Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INSTRUMENTAL  |  DVD

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Msg
- Style + Membre : Joe Satriani , Steve Vai

G3 - Live In Denver (2004)
Par JANETHEFUCKINJURIST le 19 Avril 2004          Consultée 7115 fois

Le G3 est devenu une véritable institution au fil des ans.
Ce phénomène initié par Joe Satriani et visant à regrouper 3 "Grands noms de la guitare électrique" sur une même tournée, avec un jam final les réunissant, s'est pérennisé depuis 1996 et sa première mouture Satriani - Vai - Johnson.

Ce premier G3 avait d'ailleurs fait l'objet d'un CD et d'un DVD, au demeurant excellents.
Depuis, les G3 se sont multipliés, les invités aussi d'ailleurs (John Petrucci, Patrick Rondat, Michael Schenker, Robert Fripp, etc...), mais aucune trace discographique officielle ne devait subsister.
Jusqu'au jour où...on annonça que le prochain G3 allait réunir Joe Satriani (normal...), Steve Vai (encore normal...), et... Yngwie Malmsteen ! Les 3 guitar heroes les plus adulés de la planète, les plus talentueux aussi, et sans doute les plus respectés allaient pouvoir en découdre ! Le G3 dont tous les gratteux en herbe rêvaient allait enfin avoir lieu !
Les paris allaient bon train : « Malmsteen il joue plus vite, il va les ridiculiser… », ou encore :« …oui, mais Vai il lui met une tannée en tapping », de même que « …de toute manière, Satriani a le meilleur legato… », tout ceci attisé par les déclarations de Malmsteen dans un magazine français où il avait jugé le jeu de Satriani "trop conventionnel", et les bends de Vai "légèrement faux" si j'ai bonne mémoire...Tout un programme...
Une telle réunion se devait d’être immortalisée (d'autant plus que la tournée n'était organisée qu'aux USA...), CD et DVD live furent donc programmés .


Au vu des images, qu’en est-il de cette fameuse rencontre ?
Commençons par le set de Satriani : efficace, carré, sobre, bof tout ça on connaît déjà, quoi de neuf par rapport à l’ancien G3 ? Simplement un peu de chaleur humaine. La prestation de Satch sur le précédent DVD du G3 était d’une froideur extrème, sans véritable relief, alors qu’ici, on sent que Joe a la patate, sur des titres déjà ultra-connus (« Satch Boogie », « Mystical Potato Head Groove Thing », « The Extremist »), mais aussi sur des chansons rarement jouées live (« Midnight » et ce tapping à deux mains toujours aussi beau), voire carrément inédites car issues du dernier album (« Starry Night »).
Joe en profite pour nous présenter deux de ses nouvelles guitares, une première rouge et une autre superbe, avec un corps peint de flammes…

On note d’emblée la qualité du son du DVD (Son 5.1 bien évidemment), l’excellence du mix, et la netteté de l’image. C’est du bon boulot, qui rappelle un peu la manière de filmer du DVD de Satch « Live in San Francisco ». De ce côté-là, on ne peut être que satisfaits.

Second sur le DVD, l’ami Steve Vai. Arrivant seul sur scène, il surprend d’entrée avec la guitare à 3 manches ( !) qu’il apporte sur scène. Assis seul face au public, il jongle entre les 3 manches, pour une intro complètement barrée, dans le plus pur style Vai, le personnage se donnant des airs de vénérable derrière ses petites lunettes et son costume rétro fleurant bon les seventies. S’ensuit l’arrivée des musiciens et c’est parti pour « I Know you’re Here », sympa, puis « Juice » et son rythme endiablé, avant de passer aux choses sérieuses sur « I’m the Hell Outta Here », où tous les musiciens de Vai prennent part à la fête, qu’il s’agisse de Dave Weiner (guitare), Billy Sheehan et sa dextérité incroyable à la basse, ou encore Tony MacAlpine, second couteau ici, et surtout employé comme claviériste (!). Les quatre hommes se lancent dans un numéro fantastique de guitare, chacun jouant à la suite de l’autre, puis chacun jouant sur le manche de l’autre, telle une véritable orgie guitaristique, avant que Vai et MacAlpine ne se livrent à un duel six-cordien de haute volée, sans qu’il n’y ait de véritable vainqueur (quel as ce Mac Alpine !!!). Une grande prouesse instrumentale, de celle qu'on attend sur le G3, et qui nous laisse sans voix avant d'entamer le set de Malmsteen.

Yngwie Malmsteen évolue dans un style bien différent de celui de ses deux compères. Satch se plaît à toucher à tous les styles (jazz, blues, hard, techno...), Vai a toujours été un adepte de l'expérimentation instrumentale, dans des compos toujours débridées, mais Malmsteen lui, évolue dans un registre plus proche de la musique classique, un style qu'il inventa au début des années 80 : le métal néo-classique.
Aussi, il n'y a pas lieu de s'étonner de le voir débarquer sur scène dans un déluge assourdissant de gros accords surpuissants, hurlant : "It's time to ROCK !!!", puis, enchaînant immédiatement sur un arpège cristallin, d'inspiration baroque...:o
Les avis concernant Malmsteen sont partagés : d'aucuns le considèrent comme le véritable Dieu de la guitare, évoquant sa vitesse d'exécution inouïe et sa connaissance parfaite du répertoire classique, alors que d'autres ne voient en ce guitariste, qu'un gros patapouf mégalo, confiné "ad vitam aeternam" dans un seul et même style, et étant bien incapable de proposer autre chose que des descentes de manche stériles et répétitives.
Quoi qu'il en soit, Yngwie parvient quand même à convaincre l'assistance, grâce à un set efficace, mélangeant classique et métal (tiens donc, quelle surprise !), coups de pieds dans le vide et poses eighties, électrique et acoustique. Impressionnant, c'est le mot qui vient en premier à la bouche pour décrire sa prestation. Satriani et Vai avaient placé la barre très haut, mais Malmsteen parvient sans problème à se hisser à leur niveau. On est bien dans une autre galaxie ! Je retiens tout particulièrement le solo à la guitare acoustique (avec un passage de J.S.Bach), incroyablement rapide et propre, et "Far Beyond the Sun", un de ses plus beaux morceaux interprétés ici avec maestria. Passons rapidement sur l'Adagio d'Albinoni massacré par une surenchère de notes, et le sacrifice de Stratocaster final, à l'image de ses idoles Hendrix et Blackmore...pour enchaîner sur ce que tout le monde attend en réalité : le jam final !!!

Satriani est le premier sur scène, c'est lui qui appelle ses compères, en les présentant au public. Volià enfin ces trois Dieux de la six-cordes enfin réunis sur une même scène. Le duel tant attendu peut commencer...(avec la section rythmique de Satriani derrière).
Premier titre : "Rockin' in the Free World", une reprise de Neil Young avec Satriani au chant. Comme on peut l'imaginer, les duels se succèdent, mais c'est bizarre, le tout manque cruellement d'âme, d'unité, de rythme...Autant la version du même titre sur le CD mavait convaincu, autant là...Les soli techniques se succèdent, mais chacun évolue dans son propre registre, ce qui nuit totalement à la cohésion de l'ensemble...
Vient ensuite "Little Wing", reprise de Jimi Hendrix, avec Vai au chant, et là l'unité semble se faire un tant soit peu, le blues étant une passion commune pour les trois hommes...Satriani et Vai se trouvent à merveille, mais Malmsteen continue à débouler à 3000 à l'heure, à enchaîner les gammes (ah la mineure harmonique :p !) comme d'autres enchaînent les notes, ça en devient parfois lassant.
Enfin, la dernière chanson reprise arrive, encore une reprise de Hendrix : "Voodoo Child". Malmsteen assure au chant de sa voix rauque, et le début bluesy laisse augurer du meilleur. La suite est très impressionnante au niveau technique, on côtoie les sommets du genre, un peu dans la même veine que "Friday Night in San Francisco", le projet réunissant les 3 géants de la guitare acoustique : Al Di Meola, Paco de Lucia et John Mc Laughlin au début des années 80. Mais là où ces derniers parvenaient à créer une véritable alchimie entre trois styles différents, Satriani, Vai et Malmsteen se désolidarisent peu à peu, et à la fin de la chanson, on voit même Malmsteen disparaître sur le côté droit de la scène, s'éloignant peu à peu "des combats", laissant Satch et Vai s'éclater entre eux...Yngwie termine même la chanson sans jouer par moments, se contentant de faire bonne figure et de poser...Styles trop différents ? Incompatibilités techniques ? Improvisation jugée trop longue ? Caprice de star mégalo ? Ou simplement désir de s'effacer pour permettre aux deux autres de s'exprimer ? Chacun pourra se faire sa propre opinion, il n'est pas question ici d'engager une quelconque polémique, mais le constat est sans appel, ce G3 que l'on annonçait pharaonique, est bien loin d'égaler au niveau de la cohésion celui de 96 avec Eric Johnson (aaaah "Red House" !).
Niveau technique, rien à dire, Malmsteen a apporté un plus, mais alors pour ce qui est de la complémentarité, je reste perplexe...

Un bon DVD, indispensable pour les fans et les guitaristes désirant savoir où se situent les limites techniques du style, mais pour ce qui est de la jam finale, reste comme qui dirait "un goût d'inachevé" qui empêche d'apprécier pleinement cette réunion qui promettait pourtant monts et merveilles...
A quand le prochain G3 filmé, et avec qui ?
N'aurait-on pas déjà fait le tour de la question messieurs ?


Bonus : insignifiants, ne méritent pas de développement.:(
Note : 3,5/5 pour la prestation
2/5 pour les bonus

Note globale : 3/5

A lire aussi en METAL INSTRUMENTAL par JANETHEFUCKINJURIST :


Joe SATRIANI
Strange Beautiful Music (2002)
Metal instrumental




Joe SATRIANI
Not Of This Earth (1986)
Metal instrumental


Marquez et partagez




 
   JANETHEFUCKINJURIST

 
  N/A



- Joe Satriani (guitare, chant)
- Matt Bissonette (basse)
- Eric Caudieux (guitare, claviers)
- Jeff Campitelli (batterie)
- Steve Vai (guitare, chant)
- Billy Sheehan (basse, chant)
- Tony Macalpine (guitare, chant, claviers)
- Dave Weiner (guitare, sitar)
- Jeremy Colson (batterie, percussion)
- Yngwie Malmsteen (chant, guitare)
- Doogie White (chant)
- Derek Sherinian (claviers)
- Mick Cervino (basse)
- Patrick Johansson (batterie)


1. Joe Satriani :
2. Satch Boogie
3. The Extremist
4. Starry Night
5. Midnight
6. The Mystical Potato Head Groove Thing
7. Steve Vai :
8. I Know You're Here
9. Juice
10. I'm The Hell Outta Here
11. Yngwie Malmsteen :
12. Evil Eye
13. Baroque And Roll
14. Acoustic Guitar Solo
15. Adagio
16. Far Beyond The Sun
17. The G3 Jam :
18. Rockin' In The Free World
19. Little Wing
20. Voodoo Child (slight Return)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod