Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


AKHENATON - Divine Symphonies (1995)
Par DAVID le 20 Décembre 2004          Consultée 2891 fois

Akhenaton n'est pas un album solo du rapper du même nom, c'est le projet du français Lord Vincent qui se veut dans la continuité de Daemonium.

Comme le titre de l'album (pas prétentieux déjà !) l'indique, Akhenaton se concentre davantage sur la facette orchestrale de son talentueux compositeur. Le hic, c'est que tout ce qui faisait le charme de Daemonium, l'alternance entre les passages black rapides et les plages plus calmes et symphoniques, tout ça ne se retrouve pas ici. Les fans de black symphonique, avec des braillards à la Vintersorg et aux orchestrations aussi réussies que la BO du Magicien d'Oz seront aux anges, Divine Symphonies s'inscrit dans ce style qui est devenu très à la mode depuis la fin des années 90. C'est dingue comme les oreilles des metalleux se sont habituées à des mecs qui chantent comme des pieds (et par pitié, ne me parlez pas de leur voix claire s'il vous plaît, ils sont généralement incapables de les reproduire correctement en live).

Enfin, parait que ce genre de musique est créatif de nos jours, là où le heavy traditionnel a tout dit depuis bien longtemps. Ma foi, ça doit sûrement être vrai, tout fout le camp ma bonne dame, je dois être trop "vieux" pour ces conneries !!!

Oula, je divague là, oups, reprenons ! Donc, il ne faut pas se méprendre, Lord Vincent a été un des premiers à officier dans ce style, bien avant qu'il ne soit reconnu du public metal et il a d'ailleurs eu du mal avec Daemonium à obtenir le succès qu'il méritait.

Divine Symphonies contient bien trop de longueurs, avec des claviers répétant inlassablement les mêmes notes, sûrement dans le but de créer une atmosphère oppressante. La sauce ne prend pas et ce ne sont pas les quelques rares passages black qui viendront sauver la mise. Dommage car Lord Vincent avec Daemonium avait le don de proposer un black à la fois furieux, mélodique et épique. Et le contraste avec les passages en narration donnait une ambiance médiévale ce qui aurait pu faire le bonheur des amateurs de jeux de rôle.

Lord Vincent, c'est un peu la grenouille qui se voyait plus grosse que le bœuf. Ce qu'il avait réussi avec Daemonium, il pensait aussi pouvoir l'appliquer avec Akhenaton, en poussant le concept encore plus loin. Par la suite, Lord Vincent poursuivra ses aventures avec Winds Of Sirius, dans un parfait anonymat, et continuera à nous faire rire durant ses interviews, en ne se prenant pas du tout au sérieux.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO :


ETHEREAL
Opus Aethereum (2015)
Trame cinématographique, épique et grandiose




ARTHEMESIA
Devs Iratvs (2001)
Black metal symphonique de haute volée !


Marquez et partagez




 
   DAVID

 
   ZODD

 
   (2 chroniques)



- Lord Vincent (tout)


1. (intro) Rising
2. Unutterable Verity
3. Scene I - Remissions
4. Scene I - In The Circle Od Wizards
5. Chase With The Shadows
6. Cross The Styx (dance With The Souls)
7. The Kingdom Of Wisdom
8. At The Gates Of Obscurity
9. Final Battle (against Your Dark Soul)
10. Pharao (the Karma Of The Hierophante)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod