Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Opeth
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Bloodbath
- Style + Membre : October Tide, Trees Of Eternity

KATATONIA - Dance Of December Souls (1993)
Par MOX le 28 Juin 2004          Consultée 4894 fois

Alors comme ça vous pensiez que "Jhva Elohim..." n'était que le prélude? Vous fûtes mal avisés car ce premier album -"Dance of December Souls"- est tout sauf une suite logique. Il y a bien une réédition de "Without God" mais pour le reste, Katatonia ferait presque peau neuve.

A un détail près tout de même: le groupe s'enfonce toujours autant dans sa lenteur coutumière et côtoie les bas-fonds de l'âme humaine avec une particulière joie. Mais ce n'est pas de la joie qui en ressort, et même pour y déceler une tristesse réelle, il faudra vous lever tôt car cet album est relativement peu accessible car difficile à comprendre. Katatonia allonge ici ses morceaux et nous plombe d'un doom assez ressemblant à My Dying Bride, donc composé essentiellement de notes aigües formant des riffs rapides, sur une batterie excessivement lente. Lord Seth crie toujours comme un pied et sa voix d'écorché vif ne passe pas. Ce qui ne passe pas non plus, ce sont les deux premiers morceaux, bien trop complexes. La musique et le rythme changent trop souvent, les mélodies sont confuses et on ne retient finalement rien du morceau, si ce n'est de jolies gammes tristes au milieu d'un doom déstructuré et froid.

"Without God" est toujours cyclique, toujours glauque donc très appréciable. Le plat de résistance vient en bout de course, avec deux morceaux de plus de 13mn, et là on ne peut que présenter une révélation. Toujours très dur à appréhender, "Velvet Thorns" offre avec un son résonant et des accords aigüs une sorte de pureté déchue, une complainte émise du fond d'un puits de ténèbres, le rythme s'arrête pour laisser place à de l'excellente acoustique ou bien se réveille bruquement pour extérioriser toute sa violence. Je n'ose pas imaginer la galère pour retenir 13mn de musique mais une fois plongé dedans, la mélodie se révèle et entraîne l'auditeur dans une belle angoisse. Même topo pour "Tomb of Insomnia" plus gothique dans l'âme, moins changeant, on tombe encore plus facilement dans une torpeur abyssale, parmi les riffs cycliques, les accélérations prenantes et les proto-ballades des plus pessimistes.

Agrémenté de quelques courts morceaux instrumentaux noirs de pureté, "Dance of December Souls" est en fait de l'élitisme avéré et fortement déconseillé aux amateurs de musique carrée et linéaire. Passés les débuts incompréhensibles, la suite se veut sombre, accrocheuse et morne. La voix en découragera plus d'un(e), mais il est toujours bon de s'intéresser à un unique essai dans le genre, même s'il est inégal.

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


ASVA
Futurist's Against The Ocean (2005)
Drone/doom + orgue + chant féminin




SWALLOW THE SUN
The Morning Never Came (2003)
L'alternative doom mélancolique


Marquez et partagez




 
   MOX

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Blackheim (guitare)
- Lord J. Renkse (batterie, percussion, chant)
- Israphel Wing (basse)
- Day Disyraah (claviers)


1. Seven Dreaming Souls
2. Gateways Of Bereavement
3. In Silence Enshrined
4. Without God
5. Elohim Meth
6. Velvet Thorns
7. Tomb Of Insomnia
8. Dancing December



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod