dans ce genre musical, ont souvent un rôle dictatorial.

Tout cela démontre à quel point nombre de fans de metal peuvent être obtus et manquer d’ouverture d’esprit. Tant pis pour eux car ces soixante minutes de musique sont bien plus agréables que d’autres pourtant plus célèbres et célébrées.

A lire aussi en METAL INDUS par POSSOPO :


PRONG
Rude Awakening (1996)
Groove metal




GODFLESH
Selfless (1994)
Godflesh touche le ciel


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Tommy Victor (chant, guitare)
- Paul Raven (basse)
- Ted Parsons (batterie)
- John Bechdel (clavier)


1. Another Worldly Device
2. Whose Fist Is This Anyway?
3. Snap Your Fingers, Snap Your Neck
4. Cut-rate
5. Broken Peace
6. One Outnumbered
7. Out Of This Misery
8. No Question
9. Not Of This Earth
10. Home Rule
11. Sublime
12. Test



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod