Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


THEOCRACY - Theocracy (2003)
Par BAST le 13 Septembre 2004          Consultée 3080 fois

Derrière ce patronyme de flic de série américaine se cache un musicien pour le moins particulier. Matt Smith est en effet le seul et unique membre de THEOCRACY. Vous me passerez donc cet écart de langage quand j’évoquerai THEOCRACY en l’assimilant à un groupe. Je pourrais employer le terme de projet solo mais celui-ci est avant tout réservé aux musiciens qui s’échappent de leur formation pour sortir un album plus personnel. Et THEOCRACY est l’activité principale de Matt Smith.

Ceux pour qui la pluralité des talents est une condition essentielle à la réussite d’un album douteront certainement des qualités de ce « Theocracy », composé, joué et même produit par un seul homme. Qui plus est s’ils apprennent que la batterie est électronique. Il faut un sens de la composition aigu, une excellente connaissance des différents instruments et un talent hors pair pour concilier la pratique d’un instrument de prédilection, la guitare pour Matt Smith, et les autres composantes d’un album de heavy metal. Et que dire du chant ? Là encore, pas évident de jouer avec talent d’un instrument et de savoir en plus chanter. Certains s’y sont cassés les dents. La technologie permet certes de combler certaines déficiences derrière la basse ou la batterie, il est toutefois plus difficile de retravailler le chant en studio, de façon pleinement satisfaisante.

Le cas Matt Smith est donc très intéressant puisque l’américain parvient à un résultat impressionnant pour un seul homme. Le chant n’est pas exceptionnel, mais il égale ce à quoi certains groupes italiens nous ont habitués. Quelques imprécisions dans les aigus, mais cela reste plus que convenable. Je ne vais pas reprendre chaque instrument un par un, disons seulement que la guitare est à la fête, Matt Smith s’avérant un guitariste très adroit, et que la batterie programmée rebutera les puristes. En tout cas, l’année et demie passée à composer et enregistrer cet album a, sur cet aspect là, porté ses fruits.

Au niveau des compositions, Matt Smith est vraisemblablement très inspiré par la scène finlandaise. On croirait par moment que THEOCRACY nous vient de Finlande tant les ressemblances avec SONATA ARCTICA ou DREAMTALE sont frappantes. L’étiquette US reconnaissable sur nombre de groupes en provenance d’outre-atlantique (ce côté « power » d’un ICED EARTH, par exemple) est ici totalement absente. THEOCRACY est un groupe évoluant dans un esprit heavy européen. Il est donc destiné aux amateurs de speed mélodique teinté d’orchestrations et d’envolées épiques. Et il tire aisément son épingle du jeu, tant les compositions de « Theocracy » sont de qualité. Et là aussi, on sent combien le travail consenti par Matt Smith est payant.

« Theocracy » débute sur une intro symphonique qui est… conforme à ce que l’on attend d’une intro symphonique. Des tonnes de nappes de clavier, une montée en puissance progressive et l’album peut embrayer sur le premier titre. « Ichtus » a la pêche, c’est le moins que l’on puisse dire. C’est frais, rapide, le refrain est somptueux. « Theocracy » démarre de la meilleure des façons. Le reste n’est pas toujours à l’avenant, l’excellent côtoyant par moments le moyen. Pas de titre définitivement faibles, mais quelques imperfections qui passent rapidement pour des longueurs. Des dix titres qui composent « Theocracy », on retiendra - outre « Ichtus » - l’arabisant « Mountain » et son refrain FM qui fait beaucoup penser à la scène finlandaise, « Theocracy » et sa mélodie récurrente à la MAIDEN ponctuée par un refrain grandiloquent qu’on croirait tout droit sortie d’une comédie musicale, la ballade « Sinner » dont le ton me rappelle « Remember Tomorrow », le magnifique « New Jerusalem » qui vogue dans le sillage des géniaux allemands de FREEDOM CALL ou encore le folklorique « The Victory Dance » certainement inspiré par la BO du « Dernier Des Mohicans ».

Les longueurs que je mentionnais plus haut sont caractérisées par « The Healing Hand », qui a du mal à décoller, et la pièce épique « Twist Of Fate », pas toujours convaincante dans sa succession d’ambiances sombres. Ca manque de spontanéité. Heureusement, ce titre est sauvé par un bon refrain et un pont symphonique riche et bien trouvé.

Deux titres moyens pour sept de bonne voire d’excellente facture, le ratio est des plus encourageant, non ? Matt Smith a accouché d’un opus tout à fait réussi qui laisse présager d’un avenir intéressant pour sa formation. Ne lui reste plus qu’à améliorer la production (donc de trouver un label plus généreux), de gommer certaines fautes de jeunesse puis enfin d’engager quelques musiciens pour assurer quelques dates et THEOCRACY rejoindra les formations de speed mélodique sur lesquelles on a envie de compter.

A lire aussi en POWER METAL par BAST :


MORIFADE
Domi<>nation (2004)
Un des plus grands albums Heavy/Speed de l'année !




SYMPHONITY
Voice From The Silence (2008)
Putain de Speed Mélodique avec Olaf Hayer


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Matt Smith (tout)


1. Prelude
2. Ichthus
3. The Serpent's Kiss
4. Mountain
5. Theocracy
6. The Healing Hand
7. Sinner
8. New Jerusalem
9. The Victory Dance
10. Twist Of Fate



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod