Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  STUDIO

Commentaires (18)
Questions / Réponses (2 / 2)
Metalhit
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Murderdolls, Stone Sour
 

 Site Officiel Du Groupe (596)
 Site Français Reconnu Par Le Label (2155)

SLIPKNOT - Vol. 3 (the Subliminal Verses) (2004)
Par JEREMY le 19 Juillet 2004          Consultée 13483 fois

Après le catastrophique "Iowa", sorti en 2001, il fallait vraiment que les neufs clowns de SLIPKNOT réagissent pour ne pas perdre le peu de crédibilité qu’ils avaient accumulée grâce à leurs deux premiers (et ma foi, plutôt réussis) albums : "Mate Feed Kill Repeat" et "Slipknot". Alors que faire ? Virer certains musiciens ? Malgré le possible départ de plusieurs personnes, ainsi que leur participation dans plusieurs projets (MURDERDOLLS et STONE SOUR, pour ne citer que les plus connus), personne n’a pris la porte. Deuxième possibilité : arrêter purement et simplement le groupe. Là encore, ça n’a pas été fait, les gars de Des Moines ne voulaient pas stopper l’aventure en si bon chemin (il y avait encore de l’argent facile à se faire auprès des p’tits djeunz influençables diront les mauvaises langues). Alors, finalement que faire ? Changer de masques ?

Oui. SLIPKNOT a changé de masque pour ce disque. Fini la tête de clown de Corey Taylor qui faisait se tordre de rire la gente metalleuse. Il en avait sûrement marre qu’on se moque de lui, le pauvre… Pour ceux qui voudraient savoir à quoi ressemblent leurs nouvelles têtes, rendez-vous dans n’importe quel numéro de Hard’N’Heavy, puisque nos « confrères » semblent s’être pris d’une grande amitié pour les américains au point qu’on les retrouve dans pratiquement chaque numéro. Bref, je ne m’attendais vraiment pas à grand-chose en enfilant ce disque dans ma platine… Et pourtant… !

Et pourtant j’ai reçu une claque monumentale. Moi qui avais haï "Iowa" (essayez donc de prononcer à voix haute ces deux mots côte à côte) comme ce n’est pas possible d’imaginer, je me surprenais soudain à chantonner avec Corey l’excellente intro « Prélude 3.0 », un des meilleurs titres que SLIPKNOT m’ai donné d’entendre. L’ambiance qui se dépeint de ce morceau est d’une intensité rare. Et les gars de Des Moines peuvent remercier le travail qui a été effectué au niveau des synthés, car ce sont eux qui donnent toute sa force au morceau, de part ses nappes « aquatiques » et subliminale… Vraiment, ce disque commence de la meilleure des manières qui soit. Sans rire, j’ai du consulter le line-up une dizaine de fois au cours de ce morceau pour me persuader que s’était bien les SLIPKNOT qui jouaient !

Me voilà bien enthousiaste, on dirait ! Mais l’enthousiasme retombe vite avec « The Blister Exists », un morceau simpliste, réducteur, où seul Joey Jordison sauve les meubles grâce à son récital derrière les fûts (d’ailleurs, quels progrès par rapport à "Iowa" où son jeu était des plus stéréotypés !)… Bref, un morceau plat, et vraiment mauvais, sans rien à se mettre sous la dent. « Three Nil » arrive ensuite, et même s’il est dans l’ensemble assez rentre-dedans, il est suffisamment varié pour retenir l’attention. Le riff de guitare est assez intéressant, certains breaks sont vraiment réussis, et entre deux braillements (que je trouve toujours aussi lamentables, Corey est à n’en pas douter le maillon faible du groupe), le chanteur pose des passages clairs assez sympathiques.

Ensuite arrive LE morceau du disque : « Duality ». Après une intro reprenant plus ou moins le thème de « Prelude 3.0 », SLIPKNOT se met à nous proposer non pas son néo/death habituel, mais bel et bien du thrash mélodique des plus réussis ! Et, une fois n’est pas coutume, ce morceau tient grâce à Corey Taylor ! Je me suis surpris plusieurs fois à reprendre avec lui le refrain, ainsi qu’à taper du pied sur la solide rythmique de Jordison ! Vraiment un excellent morceau !
Si je continue à écrire un paragraphe par morceau, on n’est pas sorti (rappelons que le disque en contient 14, soit trois de trop à mon avis). Dans les autres bons moments, on a droit à « Opium of the People » (sur lequel un bon solo de guitare apparaît), et « Before I Forget » (mention spéciale à celui-ci pour son phrasé solo assez long vers la fin du morceau et son refrain génial), qui sont tous deux construits sur le même principe que « Three Nil », à savoir un bon riff de guitare, quelques ambiances sympa grâce aux discrets scratchs et synthés, et des mélodies assez bien trouvées de Corey Taylor.

De plus, deux morceaux acoustiques viennent se glisser entre ces compos « bourrines » et ainsi nous sauver in extremis de l’indigestion : « Circle » et « Vermillon Part.2 », apportant une nouvelle dimension à la musique de SLIPKNOT grâce à leurs ambiances mélancoliques et quelque peu dépressives (surtout « Vermillon 2 », qui est vraiment très réussi !).

Du côté des mauvais morceaux, il y en a aussi pas mal : outre « The Blister Exists », on retrouve « Welcome », (titre bien trop « froid », on a l’impression que les gars n’avaient pas le cœur à l’ouvrage, aucune ambiance ne s’en dégage) « The Nameless » (aux influences hip-hop bien trop marquées à mon goût, même si quelques breaks calmes sont les bienvenus), et « The Virus Of Life », (qui lui n’est pas un titre speed, mais plutôt une sorte de morceau expérimental, avec des vocaux trop en retrait et complètement étouffés par l’électronique, et un Jordison totalement absent, tout comme les guitares ; bref, un essai loupé). Ensuite, l’album vient se fermer sur un « Danger – Keep Away », sympa mais convenu, très calme, un peu dans l’esprit de « Vermillon part2 ».

Bref, pour un groupe qui venait de sortir "Iowa", un des pires albums qu’il m’ait été donné d’entendre, vous imaginez aisément ma surprise à l’écoute de ce plutôt réussi « Vol : 3 (The Subliminal Verses) ». Toutefois, si le groupe se décidait enfin à changer de chanteur, je suis persuadé que les compos prendraient une nouvelle dimension. Un disque qui, même s’il ne justifie pas encore l’énorme succès du groupe, et est encore bien loin des sommets du genre, se laisse écouter avec plaisir. 2,5/5, arrondi au supérieur pour l’effet de surprise ! SLIPKNOT, un changement de masque salutaire ?

A lire aussi en NEO METAL :


PASSENGER
Passenger (2003)
Non non, ce n'est pas In Flames




TERRORISTARS
Satanistars (2004)
Un futur grand du neo brutal est peut-être né !


Marquez et partagez





Par RENAUD STRATO




 
   JEREMY

 
   CHAPOUK
   FENRYL

 
   (3 chroniques)



- Corey Taylor (chant)
- Mick (guitare)
- Sid (turnables)
- Shawn (percussions)
- Paul (basse)
- Joey Jordison (batterie)
- Chris (percussions)
- James (guitare)
- Craig (samples/media)


1. Prelude 3.0
2. The Blister Exists
3. Three Nil
4. Duality
5. Opium Of The People
6. Circle
7. Welcome
8. Vermillion
9. Pulse Of The Maggots
10. Before I Forget
11. Vermillion Part2
12. The Nameless
13. The Virus Of Life
14. Danger - Keep Away



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod