Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Steelheart, Skid Row, Aerosmith, Tesla, Van Halen, Drivin N' Cryin

TORA TORA - Surprise Attack (1989)
Par THE MARGINAL le 16 Août 2004          Consultée 3053 fois

Formé en 1985, le quartette americain Tora Tora a galéré plusieurs années avant d'être signé chez A&M. Il faut dire que Tora Tora n'est pas originaire de Los Angeles, mais de Memphis(Tennessee). C'est finalement en 1989 que "Surprise attack", le premier opus du groupe, voit le jour.

A l'écoute de ce disque, on s'aperçoit que Tora Tora oscille entre big-rock survitaminé et hard bluesy. Si on reconnait bien les influences de Van Halen et de Aerosmith, on ne peut néanmoins nier que ce jeune combo, articulé autour de Anthony Corder(chant), Keith Douglas(guitare), Patrick Francis(basse) et John Patterson(batterie), a un potentiel intéressant et qu'il peut aller loin.

Si cet album n'est pas forcément le meilleur du genre, celui-çi demeure quand même intéressant et on sent chez Tora Tora une réelle envie de bien faire. C'est donc fort logiquement qu'on retrouve sur cet opus des compositions qui font mouche. C'est le cas de "Love's a bitch", musclé, percutant à souhait et joué sur le tempo: voilà un titre ideal pour ouvrir l'album. Parmi les autres titres tout aussi dignes d'intêret; on citera volontiers "28 days", tout aussi survitaminé et endiablé que "Love's a bitch"; l'entrainant "She's good, she's bad", le rentre-dedans "One for the road" qui devaste tout sur son passage; ainsi que 3 autres titres plus foncièrement bluesy: "Hard times" a un côté big-rock fort plaisant, "Walkin' shoes" ne laisse nullement indifférent et fait taper du pied et/ou claquer des doigts(ecoutez un peu l'intro/outro bluesy du plus bel effet); tandis que "Riverside drive" sonne de façon terriblement live, si bien qu'on s'imagine volontiers en train de jammer avec le groupe sur scène. Mine de rien, on peut penser avec du recul que ces 3 titres laissaient entrevoir quelle serait l'évolution de Tora Tora sur son second album.

Pour contrebalancer avec toute cette énergie décibelique, le quartette americain s'est fendu de 2 ballades: "Phantom rider" est une belle réussite en raison de sa première partie acoustique pleine de feeling avant que les guitares électriques prennent le relai et fassent monter l'intensité. "Being there", l'autre ballade, est moins brillante car plutôt conventionnelle; mis n'est toutefois pas désagréable à écouter.

Pour un premier album; Tora Tora s'en est assez bien sorti, même s'il y a quelques imperfections ici et là(par exemple, le chant de Anthony Corder est parfois nasillard). Et l'air de rien, "Surprise attack" a eu un succès plutôt honorable puisqu'il s'est hissé à la 47ème place du Billboard. Il manque très peu de choses à Tora Tora pour faire partie de la cour des grands; ce sera chose faite avec l'album suivant: l'excellent et(injustement) mesestimé "Wild America".

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


TRIUMPH
Rock & Roll Machine (1977)
Un grand disque de la fin des 70's...




DOKKEN
Erase The Slate (1999)
Hard rock

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Anthony Corder (chant)
- Keith Douglas (guitare)
- Patrick Francis (basse)
- John Patterson (batterie)


1. Love's A Bitch
2. Twenty-eight Days
3. Hard Times
4. Guilty
5. Phantom Rider
6. Walkin' Shoes
7. Riverside Drive
8. She's Good She's Bad
9. One For The Road
10. Being There



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod