Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Rock Alchemist
- Membre : Ozzy Osbourne , Slash's Snakepit , Mad Season
 

 Site Officiel De La Communauté Aic (799)

ALICE IN CHAINS - Facelift (1990)
Par MOMO HEARTBREAKER le 22 Octobre 2004          Consultée 7464 fois

Ce premier album d’ALICE IN CHAINS est le fruit d’une histoire à rebondissements, comme une prémonition en quelque sorte de l’avenir brillant mais pour le moins agité du combo. Tout commence à Seattle, quand Layne Staley (chanteur) et Jerry Cantell (guitariste) sont rejoints par deux connaissances de ce dernier : Mike Starr (basse) et Sean Kinney (batterie). Suite au succès d’un mini-album promotionnel intitulé "We Die Young" qui cartonne sur les radio métal underground US, les quatre lascars sont priés de se rendre presto au studio pour enregistrer leur premier album : "Facelift".

Ce dernier est donc composé de ce mini Cd promo originel et de morceaux écris dans l’urgence d’où le sentiment d’inachevé que l’on ressent lorsque l'on s’écoute ce premier effort studio d’une seule traite. Mais n’allons pas trop vite… Comme ses camarades de promo, le quatuor doit beaucoup au hard rock des années 70. Moins groovy que PEARL JAM et moins métal que SOUNDGARDEN, ALICE IN CHAINS a une approche foncièrement hard rock de sa musique, dopé en cela par la virtuosité de Jerry Cantrell s’imposant comme le guitare héros ultime de sa génération. Sa dualité avec Layne Staley, chanteur au timbre torturé, ressemble, peut-être trouverez-vous la comparaison osée (mais ça image bien mon propos à mon humble avis), à une version glauque des deux premiers opus solo d’Ozzy avec Randy Roads ("Blizzard Of Ozz" et "Diary Of A Madman").

Au niveau des titres, les cinq premiers se détachent nettement du lot : ils sont tout simplement géniaux ! Le percutant "We Die Young" et le miraculeux middle tempo "Man In The Box" prouve le potentiel de songwriting du groupe qui propose deux hits imparables d’entrée de jeu. Les plus typiquement hard "Sea Of Sorrow" et "Bleed The Freak" mettent en valeur le jeu hallucinant de Jerry Cantrell qui nous gratifie de magnifiques descentes de manche. "I Can’t Remember" pose les bases de ce que seront les titres les plus posés du groupe. Le reste est nettement moins bon malgré ses vocaux si particuliers et cette guitare enivrante véritable marque de fabrique du groupe.

Du coups, il n’est pas facile de noter un tel disque tant la première partie de l’album est franchement exceptionnelle et n’a pas pris une ride depuis plus de dix ans déjà et le reste du disque quelque peu anecdotique. Mais qu’importe, l’objectif était de démontrer le potentiel du groupe et il est atteint haut la main avec en bonus un disque d’or à garder au chaud pour l’hiver. Vivement la suite…

A lire aussi en HARD ROCK par MOMO HEARTBREAKER :


The CULT
Sonic Temple (1989)
Hard rock




BAD MOON RISING
Opium For The Masses (1995)
Hard rock


Marquez et partagez




 
   MOMO HEARTBREAKER

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Layne Staley (chanteur)
- Jerry Cantell (guitariste)
- Mike Starr (basse)
- Sean Kinney (battery)


1. We Die Young
2. Man In The Box
3. Sea Of Sorrow
4. Bleed The Freak
5. I Can't Remember
6. Love, Hate, Love
7. It Ain't Like That
8. Sunshine
9. Put You Down
10. Confusion
11. I Know Somethin (bout You)
12. Real Thing



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod