Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ATMOSPHERIQUE  |  STUDIO

Commentaires (15)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : My Dying Bride, Madrigal, Paradise Lost, Opeth, Silentium, Khemmis
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Cradle Of Filth
 

 Site Officiel Français (1217)

ANATHEMA - A Natural Disaster (2003)
Par JEREMY le 8 Mars 2004          Consultée 9003 fois

Tiens tiens, voilà le nouvel arrivage d’Anathema ! J’ai dis Anathema ? J’aurais très bien pu dire Danny Cavannagh, car en effet cet album a été entièrement composé par le frère de Vincent (le chanteur), ce qui valut d’ailleurs bons nombres de tensions au sein du groupe. Première constatation, la pochette est très réussie : le soleil couchant perçant à travers la rougeur des nuages et illuminant une barque immobile dans l’immensité ; on s’attend donc légitimement à retrouver des morceaux tristes, mélancoliques, voir dépréssifs, dans ce septième album studio de nos amis anglais.

Mon coup de cœur de cet album est un morceau qu’aurait bien pu composé Devin Townsend sur Ocean Machine : « Pull Under At 2000 Meters A Second », titre fou, déjanté, imprévisible, teinté d’ambiance aquatique et planante, une veritable ode à la bizarrerie où les frères Cavannagh laissent libre cours à leur imagination dans les rythmiques enlevés et les vocaux torturés. Anathema arrive également à rappeler Therion (Siren Of The Woods, sur Theli), voire Children (Esperanto) dans « Closer », troisième piste de ce Natural Disaster, et mon second coup de cœur de l’album. En effet les claviers associés aux guitares jouent une petite mélodie facilement mémorisable et incroyablement envoutante, sur une batterie aérienne et lointaine, et Vincent de venir poser son chant écorché, presque braillé, pour nous donné surement l’un des meilleurs titres du disque, même si on est loin de l’Anathema auquel on est habitué.

Tout avait commencé une quinzaine de minutes plus tôt, avec un « Harmonium » assez simple débutant par une longue intro de claviers tournant en boucle sur le même accord, auquel viennent s’ajouter les mélodies envoutantes de Vincent dans une ambiance très « Radioheadienne ». « Balance » suit le même modèle de construction, avec vers la fin une envolée très rock donnant un certain relief au morceau, qui était tout proche de nous faire décrocher du disque à cause d’une difficulté certaine à se mettre en marche. Ce titre est, à mes yeux, l’un des moins interessants, d’ailleurs il est le seul à avoir été composé par le groupe au grand complet… « Are You There » et « Electricity » sont deux ballades traditionnelles, chantées, une fois n’est pas coutume, par Danny Cavannagh lui même. La première rappele No-Man (album Together We Are Stranger), très belle, chargé d’émotion, la deuxième sonnant le déjà entendu (c’est la neuvième piste du cd et Anathema n’est pas connu pour se renouveler à chaque morceau), mais les guitares accoustiques se fondent à merveille avec le piano, un morceau qui fait mouche encore une fois, pour peu qu’on est pas déjà éjecté le cd tant on a l’impression d’entendre la même chose à chaque fois.

Anathema essaye néanmoins de rompre la monotonie avec le cours instrumental « Childhood Dream », sur lequel les cris de détresse d’un bébé tentent de nous effrayer, mais c’est peine perdue, les deux minutes dix de ce morceau passent comme une goutte d’eau dans l’océan. Le titre éponyme quant à lui arrive à nous tirer de notre léthargie grace notamment à l’intervention vocale de la cousine des frères trois Cavannagh (quand je vous dis que c’est une histoire de famille !), dont le timbre de voix et la façon de chanter me rappelle sans cesse Maiko (Arrakeen). « Violence » boucle l’album de la pire des façons qui soit : dix minutes totalement insipides, découpées en trois parties, la première achève de nous endormir avec un solo de piano lassant au possible – même si certains trouveront cela magnifique –, le reveil brutal des autres instruments dans la deuxième nous donne une partie très rock n’roll et nous rappelle de la plus belle des manières que l’on avait bien un cd qui tourné dans la platine, mais cette agitation ne dure pas lontemps car la troisième partie du morceau arrive et nous rendort aussitôt, avec ses nappes de claviers terriblement ennuyeuses.

Bref, avec ce « A Natural Disaster », Anathema ne signe pas là son meilleur album, loin s’en faut, mais on retrouve malgré tout de très bon morceaux (« Pull Under At 2000 Meters A Second », « Closer », « Harmonium »), même si ceux ci en côtoient d’autres qui le sont beaucoup moins (« Balance », « Flying », « Violence », « Childhood Dream »). De plus un côté « pompage de Radiohead » tend sur l’ensemble de l’album, et comme je n’apprécie pas énormément le groupe à Tom Yorke, cela à tendance à m’ennuyer assez rapidement. « A Natural Disaster » fait parti de ces disques que l’on va écouter trois quatres fois, sur lequel on va trouver plusieurs morceaux très sympa, mais qu’on va très rapidement ranger au fond d’une étagère pour ne le ressortir qu’en de rares occasions.

A lire aussi en METAL ATMOSPHERIQUE :


KAUAN
Pirut (2013)
Une petite merveille de Metal atmo




TIAMAT
Wildhoney (1994)
Metal atmospherique

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez






 
   JEREMY

 
  N/A



- Vincent Cavanagh (chant, guitare)
- Daniel "danny" Cavanagh (guitare)
- Jamie Cavanagh (basse)
- John Douglas (batterie)
- Les Smith (claviers)


1. Harmonium
2. Balance
3. Closer
4. Are You There?
5. Childhood Dream
6. Pulled Under At 2000 Metres A Second
7. A Natural Disaster
8. Flying
9. Electricity
10. Violence



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod