Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


STORMLORD - The Gorgon Cult (2004)
Par JULIEN le 8 Juin 2004          Consultée 2568 fois

Ahlala, combien de fois avons-nous vu ressurgir, au détour d’une conversation, la thématique du « conflit de génération » ? Mais si, vous savez, le truc super pratique que l’on dégaine plus vite que Lucky Luke, le truc plus fort encore que l’ouverture ultra cool de Tetra Pack, ce petit argument bien commode pour clore une discussion : « bah, toute façon, on est pô de la même génération, c’est mega normal qu’t’y pige un chou mal lavé, mon pov’ vieux… », voire un « de mon temps, jeune bouseux, les choses avaient une autre valeur, on plaisantait pas avec l’authentique, les choses vraies, pas comme aujourd’hui avec votre déballage d’effets spéciaux qui masquent la misère des choses, ahlala »...

Et pourquoi cette intro, hein, dites, m’sieur le schtroumpf couleur chocolat noir, humiam z’êtes à croquer ? Hein ? Parce que STORMLORD est un peu l’archétype de ces formations qui ne manquent pas de remettre sur le tapis le grand débat amorcé à l’époque par le "Dusk And Her Embrace" de CRADLE OF FILTH, et ré-actualisé l'année suivante par le « Enthrone Darkness Triumphant » des norvégiens de DIMMU BORGIR. Une polémique dont le brasier ne s’est jamais véritablement apaisé. Faisons donc un petit bout de chemin façon dialectique : "De la légitimité de parler de Black pour des groupes comme STORMLORD".

Brossons le tableau... Deux écoles s’affrontent là majoritairement : En premier lieu, l’ancienne école « Satanic Art Black Blood And Terror Hounds» (le S.A.B.B.A.T.H.) qui postule que le droit de mériter le titre de Black n’échoit qu’à ceux qui obtiennent minimum 16/20 dans l’UV « Honnor DARKTHRONE », ont choisi l’option « Peinture N/B sur chair » et ont dépouillé au moins deux églises de tous ses crucifix. Une solide expérience de l’approximation musicale et un goût pour les caves putrides et poussiéreuses sont appréciés, tout comme sera favorablement considérée la pratique assidue des promenades sylvestres en tenue chipée au musée d’art médiéval du patelin. Une école qui, il faut bien l’avouer, livre chaque année une généreuse moisson de diplômés qui peinent malgré tout à obtenir ne serait-ce qu'une once de reconnaisance. Ce qui ne les empêche pas de conspuer avec véhémence des groupes comme STORMLORD.

De l’autre côté de l’échiquier, nous retrouvons la jeune école « Council Of Force Demonic In Black Order » (le C.O.F.D.I.B.O.), qui elle brisa l’hégémonie du S.A.B.B.A.T.H. en ouvrant la voie à d’autres formes d’expression dans cet univers étriqué et underground : L’UV qui fit scandale portait l’intitulé « maîtrise des instruments à touches et autres claveçins », sans oublier bien sûr l’option très prisée « photo sanglante et esthétique vampirique ». Alors pensez, quand les formations de cette obédience s’exilèrent hors de leurs caveaux pour solliciter de grands producteurs, se piquèrent de présenter des mises en scènes fastueuses et de profiter au maximum des cours dispensés par les professeurs spécialisés de l’U.V. « Communication médiatique et pratique de l’interview théâtrale », il ne faisait pas bon être un rat dans les couloirs de l’école S.A.B.B.A.T.H., tant la perspective de finir sa vie de rongeur comme « objet de sacrifice adressé aux capitalistes du Black » était prévalente !

Maintenant que le décor est planté, vous comprendrez mieux la difficulté de parler de STORMLORD. Prennons les choses simplement : Indéniables élèves du « C.O.F.D.I.B. », les italiens de STORMLORD pratiquent un Black très mélodique et très proprement produit, truffé de synthés en nappes amples et atmosphériques qui colorent de bleu une musique soignée et léchée, remarquablement illustrée par l’artwork de l’incontournable Jean-Pascal Fournier. Les riffs de guitare s’offrent une panoplie appréciable, du tranchant Fear Factoresque ("Dance Of Hecate") au heavy mélodique ("Wurdulack", "Nightbreed", les lignes orientalisantes du morceau titre...), en passant par la puissance du Heavy classique ("Medusa's Coils"...). On ne s'étonnera donc pas de retrouver une reprise respectueuse (et donc peu intéressante) du "Moonchild" d’IRON MAIDEN.

Rappelant un peu le travail d’OLD MAN’S CHILD, MYSTIC CIRCLE (même si les atmosphères ne sont pas similaires), d'AND OCEANS (certains claviers), les débuts de GRIEF OF EMERALD en moins pugnace tout de même, mais aussi DIMMU BORGIR (l’un des maîtres à penser de cette école), avec une pointe à la CRADLE OF FILTH pour le chant (qui alterne guttural et voix arrachée, mais sans les cris d’orfraie), cette œuvre qu’est « The Gorgon Cult » s’avère en tout point appréciable, riche en breaks et claviers aérés et majestueux à souhait (notamment sur l'instrumental "Memories Of Lemuria"), le tout fignolé par des musiciens très capables. Un disque peu farouche et plaisant à l’écoute, même si le chant clair (heureusement très rare) est affreux. On relève même quelques éléments assez intéressants pour un disque de Black, comme les riffs quasi Power-thrash sur "The Oath Of The Legion", ou la présence de parties furieuses à la EMPEROR sur l'excellent et complexe "Under The Boards" (195, M.A.).

STORMLORD incarne donc un peu une sorte de paradigme de ce que cette école syncrétique peut proposer : Un Black finalement très abordable, axé principalement sur les atmosphères et la mélodie, pas franchement passionnant ou personnel, mais qui plaira à n'en pas douter à tous ceux qui recherchent ces aspects là de la chose. Ces derniers apprécieront certainement plus que moi ce "The Gorgon cult"... en tout cas, il est probable que l’absence de souffre, de défauts patents dans la prise de son et le côté éminemment mélodique de la chose (même si ça reste tout de même bien carton) ne calmera pas les tenants du S.A.B.B.A.T.H., campés sur leur vision élististe d'un Black comme on le pratiquait en scandinavie il y a de celà une décennie... des activistes qui ne manqueront pas de cracher avec virulence sur ce bon disque (présenté dans une édition offrant moultes bonus originaux, comme par exemple des mp3 de formations parallèles dans lesquelles officient les musiciens de STORMLORD) et pourraient prendre de vilaines dispositions. Et ce n’est pas pour me ravir : C’est vrai quoi, j’aime tellement les bêtes...

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


SACRAMENTUM
Far Away From The Sun (1996)
L'un des rares disques à frôler DISSECTION...




ANCIENT
Night Visit (2004)
Enfin un bon ancient : black mélodique de qualité


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Francesco B. (basse)
- Simone S. (claviers)
- Gianpaolo C. (guitare)
- Pierangelo G. (guitare)
- Cristiano B. (chant)
- David F. (batterie)


1. The Torchbearer
2. Dance Of Hekate
3. Wurdulak
4. Under The Boards (195 , Ma)
5. Oath Of The Legion
6. The Gorgon Cult
7. Memories Of Lemuria
8. Medusa's Coil
9. Moonchild (iron Maiden Cover)
10. Nightbreed
11. A Sleeping River (japanese Bonustrack)
12. Multimedia Section
13. * 10 Unreleased Tracks In High Quality M
14. * The
15. * Full Detailed Biography And Members Pr
16. * Discography
17. * Links



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod