Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (19)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Tristania, Benighted Soul, Delain, Tacere, Sirenia, Within Temptation
- Membre : Mayan, Hdk
- Style + Membre : Epica, Nightwish

AFTER FOREVER - Invisible Circles (2004)
Par JEREMY le 4 Mai 2004          Consultée 9517 fois

Que le temps passe vite ! Déjà le troisième album d’AFTER FOREVER ! J’ai l’impression qu’hier seulement je découvrais ce groupe avec le correct « Prison of Desire » (2000), puis l’année suivante, avec le très bon « Decipher » qui me conquit totalement ; et pour preuve, il fait maintenant parti de mes albums de références. Mais revenons en à ce qui nous intéresse aujourd’hui, à savoir le nouvel album des Hollandais, « Invisible Circles », qui, je vous le rappelle, a été écrit et composé sans Mark Jansen, parti fonder EPICA, groupe de metal symphonique lyrique lui aussi, et apte à faire de l’ombre à AFTER FOREVER avec son premier album « The Phantom Agony ».

Floor chante moins haut qu’auparavant, et à même tendance à pencher vers le « criard » sur « Between Love and Fire », mais ce morceau est malgré tout un de mes préférés du disque, grâce notamment à son refrain imparable ainsi qu’à l’ambiance mélancolique qu’il contient. En fait, et c’est une habitude chez AFTER FOREVER, les meilleurs titres se trouvent en début d’album. Ainsi, après « Beautiful Emptiness » et « Between Love and Fire », on retrouve « Sins of Idealism », mon second morceau préféré. Celui-ci est sûrement l’un des moins faciles d’accés (je me rappelle des premières écoutes, c’était à chaque fois l’un des rares titres sur lequel je ne retenais rien), et pourtant les mélodies de Floor Jansen sont superbes, assez puissantes, une diction presque hachée, tout comme le riff principal qui accompagne le refrain, le tout emmené par une rythmique relativement rapide, mais suffisament variée pour ne pas lasser.

AFTER FOREVER ne veut pas reconduire les erreurs de « Decipher », à savoir proposer sans cesse la même chose, au risque d’ennuyer l’auditeur, c’est ainsi qu’apparaît un soupçon d’originalité sur « Trough Square Eyes » et son intro orientale de toute beauté. Paradoxalement, je trouve que ce morceau revient à une influence plus proche de « Decipher », car il ne mise, non plus uniquement sur le chant de Floor pour faire mouche, mais surtout sur l’utilisation des claviers ultra-mélodique, ce qui vaut sans hésitation à AFTER FOREVER l’appellation « Metal Symphonique ». Pour continuer dans l’originalité, « Blind Pain » propose (presque) du Death Melodique tant les grognements se font présents, et le riff de guitare fait penser à du bon Néo Metal, tout comme la rythmique qui l’acompagne. L’ensemble se veut donc plus percutant et plus « heavy » que « Decipher ».

Invisible Circles est donc un poil moins symphonique que son prédécesseur, moins sombre également, mais, aussi paradoxal que cela puisse paraître, je le trouve tout de même plus triste et plus mélancolique (écoutez le magnifique "Life's Vortex"), ce qui n’est pas pour me déplaire. Notons également que ce disque est un concept album racontant les problèmes d’une petite fille délaissée par ses parents et qui se réfugie dans les jeux vidéos et Internet (si j’ai bien tout compris). Et enfin je ne pouvais pas terminer cette chronique sans parler du packaging qui est vraiment réussi, le livret contient toutes les paroles ainsi que des extraits du journal intime de la petite fille dont il est question dans l’histoire, le tout illustré par les photos du groupe.

En tout cas, on ne peut pas dire que le départ de Mark Jansen ait beaucoup influencé sur la qualité de ce troisième album studio, qui s’en tire avec tous les honneurs possibles et un album qui a bien mérité de son 5/5, même si les dialogues sensés illustrer le concept traînent un peu en longueur par moment (presque trois minutes à la fin de « Blind Pain »). Un très bon album néanmoins !

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE :


Luca TURILLI
The Ancient Forest Of Elves (1999)
Metal symphonique




ORPHANAGE
By Time Alone (1996)
Bourré d'idées et enivrant !


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Floor Jansen (chant)
- Bas Maas (guitare)
- Sander Gommans (guitare)
- Luuk Van Gerven (basse)
- Andre Borgman (batterie)
- Lando Van Gil (claviers)


1. Childhood In Minor
2. Beautiful Emptiness
3. Between Love And Fire
4. Sins Of Idealism
5. Eccentric
6. Digital Deceit
7. Through Square Eyes
8. Blind Pain
9. Two Sides
10. Victim Of Choices
11. Reflections
12. Life's Vortex



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod