Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



HATESPHERE - Ballet Of The Brute (2004)
Par FREDOUILLE le 14 Septembre 2004          Consultée 3426 fois

Décidément, Scarlet Records continue de brandir l'étendard de la scène thrash/death danoise. Après avoir signé les "anciens" mais excellents INVOCATOR en 2003, voici donc HATESHERE (chez Scarlet records depuis 2001) avec leur troisième album intitulé "Ballet of the brute".

Ces petits jeunes, très "productifs" (3 albums + 1 MCD en 4 ans!!!), représentent la jeune génération scandinave au même titre que ARCH ENEMY ou THE HAUNTED, laquelle a été abreuvée durant sa jeunesse de death metal mélodique (genre AT THE GATES), mais également de thrash metal 80's (genre TESTAMENT).

J'avais découvert HATESPHERE en 2002 avec "Blooded hatred", un album en tout point excellent mais qui souffrait d'une comparaison trop évidente avec les groupes de death mélodique scandinaves du moment. HATESPHERE, pourtant très prometteur, ne sortait pas du lot.

Force est de constater que les choses vont certainement changer car le groupe démontre avec ce "Ballet of the brute" qu'il veut rapidement en découdre. Ce n'est pas pour rien que les Danois veulent s'attaquer au marché Américain (par l'intermédiaire de Century Média, vraisemblablement).

"Ballet of the brute" appuie sur l'accélérateur et passe à la vitesse supérieure. HATESPHERE se dégage davantage du "style scandinave" malgré des titres très typiques (tel que "What I see I despise", par exemple) en durcissant sensiblement le ton et le son : à l'instar de ARCH ENEMY, la musique du groupe se veut désormais plus thrash et plus lourde ("Death trip", "Only the strongest...).

Autre fait significatif, la production est signée Tommy Hansen et elle est tout simplement pachydermique. Dès l'introduction de l'album ("The beginning and the end" - lourde et mélodique à souhait), le ton est donné et on s'aperçoit que les guitares possèdent un son mastodonte et que la rythmique tout aussi monstrueuse est plombée de chez plombée. Par ailleurs, la musique se veut beaucoup plus sombre que sur les albums précédents (à l'image de la magnifique et morbide pochette).

Que dire d'autre!!! Eh bien que cet album cartonne sévère à l'image de titres rapides tels le très court "Deathtrip" (aux relents hardcore), ou les très Slayeriens "Warhead" et "Vermin" (terribles ces deux là !). D'ailleurs, cet album regorge de plusieurs moments Slayeriens par le biais de guitares acérées et incisives, de breaks secs et efficaces et d'accélérations rythmiques époustouflantes ("Only the strongest..."). Les fans du groupe Américain adoreront sûrement !!!

Les riffs laminent et arrachent tout sur leur passage, et que dire de la batterie qui fait office de vrai marteau pilon. Au niveau chant, Jacob Bredahl dispose d'un répertoire assez intéressant puisque d'une voix écorchée (voire déchirée), il passe aisément à une voix gutturale du plus bel effet (genre chuck Billy sur "Demonic") ou encore à une voix claire, mais c'est très rare ("Last cut last head"). Indiscutablement, Jacob accroît l'agressivité des morceaux.

A défaut d'être un monstre d'originalité, HATESPHERE se veut néanmoins constructif et ordonné sur cet album virulent : les titres se succèdent sans lassitude et ce, grâce à des breaks intelligents ("Downward to nothing", "Warhead"), à des soli mélodiques intéressants ("Last cut. Last Head", "What I see I despise"), ou à des ambiances sombres ("500 dead people").

Enfin, HATESPHERE réussi sur cet album à matérialiser une agressivité maîtrisée grâce à la versatilité de sa violence. Bien vu !

HATESPHERE sort donc là un très grand album de thrash death, à la violence mesurée, et suffisamment intelligent pour que l'on ne s'ennuie pas une seconde. Un album majeur de thrash death en cette année 2004! Très très forts ces Danois!

PS: Mention spéciale au monstrueux "Warhead" sur lequel le chanteur/guitariste Jacob Hansen d'INVOCATOR (tiens, tiens !) fait son apparition.

A lire aussi en THRASH METAL par FREDOUILLE :


ANGELUS APATRIDA
The Call (2012)
ANGELUS APATRIDA est en colère !




ANNIHILATOR
Annihilator (2010)
Très bon cru du combo canadien !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Anders Gyldenohr (batterie)
- Henrik Bastrup Jacobsen (guitare)
- Mikael Ehlert (basse)
- Peter Lyse Hansen (guitare)
- Jacob Bredahl (chant)


1. The Beginning And The End
2. Deathtrip
3. Vermin
4. Downward To Nothing
5. Only The Strongest...
6. What I See I Despise
7. Last Cut. Last Head
8. Warhead
9. Blankeyed
10. 500 Dead People



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod