Recherche avancée       Liste groupes



      
SYNTH POP  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


MORTIIS - The Smell Of Rain (2001)
Par POSSOPO le 31 Août 2004          Consultée 3315 fois

Le chemin parcouru par MORTIIS a été immense depuis son départ d’EMPEROR il y a près de dix ans. Restait à savoir si ce chemin menait quelque part.
Ce musicien est vraiment un personnage particulier. Laissant tomber la basse d’un des groupes de black metal les plus en vue à l’époque, il se terre dans des montagnes scandinaves entourées de bois. Il se met à composer, selon ses propres dires, de la musique de donjon, uniquement jouée aux claviers. Si ce terme de «dungeon music» en fera rire beaucoup, ce bipède grimé en gentil troll qui poursuivait Tom, l’aviateur barman et à l’époque encore acnéique, dans le film Legend, faisait certains adeptes avec ces longs morceaux atmosphériques aux accents médiévaux seyant à certaines introspections nocturnes tandis qu’il se faisait oublier de l’auditoire metal le plus classique.

Que ceux qui n’ont écouté que quelques minutes des précédents albums du triste sire et l’aient immédiatement catalogué comme new age bas de gamme et soporifique se ravisent, la mutation est totale et The Smell Of Rain n’a que très peu de points communs avec les œuvres passées. Puissent ceux qui crèchent sur l’autre rive, les adorateurs de Født Til å Herske, faire preuve d’une totale ouverture d’esprit.

Soyons le plus clair possible, ce nouvel album est un disque de synth pop (appelez cela darkwave, cela revient peu ou prou au même) qui fera danser tous les corbeaux mélancoliques errant sur les bancs du lycée. Chacun ira de ses références pour parler de cet opus surprenant de la part d’un être qui, il n’y a pas encore si longtemps, semblait se délecter dans un isolement absolu. NINE INCH NAILS et FRONT 242 côtoieront ainsi DEPECHE MODE ou les PET SHOP BOYS, tous ces noms possédant des talents certes différents mais un même goût pour les sonorités synthétiques et un certain sens du rythme. Pour ma part, The Smell Of Rain fait beaucoup penser à un APOPTYGMA BERZERK qui baignerait dans un climat plus pesant et oppressant qu’à son habitude mais également nettement moins acidulé. L’artiste lui-même évoque ENIGMA et SKINNY PUPPY.

Hormis Sara Jezebel Devah, dont Haavard «Mortiis» Elefsen a, semble-t-il, apprécié le travail sur son précédent album The Stargate, le jeune homme, apparemment guéri da sa misanthropie, a fait appel à plusieurs voix, qui ont principalement tourné avec THERION et CRADLE OF FILTH, afin de l’épauler dans la concrétisation de ses envies. La plupart des morceaux sont irrésistiblement accrocheurs et usent d’ingrédients connus mais efficaces, une rythmique percutante, des nappes sonores séduisantes et des mélodies, certes faciles car peu novatrices, mais totalement prenantes.

Le disque a les défauts de ses qualités puisque son côté immédiat diminue peut-être son impact à long terme, toutes ses richesses étant exposées sans que l’oreille n’ait à effectuer un travail de fouille assurant aux plus grands chefs-d’œuvre leur caractère pérenne. Mais MORTIIS n’a pas à rougir de ce changement de cap. Il a quitté un monde inhumain, dominé par une nature sauvage et colossale, pour une société artificielle mais terriblement enivrante. Ses premiers pas dans ce nouveau milieu sont très encourageants.

A lire aussi en ELECTRO par POSSOPO :


ULVER
Perdition City (2001)
Electro jazz

(+ 2 kros-express)



ULVER
Shadows Of The Sun (2007)
Un grand ULVER, calme et apaisant

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Mortiis (chant, guitare, basse, clavier, programmation)
- Mortal (guitare)
- Leo Troy (batterie)


1. Scar Trek/parasite God
2. Flux/mental Maelstrom
3. Spirit In A Vacuum
4. Monolith
5. You Put A Hex On Me
6. Everyone Leaves
7. Marshland
8. Antimental
9. Smell The Witch



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod