Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD GRUNGY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Trucker Diablo

NICKELBACK - Silver Side Up (2001)
Par THE MARGINAL le 5 Décembre 2004          Consultée 5782 fois

Cet album-là n'est pas passé inaperçu en 2001, c'est le moins qu'on puisse dire. Avec l'appui du single "How you remind me", Nickelback a tout d'un coup été propulsé devant les projecteurs et a accédé au statut de groupe mondialement connu vendant des albums par millions. Pensez donc: numéro 1 aux USA et au Canada(et multi-platine dans ces contrées, par la même occasion), percée dans les charts au Japon, au Brésil, dans toute l'Europe. Même la France n'a pas échappé à cette déferlante aussi soudaine qu'inattendue, alors qu'auparavant les albums "Curb" (sorti en 96) et "The state" (1999) étaient plus confidentiels hors de l'Amérique du Nord.

Pour ma part, je suis passé "au travers" du phénomène pendant 3 ans. C'est vers le printemps 2004 que j'ai posé une oreille sur ce "Silver side up" en faisant abstraction de toute la hype qui avait eu autour de cet album à l'époque. Et j'avoue que, par moments, j'ai été agréablement surpris. Ce disque n'est certes pas une bombe, mais il se laisse écouter et on peut comprendre pourquoi certains fans de hard FM apprécient ce groupe canadien. En effet, celui-ci joue une musique simple dont les influences font penser à Bon Jovi, au "Black album" de Metallica, Nirvana en mieux (enfin je dis ça, mais c'est parce que j'ai jamais pu supporter ce groupe) et Pearl Jam.

En ce qui concerne le contenu de l'album, parlons-en. "Silver side up" contient son lot de titres efficaces tels que "Never again", direct, qui met bien en avant la basse et la batterie, "Too bad" qui alterne couplets mélancoliques limite grungy et refrain rock catchy, l'accrocheur "Money bought" qui fait un détour vers le hard-rock des 80's, "Hollywood" qui lorgne nettement plus vers les 90's, la ballade bluesy "Good time gone" sur laquelle on entend quelques notes de slide et qui s'avère être la plus belle surprise de l'album. Ah, j'allais oublier LE single par lequel tout est arrivé: "How you remind me". Ce mid-tempo est accrocheur et immédiat, même si on ne peut nier son aspect commercial. Le reste de l'album est plutôt quelconque, et il n'y a pas de quoi fouetter un chat.

Parmi les points à signaler, on notera qu'il y a quelques solos de guitare sur l'album (à partir du 4ème titre). Oh, ne vous emballez pas : ce sont des petits solos et il n'y a pas de démonstration technique. En fait, celui qui tire le mieux son épingle du jeu, c'est le chanteur Chad Kroeger qui a un grain de voix plutôt agréable. les 3 musiciens qui l'accompagnent sont tout ce qui a de plus quelconque : ni bons, ni mauvais.

Dans l'ensemble; "Silver side up" est un album honnête et correct, mais pas transcendant. Nickelback ne fait pas montre de beaucoup de panache, mais parvient à l'occasion à se montrer efficace avec ses moyens. Parmi tous les groupes qui ont été mainstream aux USA depuis 10 ans, ce quatuor canadien est certainement l'un des plus acceptables. Bien sûr, il y a beaucoup de groupes qui sont bien meilleurs que Nickelback et on peut trouver leur carton planétaire exagéré; mais au moins, on trouve de la mélodie (même si ce n'est pas ultra-léché) chez la bande à Chad Kroeger, laquelle ne m'horripile pas autant que les Limp Bizkit, Korn, Papa Roach, Linkin Park et consorts.

Nickelback ne marquera sans doute pas l'histoire du hard rock comme Aerosmith, Van Halen et Guns N' Roses; mais il joue un rock de bonne tenue, à défaut d'être génial. L'intérêt principal que je porte à ce "Silver side up" : à mi-chemin entre le hard-rock des 80's et le rock plus mélancolique des 90's, il peut constituer une porte d'entrée vers le hard rock traditionnel pour ceux qui ne connaissent que le grunge, voire le rock alternatif.
C'est déjà un point positif.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


AMERICAN DOG
Scars-n-bars (2005)
Hard grungy

(+ 1 kro-express)



RHINO BUCKET
Rhino Bucket (1990)
Dans la plus pure tradition "acédècienne"


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
   METALINGUS

 
   (2 chroniques)



- Chad Kroeger (chant, guitare)
- Ryan Peake (guitare)
- Mike Kroeger (basse)
- Ryan


1. Never Again
2. How You Remind Me
3. Woke Up This Morning
4. Too Bad
5. Just For
6. Hollywood
7. Money Bought
8. Where Do I Hide
9. Hangnail
10. Good Times Gone



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod