Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (158)
 Facebook (146)

LOFOFORA - Le Fond Et La Forme (2002)
Par DAVID le 8 Juillet 2004          Consultée 4891 fois

Parmi les 3 fers de lance de la vague fusion française lancée et récupérée par les majors, Lofofora était le dernier à faire office de survivant. Les No One Is Innocent, auteurs d'un excellent premier album, avaient viré néo metal sur leur 2nd album, Utopia avant de splitter... ce qui était vraiment dommage puisqu'ils étaient les plus intéressants du lot. Les Silmarils quant à eux n'avaient jamais réussi à enregistrer un bon album, autant dans un style fusion qu'avec leur virage reggae-ragga opportuniste (à l'époque du succès de Pierpoljak, fallait bien prendre le train en marche plutôt que de ne jamais le prendre, hein ?).

Alors que Dur Comme Fer voyait Lofofora évoluer dans le bon sens, dans un style tantôt brutal ou plus intimiste, Le fond et la forme annonce un chamboulement au niveau du line up, qui avait toujours été le même jusque là. 2 musiciens des néo-metalleux d'Artsonic viennent remplacer l'ancien batteur et guitariste ; ce changement est complètement fatal à Lofofora. Ce qui faisait la spécificité même de Dur Comme Fer disparaît ici au profit d'un album hardcore-fusion relativement quelconque. Entendons nous bien, Lofofora n'a pas viré néo metal et n'est pas prêt de le faire. Mais les fameux riffs heavy qui avaient fait tout le charme d'Artsonic (car Artsonic est un bon groupe, si si !!!) ne collent pas vraiment avec le chant de Reuno.

Cela nous donne du yaourt sur presque tout l'album, du yaourt bon marché et même pas bio qui plus est ! Qu'est ce que le yaourt ? Des riffs hardcore-metal sans concessions, mêlés à un chant rythmique et brutal, le tout n'ayant évidemment aucune mélodies. A part sur quelques titres sympas (Série Z dans le plus pur style Lofofora, le chant ragga sur Comme à la guerre et les très calmes Histoire naturelle et Bienvenue), c'est le marasme total. Le nouveau guitariste n'a pas autant d'imagination que Farid (je l'appelle par son prénom car bon, ils n'ont jamais mis leur nom de famille dans les livrets, les salauds !) sur les titres les plus calmes. Farid parvenait à créer des ambiances intéressantes avec ses bidouillages, alors que Le fond et la forme est d'une platitude extrême. Et les riffs heavy sont d'une banalité à faire peur, le groove et les paroles sociales de Reuno ne suffisent pas. Reuno a toujours autant de présence et d'aisance dans son chant, mais quand on mélange ça avec des compos insignifiantes, ça ne donne absolument rien ! Reuno n'est pas le genre de chanteur à sauver des morceaux du gouffre grâce à son seul charisme, dommage pour lui ! Même les tires les plus speeds et hardcore paraissent dénués d'intérêt (Carapace, Psaume Cac 40).

Le fond et la forme devrait sans problème rassasier les amateurs de yaourt avec à coté de ça l'intégral de Madball et les 2 derniers albums de Biohazard (les médiocres Uncivilization et Kill or be killed). Pour les autres, circulez, y'a rien à voir !

A lire aussi en FUSION par DAVID :


FAITH NO MORE
Angel Dust (1992)
Metal fusion

(+ 1 kro-express)



Glenn HUGHES
Building The Machine (2001)
Fusion


Marquez et partagez




 
   DAVID

 
   CHAPOUK

 
   (2 chroniques)



- Daniel (guitare)
- Pierre (batterie)
- Reuno (chant)
- Phil (basse)


1. Le Fond Et La Forme
2. Série Z
3. Social Killer
4. Histoire Naturelle
5. Auto-pilote
6. Ici Ou Ailleurs
7. Comme à La Guerre
8. Requiem Pour Moi-même
9. Psaume Cac 40
10. Bienvenue
11. Alarme Citoyens
12. Carapace
13. L'emprise



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod